DEJERNON Jacques

Nom: 
DEJERNON
Prénom: 
Jacques
Date de début d'activité: 
31/12/1833
Date de fin d'activité: 
12/12/1853
Adresses professionnelles: 

Rue du Faubourg du Temple, 157 
26, rue Saint Germain-l'Auxerrois n°26 (Etablissement Polymatique)
Rue Montmartre n°15
Rue du Grenelle Saint Honoré n°19
23, rue du Bouloi

Ville - Département: 
paris
Adresse personnelle: 

Rue de Grenelle St Honoré
Rue Grande Batelière n°16
Rue Montmartre n°149

Informations personnelles: 

Il est né à Pau le 22 août 1780. Son père était un militaire. Il est marié et père de deux filles, mais se retrouve veuf en 1830 . Il était maître de pension à Bordeaux, mais quitte la ville en 1815 et devient professeur au Collège royal Saint-Louis à Paris.

Informations professionnelles: 

Il dit avoir travaillé toute sa vie dans des imprimerie lithographiques. Il a inventé et veut perfectionner un procédé qui consiste à reproduire l'écriture et qu'il nomme lui même «  l'autographie ». Il demande un brevet d'imprimeur lithographe pour utiliser ce procédé et pouvoir publier des fac-similés et des reproductions d'écritures de toutes espèces. Ce brevet lui est refusé parce qu'il y a un trop grand nombre de lithographes à l'époque et que le ministre ne veut pas créer un poste en plus pour la ville de Paris. Il obtient le brevet le 30 mai 1828 mais, l'ayant trop attendu, il a mûri un système d'enseignement populaire qui inclurait l'enseignement de la lithographie et de l'autographie ;  il veut lancer un système de souscription qui semble échouer et il renonce à son brevet en 1829. Il quitte la capitale en 1830 suite à la mort de sa femme. Il obtient un brevet d'imprimeur lithographe à Bordeaux en 1830 mais revient à Paris en 1833 où il espère tirer meilleur profit de son industrie. Il demande un échange de brevet, celui qu'il a à Bordeaux contre un pour la ville de Paris. Le 23 mai 1834, le journal qu'il publie est interdit et il demande des indemnités. Dans un acte du 17 juin 1833, on le soupçonne de se livrer à un trafic de brevets d'imprimeur lithographe, en offrant successivement sa démission à ceux qui se proposent d'exercer sa profession. Le 5 décembre 1835, Dejernon demande un brevet de libraire pour pouvoir ouvrir un cabinet littéraire rue Montmartre n°149. Ce brevet lui est refusé et on apprend qu'il a été condamné à une peine d'emprisonnement d'un mois pour escroquerie. Il a tenu des bureaux de placement, à Paris, rue Jean-Jacques Rousseau n°3 et rue de la Jussienne.
Son brevet est annulé car il est décédé.

Bibliographie Sources: 

Archives nationales, F/18/1752

Remarques: 
Enorme dossier