LASTEYRIE Charles, Philibert de

Nom: 
LASTEYRIE du SAILLANT
Prénom: 
Charles, Philibert de
Date de début d'activité: 
15/04/1816
Date de fin d'activité: 
04/07/1825
Adresses professionnelles: 

8, rue Saint-Marc
58, rue du Bac

Ville - Département: 
Paris
Successeurs: 
Informations personnelles: 

Charles-Philibert, comte de Lasteyrie du Saillant, est né le 4 novembre 1759 à Brive (Corrèze) dans une famille aisée de 13 enfants. D'une inlassable curiosité, féru d'innovations dans tous les domaines (art, économie rurale, agriculture, industrie...), il voyagea beaucoup. En 1802, il fonde avec Benjamin Delessert la Société d'encouragement pour l'Industrie nationale

Informations professionnelles: 

En 1804, il avait racheté un lot de pierres lithographiques de l'imprimerie de Frédéric André, qui avait développé le procédé d'Aloys Senefelder à Paris. Il écrivit en Allemagne pour avoir des informations sur ce nouveau procédé,mais, désireux de garder la maîtrise  de son projet,  déclina la proposition  du baron d'Aretin d'une association qui ferait venir Senefelder et des ouvriers expérimentés à Paris. Il partit, en 1812, pour Münich, où il commença à se former à la lithographie et passa, alors, un accord avec Senefelder, mais les guerres napoléoniennes empêchèrent les ouvriers de venir en France. Lasteyrie rapporta cependant à Paris, des pierres et une presse. Après un second voyage en Bavière en 1814, à son retour en France, il entra en relation avec Decazes, ministre et secrétaire d'Etat au département de la police, et obtint de monter des presses spéciales à l'usage de cette administration. Le lundi 15 avril 1816, le matériel et les pierres arrivèrent d'Allemagne et Lasteyrie ouvrit son imprimerie au 54, rue du Four Saint Germain. Le lundi de Pâques devait rester le jour de fête des lithographes en mémoire de cette inauguration. Dès janvier 1817,  il Lasteyrie déposait au ministère de l'Intérieur les premiers ouvrages sortis de ses presses. Le ministère lui offrit un brevet d'exclusivité pour 15 ans , qu'il refusa. Il est breveté le 10 novembre 1817.
C'est à lui également que la lithographie doit l'invention du rouleau lithographique en cuir à couture invisible : jusqu'en 1816, on utilisait, pour l'encrage, des balles de crin garnies d'étoffe.
En 1819, Charles de Lasteyrie obtient une mention d'honneur comme importateur de la lithographie en France. Il céda alors à François Delpech la majeure partie de sa production artistique et transmit, petit à petit, son imprimerie et sa clientèle à son chef d'atelier, Rémy-Louis Brégeaut, qui prit définitvement sa place en 1825.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18* I 120 ;  F18* I 121  ;  F18* I 122

Lettres autographes et inédites de Henri IV, avec le portrait de ce monarque, dessiné par Gérard, lithographié par le Cte de Lasteyrie, 1817.

Discours sur la vie et les travaux de Charles de Lasteyrie, lu à l'assemblée générale de la Société pour l'instruction élémentaire, le 2 juin 1850. (Signé : Jomard.)

Remarques: 
Planches anatomiques du corps humain exécutées d'après les dimensions naturelles, par le Docteur F. Antonmarchi, publiée par C. de Lasteyrie https://www.biusante.parisdescartes.fr/histmed/medica/cote?01898 Traité d'anatomie descriptive, de Jules Hippolyte Cloquet