DOPTER Jean, Vincent, Marie

Nom: 
DOPTER
Prénom: 
Jean, Vincent, Marie
Date de début d'activité: 
18/03/1834
Date de fin d'activité: 
22/01/1866
Adresses professionnelles: 

21, rue Saint Jacques (1834)
66, rue de la Harpe (1853) /
58, rue de la Harpe (octobre 1844)
29, rue Madame (mai 1856)

Ville - Département: 
Paris
Adresse personnelle: 

66, rue de la Harpe (1855)

Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né le 19 février 1807 à Paris, d'un père bonnetier. De son mariage en 1830 avec Jeanne Marguerite Fondement, il aura huit fils. il a été d'abord graveur travaillant, depuis 1830, pour les imprimeurs du passage du Caire.
À sa mort, le 31 décembre1859, quatre de ses fils sont encore vivants, mais l'un d'entre eux, atteint d'accès de démence, est frappé d'interdiction de diriger une entreprise ; trois de ses frères vont essayer de continuer à faire vivre l'entreprise avec leur mère.

Informations professionnelles: 

En 1834, il s'établit comme imprimeur en taille-douce et fait déjà rouler 6 presses quand il fait sa demande de brevet de lithographe. Il travaille pour les colporteurs, leur fournissant sujets religieux, "gracieux" ou napoléoniens (format 7 pouces sur 9) ; cette destination lui impose de produire à bon marché et, par conséquent, de passer à la lithographie. En 1852, il satisfait à l'obligation nouvelle et reçoit son brevet de taille-doucier le 3 mai 1852. L'année suivante, le 4 juin1853, il obtient l'autorisation de vendre les petits livres d'éducation et de piété qu'il édite depuis 1847. Il est aussi autorisé le 4 décembre 1855, malgré l'avis du Préfet de police, à posséder une presse typographique pour imprimer (uniquement des dessins) sur étoffe, activité pour laquelle il a pris une dizaine de brevets ; mêlant impression chromolithographique et impression ordinaire de la couleur, il obtient des foulards de soie d'une grande richessse de coloris. Alors qu'il n'a encore que 6 presses en taille douce en 1834, en 1852 il possède 17 presses lithographiques et 15 presses en taille-douce, et emploie 150 ouvriers ; en 1855, il  compte 44 presses en tout.. De ces presses sort une très importante production d'images. Il a commencé sa carrière avec des sujets légers ou politiques, beaucoup d'estampes brocardant Louis-Philippe et Guizot, tandis que d'autres entretenaient t la légende napoléonienne. Cependant, dans les années 1840, l'imprimeur se spécialise dans l'imagerie religieuse ; ses nombreux brevets donnent une idée du rôle qu'il joue dans l'évolution de cette production.
Il a obtenu une médaille de bronze à l'Exposition nationale de 1844, une mention Honorable pour sa fabrication de papiers de fantaisie à l'Exposition universelle de Londres de 1851, et une médaille de 1ère classe pour ses gravures et images pieuses à l'Exposition universelle de Paris en 1855.
Il a été condamné en 1847 pour délit de presse à 10 jours de prison.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1756

INPI, 1BA  9367  Système de machines propres au lustrage de tous les objets bronzés, dorés ou argentés, au moyen d'une impression avec mordant, 1842.
          1BB  9444  Application de la chromo-lithographie sur étoffes de soie, 1850-1854.
          1BB 15310  Peinture chromolithographique sur bois, ivoire, nacre, ou leur imitation, peau, cuir bouilli, toile cirée et sur métaux, 1853.
          1BB 16982  Imagerie-dentelle à surprise, avec superposition de fleurs symboliques ou de tous autres sujets religieux, et se dépliant, suivant certaines combinaisons, pour laisser voir l'image qu'ils recouvrent, 1853.
          1 BB 21666  Application de la lithographie et de la chromolithographie sur étoffes au moyen du calquage, 1854-1855. 
          1 BB  22699  Impressions de tout genre et décalque sur toute espèce de tissus avec les couleurs ordinaires d'impressions sur étoffes, réduites en poudre,1855-1856.
          1 BB  30001  Préparation de peinture, 1856.
          1 BB 36126  Procédé de dorure à chaud pour l'imagerie religieuse, 1858.
          1 BB 36936  Impression et peinture sur une couche libre d'huile, de vernis siccatifs, de collodion, ou d' autres corps insolubles, 1858.        www.bases-brevets19e.inpi.fr

Dominique Lerch, "Une grande entreprise d'imagerie de dévotion : la famille Dopter, 1831-1879-1896" dans Images militantes, images de propagande, Christian Amalvi dir., Paris, CTHS, 2010, p. 187-217.