SASTRE dit BRUNET Horace, Antoine

Nom: 
SASTRE dit BRUNET
Prénom: 
Horace, Antoine
Date de début d'activité: 
26/06/1821
Date de fin d'activité: 
29/01/1847
Adresses professionnelles: 

4, rue du Garet (1816)
44, Grande rue Mercière (1830)
11, rue Sainte-Catherine (1839)

Ville - Département: 
Lyon (Rhône)
Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né à Lyon le 2 février 1781 ; son père était tailleur. Il est papetier et il a déposé en 1816 un brevet pour fabriquer des livres et registres à dos flexible. Dans son activité professionnelle, il est appelé Brunet.

Informations professionnelles: 

Pour obtenir son brevet de lithographe, il joint à son dossier un certificat de capacité signé d'Engelmann. Celui-ci atteste que Brunet "a passé dans les ateliers le temps nécessaire pour se familiariser avec tous les procédés lithographiques", "qu'il est instruit et parfaitement en état de monter un établissement de ce genre, lui ayant communiqué toutes le recettes et tous les moyens" qu'il emploie lui-même. En 1831, il demande un brevet d'imprimeur en lettres qui lui est refusé ; il ne l'obtiendra que le 10 août 1837 en reprenant le brevet de l'imprimeur Mistral. En février 1840, il est condamné à 3 000 F d'amende pour défaut de déclaration et de dépôt  de la Prophétie de l'abbé Fraisier, "écrit conçu dans un très mauvais esprit,  qui contenait  de prétendues prédictions sur l'année 1841, exploitées au profit du parti légitimiste". Bien qu'il ait déjà édité des lithographies "dans le même esprit", le Préfet suggère de réduire l'amende des deux tiers pour ne pas ruiner ce père de famille. De mars à septembre 1845, il est l'imprimeur de L'Écho de la fabrique avant qu'elle ne devienne la Tribune lyonnaise.
La raison sociale de l'imprimerie est  "H. Brunet et cie" dans les années 1830, "Brunet, Fonville et cie" en 1845. En effet, Nicolas Victor Fonville, entré commme apprenti dans l'imprimerie et encouragé par son patron à suivre les leçons de Thiérriat à l'Ecole des Beaux-arts, entame une carrière de peintre paysagiste tout en poursuivant sa collaboration avec Brunet dont il a épousé la fille Joséphine en janvier 1830 ; autour de 1845, ils deviennet associés. À côté de son activité typographique (affiches, factums, proclamations...), l'entreprise  a une importante production lithographique de cartes et plans, notamment historiques, et d'estampes : Fonville y publie, entre autres, la série des "Promenade à Lyon" et des vues de Macon.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 2061

INPI, 1BA6256, Livres et registres à dos flexible

Bibliothèque municipale de Lyon, fonds Coste.

Musée des Ursulines, Mâcon, www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde