THUVIEN François, Edme, *Théodore

Nom: 
THUVIEN
Prénom: 
François, Edme, *Théodore
Date de début d'activité: 
19/10/1839
Date de fin d'activité: 
12/08/1857
Adresses professionnelles: 

22, rue de Vaugirard (1839)
30; passage de l'Opéra (1848)
4, place de l'Odéon (mars 1840)

Ville - Département: 
Paris
Adresse personnelle: 

4, rue de Seine (1844)
4, rue Molière (1835)
17, rue de Condé (1839)

Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né le 18 octobre 1798 à Paris ; son père était gazier. Il est marié et père de famille. Il a dirigé pendant cinq ans l'imprimerie d'affiches de Didot frères. En 1839, il occupe un logement dont le loyer est de 700 F.
Il meurt le 29 juillet 1857.

Informations professionnelles: 

Il avait fait en mars 1829 une demande de permission  pour être bouquiniste colporteur de livres anciens. En  1830, il a profité du flottement de l'administration pour faire de l'impression typographique sans brevet ; son  atelier fut fermé au bout d'un an. Il fait une demande de brevet de lithographe en mai 1834. Il prend en 1835 un brevet d'invention de presse typographique à cylindre, qui imprime 400 / 500 feuilles à l'heure, en association avec Firmin Didot frères; il se dit alors négociant, mais il devient cette année-là directeur de leur imprimerie d'affiches. Il obtient  une mention Honorable en 1839 à l'Exposition des produits de l'Industrie, et une médaille de bronze à l'Exposition de 1844 pour une amélioration d'une presse lithographique, confirmée en 1849, après avoir demandé en vain une aide financière de 3 ou 4 000 F au Ministre pour achever un nouveau modèle de presse.
Peu après avoir obtenu son brevet de lithographe, dès janvier 1840, il demande l'autorisation d'avoir une presse dans un second atelier place Royale pour la clientèle des ébénistes qui ont besoin d'imprimer leurs dessins de marquetterie, ce qui lui est refusé. En juin 1840, il demande à pouvoir posséder une presse typographique  pour  faire des recherches de report sur pierre de vignettes comportant textes et images ; il peut se targuer de deux brevets d'invention. En 1841, il demande à utiliser un second atelier,  le sien, dont le loyer est pourtant de 1 600 F, ne pouvant contenir qu'une presse et un écrivain ! Le commissaire Diet ayant confirmé ses dires, l'autorisation lui est accordée le 1er octobre 1841 pour installer une presse (celle de son invention?) au 22 rue de Vaugirard.
En 1848, il possède 3 presses lithographiques et emploie deux ouvriers et deux apprentis. Le 23 avril 1848, il propose d'imprimer en moins d'une heure, dans un local proche de la Chambre, les discours pris en note par un sténographe. Toutefois le 5 juillet le tout nouveau commissaire Gaillard l'inscrit sur sa liste des imprimeurs opérant sans brevet ni autorisation car il a deux presses typographiques passage de l'Opéra, mais pas de brevet ; il s'agit en fait  de la presse métallique utilisée pour le service de la présidence du Conseil des ministres et de la Chambre, et d'une seconde, en bois, hors d'usage et démontée. Il semble que  certains imprimeurs aient fait pression sur l'administration pour qu'il soit sanctionné, considérant que Thuvien, non breveté typographe, jouit  là d'un privilège exorbitant. Un délai lui est donné pour déplacer la presse métallique à la Présidence. Ce qu'il fait, affirmant qu'il l'a vendue à Cavaignac sans avoir encore touché l'argent. La descente de police le 3 août rue de l'Odéon ne peut que constater qu'il ne possède aucune autre presse typographique. Toutefois il continue de faire tourner cette presse avec l'aide d'un ouvrier et  "cette position du citoyen Thuvien qui prend le titre de directeur de l'imprimerie de la Présidence et qui exploite illégalement auprès du chef du pouvoir exécutif un matériel typographique a excité lres plaintes de plusieurs imprimeurs brevetés", note le 9 août le commissaire de la Librairie. Le 14 décembre 1848, alors qu'il se dit encore "directeur de l'imprimerie de l'exécutif", il demande à avoir une petite presse typographique et des caractères pour son imprimerie personnelle et ses travaux de ville. Le rapport de l'inspecteur Gaillard est très négatif l'accusant d 'avoir toujours voulu depuis 1830 imprimer typographiquement et illégalement ; il doit cependant reconnaitre que la presse de la présidence a été vendue à un marchand spécialisé (2 février 49). Sa participation à l'impression de textes et discours de l'Assemblée et de l'exécutif  lui a fait beaucoup de tort dans la profession et  l'administration le surveille.
En 1849, un imprimeur de Passy s'est plaint qu'il avait ouvert un bureau de commission annoncé comme Imprimerie. L'inspecteur Gaillard constate le fait et il doit retirer cette annonce. En 1850, il demande à reprendre le brevet d'imprimeur en lettres de Frey qu'il semble exploiter depuis longtemps. Les rapports de la préfecture de Police et de la direction de la Librairie, s'appuyant sur l'avis de la Chambre des imprimeurs,  sont défavorables : il est accusé de fréquenter les cabarets, d'être illettré, de pratiquer depuis longtemps le marronage, d'être un mauvais garde national...Thuvien se défend en produisant une dizaine de certificats de moralité émanant de personnalités diverses dont les Didot, propose que le brevet soit attribué à son fils ;  rien n'y fait  et Frey décide de céder son brevet à Meyer. Thuvien ne sera pas breveté imprimeur en lettres. Son cas est très représentatif  des tensions induites par la limitaton du nombre des imprimeurs typographes parisiens, du poids des événements politiques dans la czrrière de certains imprimeurs, du rôle ambigu de la Chambre syndicale qui n'hésite pas à lui refuser un certificat de capacité et l'accuser d'illettrisme ; il est vrai que Thuvien est souvent maladroit dans ses argumentations et que son orthographe n'est pas parfaite, mais bien d'autres, brevetés, pourraient encourir les mêmes reproches. Paie-t-il son initiative originale  du printemps 1848 qui faisait concurrence aux brevetés ou, comme il semble le penser, son refus d'imprimer  des journaux démocrates au moment où leur situation devenait  difficile ?  Les pièces du dossier ne permettent pas de trancher.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1829

INPI, 1 BA 8597  Nouvelle presse lithographique à cylindre mobile, 1840.
         1 BA 12560 Nouvelle machine à imprimer, 1835. 
         1 BB 14282 Perfectionnements apportés dans les presses lithographiques, 1852.   http://bases-brevets19e.inpi.fr/

Remarques: 
E. P., revu 21/07/2021.