LENDER Charles, Barthélémy

Nom: 
LENDER
Prénom: 
Charles, Barthélémy
Date de début d'activité: 
08/07/1842
Adresses professionnelles: 

22, rue Coquillière (1860)
18, rue Sainte-Anne (1848)
5, rue Chabanais
41, rue de la Fontaine Molière (1853)

Ville - Département: 
Paris
Adresse personnelle: 

9, rue Chabanais (1842)

Informations personnelles: 

Il est né le 11 juillet 1799 à Fontainebleau (Seine-et-Marne). Il est marié et père de deux enfants. Il est secondé par un de ses fils qui travaille avec lui. En 1842, il est sur le point de se séparer de biens d'avec sa femme. Celle-ci loue pour 550 F, au 9, rue Chabanais, un appartement où elle a une fabrique de chapeaux de paille. L'administration attribuera sa carrière mouvementée, au moins jusqu'à son installation à Paris, à son caractère "trop adonné au plaisir et à la dissipation".

Informations professionnelles: 

Il a commencé des études au collège de Fontainebleau, ville où il a ensuite travaillé comme imprimeur. Il a occupé un emploi de correcteur dans l'imprimerie Vinchon. Du 22 septembre 1821 au 23 mars 1826, il est imprimeur et libraire breveté  à Pithiviers, puis, à partir du 11 juillet 1826, libraire à Melun ;   il dira avoir repris ce commerce pour le compte d'un parent à qui il décide de le céder en mars 1827 pour s'installer imprimeur à Fontainebleau. L'administration le taxe d'inconstance, mais finit par lui accorder le transfert pour Fontainebleau, puis lui accorde un brevet de lithographe. En 1832, Il rétrocède son imprimerie et part pour Paris où il s'associe dans une maison de roulage ; il y subit des pertes et, en 1835,  revient à l'imprimerie en demandant un brevet pour Etampes qui lui est refusé. Il demande donc à reprendre les brevets de libraire et d'imprimeur en lettres de Blondel à Arcis-sur-Aube, ce qu'il obtient le 20 novembre 1835. Toutefois, il doit rétrocéder, dès juillet 1836, entreprise et brevets car Lender ne peut lui payer les traites ; il conserve néanmoins son brevet. En juillet 1841, il a sollicité à plusieurs reprises sans résultat un poste de sous-contrôleur dans la Maison du Roi, tout en étant employé aux écritures autographiées pour le Palais, chez Carles ;  il décide de faire une demande de transfert de son brevet pour Paris et de reprendre son métier d'imprimeur lithographe. Un premier rapport souligne qu'il n'a pas les  fonds suffisants, et l'administration craint qu'il ne fasse un trafic de son brevet. Cependant, une nouvelle enquête établit qu'il aurait 7 à 8 000 F pour son installation et il  finit par obtenir son brevet. En juillet 1845, alors qu'il imprime des cartes, des dessins et divers travaux,  il est autorisé à posséder environ 20 kg de caractères typographiques dits « cicéro maigre », pour qu'il puisse publier une collection de fascicules intitulée Vraie Histoire, collection d'autographes de célébrités françaises avec des notices biographiques de Saint-Edme Le 22 novembre 1848, il obtient l'autorisation de transporter au 18 rue Sainte-Anne, quatre petites casses de caractères pesant chacune 25 kg. Le 18 février 1863, il obtient l'autorisation de posséder une presse en taille-douce pour des gravures de modes, devenues sa spécialité, qu'il reporte sur pierre. Il édite des journaux de mode à Paris: " Psyché" et "Le musée des tailleurs". L'inspecteur Gaillard, dans son rapport du 21 janvier 1863, le décrit ainsi : " Le sieur Lender est une individualité pleine de projets et, par conséquent, se livrant à des spéculations qui l’ont entrainé à plusieurs faillites. Il a été imprimeur en lettres dans un département et aujourd’hui il est à Paris imprimeur lithographe et éditeur de journaux de modes tels que la Psyché  et le Journal des tailleurs, publications peu fructueuses, mais rapportant au sieur Lender des confections qu'il vend à tout prix." Depuis 1861, au moins, il est en société et la raison sociale de son imprimrie est Lender et cie.

.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1793
Archives Nationales F18 1861