THIBAUD François

Nom: 
THIBAUD
Prénom: 
François
Date de début d'activité: 
13/07/1824
Date de fin d'activité: 
12/11/1842
Adresses professionnelles: 

8, rue Saint-Genès (1834)

Ville - Département: 
Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)
Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né le 9 août 1777 à Riom (Puy-de-Dôme) ; son père était marchand. Il a  épousé la fille de l'imprimeur Landriot, dont il reprend l'entreprise, devenue ainsi Imprimerie Thibaud-Landriot.

Informations professionnelles: 

Il a d'abord obtenu un brevet d'imprimeur en lettres pour Riom le 8 octobre 1814, puis il  a repris l'imprimerie de son beau-père Landriot à Clermont-Ferrand ainsi que ses brevets de libraire et d'imprimeur en lettres le 21 mai 1821. Il a donc cédé à son frère Laurent le brevet et l'imprimerie de Riom, mais on dit que celui-ci n'a pas les compétences nécessaires et que c'est une façon de préserver l'entreprise en attendant, grâce à un bon prote, que son fils soit en âge de la reprendre. Il a obtenu le titre d'Imprimeur du Roi et  l'imprimerie Thibaud-Landriot a la clientèle de la Préfecture et de l'Évêché ; elle imprime aussi le royaliste Journal du Puy-de-Dôme. Il est avant tout un imprimeur typographique avec une très importante (et croissante) production d'ouvrages religieux, catéchismes et livres classiques pour les écoles chrétiennes. Thibaud justifie sa demande d'un brevet de lithographe par son désir de réaliser des illustrations consacrées au Mont-Dore où un établissement thermal s'achève ; faute de brevet, elles seront imprimées en taille-douce. Par la suite, il l'utilisera pour faire quelques estampes d'actualité locale, mais surtout les illustrations d'ouvrages d'érudition (Essai géologique et minéralogique sur les environs d'Issoire, département du Puy-de-Dôme, et principalement sur la montagne de Boulade avec la description et les figures lithographiées des ossemens fossiles qui y ont été recueillis  par J.-S. Devèze de Chabriol, 1827 : deux cartes coloriées et 28 planchesd'ossements dessinées et lithographiées par les auteurs) qui se limiteront, faute sans doute de rentabilité, rapidement aux communications des sociétés savantes (Société académique de géologie, minéralogie et botanique d'Auvergne, Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand) dont il imprime les Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l'Auvergne (1828-1858).
Un long conflit (1832-1834) l'oppose à un libraire et un éditeur clermontois qui l'accusent de malversations diverses : déclarations préalables inexactes, registre de tirages sur feuilles volantes, utilisation pour son compte de feuilles téréotypées payées par d'autres, etc. On peut y voir la conséquence d'une position dominante à Clermont-Ferrand qui laisse peu de place à la concurrence.
Quand il décide de se retirer, il laisse à ses fils Charles et Benoît l'activité typographique et une moitié de la librairie (Tiibaud-Landriot frères,imprim.-libr., 10, rue Saint-Genès) ; il cède à son dessinateur Paris-Beaulieu la lithographie et l'autre partie de la librairie. Charles se retire de l'association en 1855 et son frère continue à diriger l'imprimerie. En 1869, quand il demande à s'adjoindre à nouveau la lithographie, il se heurte à un refus car il doit respecter l'engagement paternel de non-concurrence conclu avec Paris-Beaulieu et, de plus, il est crédité de "mauvaises opinions politiques".

 

 

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 2036 B

Plainte en police correctionnelle portée par les Srs Tissot et Jozon, directeurs des hospices d'aliénés de l'Auvergne, demeurant à Clermont-Ferrand [, Puy-de-Dôme], contre le Sr Thibaud-Landriot, imprimeur-libraire de la même ville, prévenu de contrefaçon et d'abus de confiance, Clermont-Ferrand : impr. J. Vaissière et Perol [après 1833]
Exposé vérifdique de la conduite de Thibaud-Ladriot à l'égard de Tissot et Jozon, Clermont : imp. de J. Vaissière et Perol, [30 janv. 1834].