ROBAUT *Félix, Fleury

Nom: 
ROBAUT
Prénom: 
*Félix, Fleury
Date de début d'activité: 
18/10/1831
Date de fin d'activité: 
13/11/1854
Adresses professionnelles: 

45, rue de Bellain (1833)

Ville - Département: 
Douai (Nord)
Adresse personnelle: 

30, rue de Bellain (1853)

Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né le 3 août 1799 à  Douai (Nord) ; son père était marchand. Orphelin de bonne heure, recueilli par son oncle libraire-papetier, il a suivi des cours d'écriture et de dessin, et commencé par être  conducteur des Ponts et chaussées. Quand il fait sa demande de brevet, il est peintre et donne à l'académie de Douai des cours de dessin de broderie depuis 1823. Il expose régulièrement aux expositions des Amis des arts de Douai, a décoré le vestibule de la loge maçonnique (1824) et les loges et le plafond du théâtre de la ville (1829). Il a aussi ouvert un commerce de papeterie et de matériel  de dessin et peinture. En 1821, il a épousé sa cousine Cécile Dutilloeux dont il aura sept enfants.
Il a appartenu à la loge franc-maçonne de la Parfaite-Union. Il est une personnalité locale, membre du Conseil municipal de 1860 à 1870. Il meurt le 10 janvier 1880 ; son convoi est suivi par près de 2 000 personnes.

Informations professionnelles: 

Après son brevet de lithographe, il obtient un brevet de libraire le 8 avril 1833 et peut se dire éditeur. À en croire son concurrent Laporte, il a commencé avec une presse lithographique et, en 1839, il en possède six.
Outre les traditionnels travaux de ville, il réalise plus de 600 portraits de personnalités contemporaines locales, parfois post mortem. Cependant, à partir des années 1840, cette production décline au profit  des cartes (routières, ferroviaires, industrielles...) et plans, depuis une carte des départements du Nord et du Pas-de-Calais (rééditée en 1844 et 1856) pour laquelle il reçoit, en 1838, une récompense de 600 F, décernée par le Conseil général du Nord,  jusqu'au Plan de Douai d'après le cadastre de 1824 qui mobilise 5 personnes pendant six ans. Il est le dessinateur attitré de la Société des antiquaires, entre 1835 et 1842,et  reproduit aussi des documents anciens pour l'illustration de leurs articles. Il ne manque pas non plus d'illustrer les traditionnelles fêtes de Gayant, le géant populaire. Toujours passionné de dessin et enseignant jusqu'en 1849 à l'école académique de Douai, il signe les vignettes présentes dans ses cartes (cf  Plan de la ville de Douai, 1833) et ouvrages illustrés (cf la Notice sur Philippe le Bon, 1838, pour laquelle il se dit, en page de titre, dessinateur). Après avoir laissé l'imprimerie  à son fils Alfred, il dessinera les plan de la maison qu'il fait construire et rédigera  en 1874, un ABC du dessin méthode-jeu destinée aux enfants.
La baisse d'activité de l'année 1848 lui permet de constituer deux albums rassemblant  "les plans et dessins pour l'histoire de Douai" qui lui valent la médaille d'or  de la Société d'agriculture, sciences et arts de la ville  en 1849  ; outre ses propres lithographies, ils rassemblent des peintures de son fils Alfred  et des dessins  d'Édouard Boldoduc qui travaille avec lui de 1843 à 1853.
 

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 2018

Allender (Roland),  "Les francs-maçons à l'Orient de Douai (1800-1851) : Description sociale d'un groupe en mouvement", Revue du Nord, tome 72, n°284, Janvier-mars 1990. p. 49-70.  www.persee.fr/doc/rnord_0035-2624_1990_num_72_284_4510
Wintrebert (Patrick), Le Pas-de-Calais dessiné par Félix (1799-1880) et Alfred (1830-1909) Robaut, catalogue de l'exposition (19 septembre-28 septembre 1988) et inventaire des oeuvres de ces artistes conservées aux Archives du Pas-de-Calais, Dainville, Archives du Pas-de-Calais, 1988.
 

Remarques: 
E. P., 29/11/2018