HUBY Joseph, Edme

Nom: 
HUBY
Prénom: 
Joseph, Edme
Date de début d'activité: 
27/08/1847
Date de fin d'activité: 
23/01/1878
Adresses professionnelles: 

6, rue de Paris, Nanterre (1878)
139 bis, rue Mouffetard (1865)
12, rue des Grès (1854) atelier
12, rue des Sept-Voies (1853)
92, rue Mouffetard (1851)
12, rue Mandar (1846)
8, rue des Filles Saint-Thomas  (boutique)

Ville - Département: 
Paris
Adresse personnelle: 

8, rue des Filles Saint-Thomas
19, route de Rueil, Nanterre (1868)
12, rue des Sept-Voies (1853)
7, rue neuve des Petits-Champs (1847)

Informations personnelles: 

Il est né le 3 juillet 1819 à Paris. Son père était imprimeur et il s'est retiré à Vitry  après avoir fait de bonnes affaires. Marié et père de famille, il pappartient à la Garde nationale. Il est graveur de formation et vend des estampes dans sa boutique de la rue des Filles Saint-Thomas où il paie un loyer  de  1 700 F.

Informations professionnelles: 

Il pratique la taille-douce, employant 4 ou 5 ouvriers sur 5 presses ; il fabrique, entre autres, des cartes de visites. En juillet 1846, il a déposé une demande de brevet pour "un nouveau genre de cartes de visites" pour remplacer les cartes porcelaines jugées dangereuses car recouvertes d'une épaisse couche de blanc de céruse pour leur donner leur éclat ; il propose des cartes imprimées en or, argent et diverses couleurs "où les caractères et les vignettes qui sautent mieux aux yeux". Pour soutenir sa demande de brevet de lithographe, il a sollicité un certificat de capacité des membres de la Chambre des imprimeurs lithographes et s'est heurté à un refus que lui transmet, non sans ironie, Desportes, le 13 avril 1847. Huby, indigné, signale le fait au ministre, y voyant "une indigne jalousie recouverte du voile de l'intérêt". Il trouve néanmoins d'autres lithographes pour se porter garants de ses capacités.
Le 12 février 1853, il est breveté comme taille-doucier, non sans mal : le commissaire inspecteur Gaillard a refusé sa première demande de mai 1852, soutenant qu'il n'a qu'une faible production, des ressources modiques et très peu d'aptitude et que les renseignements qui lui ont permis d'être breveté lithographe étaient certainement inexacts. À la seconde demande de Huby, en 1853, Gaillard fait machine arrière avec une certaine mauvaise foi, mais ne s'oppose plus à ce qu'il soit breveté. En revanche, en 1854, l'autorisation d'installer une presse lithographique  dans la boutique de la rue des Filles Saint-Thomas pour imprimer les billets de décès lui est refusée, puisque son atelier est rue Mouffetard.
En juin 1860, il demande  l'autorisation de librairie pour vendre des livres de piété, puisqu'il est installé rue Mouffetard et que l'église Saint Médard est proche, et l'obtient.
Exproprié pour cause d'utilité publique, il demande, en 1868, à transférer ses brevets pour Nanterre où il n'y a ni lithographe ni taille-doucier ; il obtient ce transfert le 24 jullet 1868 et installe son atelier sur un terrain qui lui appartient de la route de Rueil.
Il est remplacé en 1878 par son fils Louis Léon Huby, né le 25 avril 1845.

 

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1779

INPI, 1 BB 3512  Genre de cartes de visite, 1846.     http://bases-brevets19e.inpi.fr