BOEHM Auguste, Théodore

Nom: 
BOEHM
Prénom: 
Auguste, Théodore
Date de début d'activité: 
10/11/1829
Date de fin d'activité: 
05/10/1870
Adresses professionnelles: 

Boulevard du Jeu de paume (1838)
Place de la Croix-de-fer (1852)
Place de l'Observatoire (1869)

Ville - Département: 
Montpellier (Hérault)
Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né à Strasbourg (Bas-Rhin) le 2 juin 1798 ; son père était négociant. Il épouse en 1829 Sophie Élisa Grawitz, soeur d'un pasteur protestant. Ils auront neuf enfants. 
Il donne aux journaux locaux  des articles à tonalité littéraire ou philosophique et, en 1867, déchargé par ses fils de la conduite de l'imprimerie, il part pour l'Égypte et consacre un mois à l'étude du tout nouveau canal de Suez ; à son retour, il publie chez Dentu le fruit de ses observations.
Il meurt le 5 octobre 1870 à Montpellier.

Informations professionnelles: 

Il est associé depuis 9 ans avec Moquin dans la société de lithographie E. Moquin et cie ; bien qu'il n'envisage pas de rompre cette association immédiatement, il fait une demande de brevet personnel.
Ses bonnes relations avec la librairie Berger-Levrault lui valent la proposition de prendre en dépôt pour le département de l'Hérault ses publications scolaires. Il fait donc la demande d'un brevet de libraire qu'il obtient le 15 décembre 1834. Enfin, il reçoit un brevet de typographe le 1er mars 1837 après avoir repris la matériel  de l'imprimeur Martel qui travaillera désormais sous ses ordres.
En mars 1851, il est condamné à 3 000 F d'amende pour défaut d'adresse sur un périodique, mais son amende est ramenée à 100F : il doit cette indulgence aux "opinions sages et modérées" qu'il a manifestées en 1837, comme gérant du Courrier de l'Hérault et en 1848 quand il assurait la partie littéraire du journal conservateur, le Courrier du Midi.
Il publie beaucoup d'ouvrages de médecine apportés par les professeurs de la faculté de Montpellier ; son catalogue en comptera plus de 800 titres, sans compter les centaines de thèses de doctorat. Puis il étend sa production aux publications des sociétés savantes locales, notamment de l'Académie des sciences et des lettres, dont il publie la collection de Mémoires à partir de 1846, ce qui lui permet de se dire "imprimeur de l'Académie". Faisant lui-même partie de la communauté protestante de Montpellier, il imprime aussi quelques publications concernant ce culte. La typographie représente l'essentiel de son activité. La lithographie dont il a été, avec Moquin, l'un des pionniers dans la région, lui sert pour l'illustration des livres scientifiques, l'impression de cartes géographiques (il s'essaie à la gravure sur pierre), de caricatures et de travaux de ville. Il imprime aussi des vues pittoresques de Montpellier et de ses environs, dont certaines dues à Laurent et à Jules Boilly  qui sont récompensées d'une mention honorable à l'Exposition des produits des Beaux-arts et de l'Industrie de Toulouse en 1840.  (Promenade pittoresque au domaine de Lavalette, 1841)
 Son fils Charles, avec qui il travaille depuis quinze ans,  lui succède ; depuis 1860, il était son associé dans la société Boehm et fils.
 

Associés: 
Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1936

Auguste-Théodore Boehm, Six semaines dans l'isthme de Suez (Port-Saïd, février-mars 1867)Paris : E. Dentu, 1867.   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208266m

Justin Benoît, Notice nécrologique. A. T. Boehm, Montpellier, Boehm fils, 1870.
Exposition des produits des Beaux-arts et de l'Industrie de Toulouse, 1840, p. 63.    https://rosalis.bibliotheque.toulouse.fr
Lerch (Dominique), "De la circulation des personnes dans les métiers de l'imprimé au XIXe siècle",  Le Vieux papier, n°427, 2017.