DELABARUSSIAS André, Louis

Nom: 
DELABARUSSIAS
Prénom: 
André, Louis
Date de début d'activité: 
22/10/1842
Date de fin d'activité: 
06/07/1855
Adresses professionnelles: 

6, rue Martel (1844)

Ville - Département: 
Paris
Adresse personnelle: 

8, Cour des miracles (1844)
6, rue Martel (1844)
48, quai du Marché-Neuf (1847)
21, quai Saint-Michel (1848)
 

Informations personnelles: 

Il est né le 25 août 1790 à Rouen (Seine-inférieure). Il est marié et père de famille.
Il meurt le14 avril 1855.

Informations professionnelles: 

Breveté lithographe pour Rouen en décembre 1830, il obtient le tranfert de son brevet pour Paris. Il a pris pour associé un ancien négociant nommé Cesselin qui prend en charge le loyer du local (9 000 F) et lui apporte un financement. Son beau-frère lui sert de prote. Il est ensuite breveté imprimeur en lettres en août  1844. Il a repris pour cela le brevet de Caubet  à qui il a payé 23 000 F, investissement sans doute hasardeux  "alors que Caubet n'a jamais fait ses affaires", remarque l'enquêteur.
Il est l'inventeur d'une presse mécanique lithographique ; cette presse à vapeur a un rendement  supérieur de 25% à celui des presses traditionnelles. Bailleul lui consacre un long rapport le 26 juillet 1844 qu'il complète ensuite: "Il paraît que les sieurs Delabarussias et cie ont le projet de fonder dans chacune des principales villes du royaume un journal qui serait fait  avec la rédaction des journaux de Paris. Une personne chargée de ce soin choisirait dans les feuilles parisiennes les articles ou nouvelles susceptibles d'intéresser la localité ; on les reporterait  de l'exemplaire même du journal arrivant, sur des pierres lithographiques où toutes les matières viendraient se classer pour former un journal complet ; on imprimerait rapidement au moyen de la presse à vapeur et l'on distribuerait dans la ville et les environs en concurrence avec les feuilles de Paris". L'idée, techniquement,  est de faire le report sur pierre lithographique des textes typographiés. Ce projet qui aurait concurrencé les agences de presse en plein essor ne semble pas avoir trouvé sa réalisation.
Il a été condamné à 3 000 F d'amende  le 6 mars 1845  pour défaut de nom sur un prospectus ; il plaide l'étourderie et l'amende est  réduite à 25 F le 22 juillet suivant.
Il fait faillite en 1844. Il obtient un concordat, mais une partie de son matériel est vendu  le 30 juin 1845 et il cède son brevet de typographe le 20 mai 1846, ne gardant que la lithographie. À sa mort, il est devenu insolvable et laisse sa famille dans une situation financière très difficile. il est remplacé comme lithographe par sa veuve.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1753 ;  F18 2072 (dossier vide)
Archives de Paris D10 U3 23 n°4908

INPI, 1 BA  9949   Presse mécanique lithographique, 1842.
        1 BB 5052    Presse mécanique lithographique, 1847-1848.       http://bases-brevets19e.inpi.fr/

Autres brevets: