RIGO Vincent, Alfred, *Jules

Nom: 
RIGO
Prénom: 
Vincent, Alfred, *Jules
Date de début d'activité: 
05/12/1839
Date de fin d'activité: 
09/07/1847
Adresses professionnelles: 

19, passage Saulnier
7, rue Richer (1841)

Ville - Département: 
Paris
Adresse personnelle: 

33, rue Hauteville (1839)

Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né le 9 juillet 1810 à Paris. Son père est peintre d'histoire, membre de l'Institut d'Egypte.  Il est lui-même peintre d'histoire, élève de Cogniet, et expose régulièrement au Salon. Il habite avec son frère et paie 550 F de loyer.
Il meurt en 1892.

Informations professionnelles: 

Il a d'abord acheté en 1839 l'imprimerie Caboche, Garneray et Cie, passage Saulnier, mais Caboche  a conservé son brevet ; il doit donc en demander un pour lui-même. Il achète une seconde imprimerie lithographique en 1841, l'ancienne maison Senefelder, et la fusionne avec la précédente. Il gère l'imprimerie avec son frère Edouard sous la raison sociale Rigo frères, puis, après leur séparation J. Rigo et cie. En 1846, il est associé avec Lebref (son chef d'atelier) dans l'imprimerie Rigo, Lebref et cie (voir Gibby la cornemuse).
Entre 1842 et 1846, il est l'imprimeur d'illustrations pour des journaux (La Mode, La France musicale, le Voleur et le Cabinet de lecture réunis...) pour des portraits d'artistes et des scènes théâtrales ; il est aussi l'imprimeur de près de 400 illustrations pour la Galerie dramatique dues majoritairement à Alexandre Lacauchie, participe aux illustrations de l'Album de l'Opéra, principales scènes et décorations les plus remarquables des meilleurs ouvrages représentés sur la scène de l'Académie royale de musique (1844), du Panthéon littéraireSi le monde du spectacle lui fournit la grande majorité de ses sujets (y compris affiches, invitations...), il imprime aussi des affichettes de librairie et des documents cartographiques (La France, histoire nationale des départements, 1844). Il possède alors plus de 20 presses.
Le 25 novembre  1841 il doit payer une amende de 4 000 F pour avoir omis son nom sur un prospectus de la compagnie d'assurance L'Automédon, pour lequel l'administration remarque que l'en-tête représente avec exagération les divers genres d'accidents contre lesquels s'assurer ; l'amende est réduite à 200 F le 6 juin 1842.
Il abandonne l'imprimerie en 1847 car il est au bord de la faillite et son commanditaire Decan reprend  l'imprimerie avec l'aide de Lebref. Il se consacre désormais au dessin et à la peinture. Certaines de ses estampes ou de celles imprimées ensuite par Lebref et Decan sont dues à son crayon: Suivez-moi.. ; Le général Bréa, victime d'une trahison ;  Napoléon à l'ouverture du cercueil ; Fanny Cerrito avec Arthur Saint-Léon dans "La fille de marbre" ; Carlo et Carlin, comédie de Melesville et Dumanoir  ; Opéra. Bals masqués. Musard
 

Associés: 
Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 1819

Remarques: 
Revu E. P., 15/2/2020.