WENTZEL Jean, Frédéric

Nom: 
WENTZEL
Prénom: 
Jean, Frédéric
Date de début d'activité: 
02/02/1835
Ville - Département: 
Wissembourg (Bas-Rhin)
Successeurs: 
Informations personnelles: 

Né le 15 octobre 1807 à Wissembourg. Son père était gantier.
Il meurt le 23 juillet 1869, laissant un héritage estimé à 300 000 F.

Informations professionnelles: 

Il est d'abord relieur et reprend un cabinet de lectures, mais il est menacé de fermeture en janvier 1832, car il n'a pas d'autorisation ; il fait donc une demande de brevet de libraire qu'il obtient le 6 mars 1832, ainsi que, en 1834, une autorisation pour un cabinet de lectures. Il a, d'autre part,  créé une société musicale, ce qui lui permet de justifier sa demande de brevet de lithographe par le désir d'imprimer des partitions musicales. Il étend rapidement sa production à bien d'autres types d'objets, notamment aux images. "La plus grande partie des estampes sortant de ses magasins expriment des sujets religieux et sont cotées à des prix très bas  pour en faciliter le placement dans les campagnes" plaide-t-il pour obtenir en 1840 un brevet d'imprimeur en lettres qui lui permettrait d'écrire les légendes en typographie pour une meilleure lisibilité. Il lui est refusé pour ne pas léser la veuve Bock à qui il avait été préféré pour le brevet de lithographe. Il réitère sa demande en 1851, en soulignant qu'il ne ferait pas de concurrence à la seule imprimerie typographique de Wissembourg, occupée par une feuille d'annonces et quelques publications officielles alors que lui-même a pris un grand développement sur les marchés des images  français et allemand. Il emploie alors 200 ouvriers ; le brevet d'imprimeur en lettres lui est attribué le 4 février 1851. 
Sa production est d'abord dominée par les images religieuses, les images profanes n'en représentant que le tiers (personnalités comme Lamartine, rois et reines, figures allégoriques que l'on retrouvera sur les couvertures de cahiers, scènes de genre, calendriers...) Ses "Tableaux d'après nature pour l'instruction de la jeunesse" (animaux, objets familiers,bâtiments...) ont marqué le début, en 1843, d'une production tournée vers la jeunesse. Après 1850, alors que la part des images profanes augmente, les genres se diversifient, visant principalement cette clientèle : livres d'images, planches d'historiettes, planches de personnages à colorier et découper (des soldats notamment à partir de 1859) dont on comptera plus de 300, couvertures de cahiers, planches cartonnées éducatives. Une part de sa production vise aussi une clientèle d'adultes avec de calendriers, des modèles de broderies, des lettres de baptême... Le libraire Humbert, installé au 65, rue Saint-Jacques, puis sa veuve, à partir de 1859, lui servent de distributeurs à Paris. Il a fondé également une fabrique d'allumettes et y emploie 100 ouvriers.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 2048

Lerch (Dominique), Imagerie et société. L'imagerie Wentzel de Wissembourg au XIXe siècle. Strasbourg, Société savante, 1982.

Lotz (François), Images profanes des Wentzel et de leurs successeurs au XIXe siècle, Pfaffenhoffen : Musée de l'imagerie populaire alsacienne, 1997.