PERRIN Louis, Benoît

Nom: 
PERRIN
Prénom: 
Louis, Benoît
Date de début d'activité: 
01/10/1833
Date de fin d'activité: 
20/05/1865
Adresses professionnelles: 

15, rue du Plat (1824)
49, Grande Rue Mercière (1830)
6, rue d'Amboise (1835)

Ville - Département: 
Lyon (Rhône)
Adresse personnelle: 

19, rue du Plat (1865)

Prédécesseurs: 
Successeurs: 
Informations personnelles: 

Il est né à Lyon le 12 mai 1799 ; son père était marchand commissionnaire. Il a suivi  les cours de l'École de dessin et s'est formé chez l'imprimeur lyonnais Ballanche, racheté par Rusand. Il fera partie des notabilités lyonnaises : chevalier de la Légion d'honneur en 1859, juge au tribunal de commerce de Lyon de 1851 à 1856, président de la Société des imprimeurs lyonnais, membre de l'académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon, membre de la Commission exécutive  des Amis des Arts,  membre des sociétés de secours mutuel typographique et lithographique... Il meurt le 9 avril 1865.

Informations professionnelles: 

Il rachète l'imprimerie typographique de Siméon Darnaud qui vient de mourir, et demande le transfert de son brevet qu'il obtient, après une assez longue attente, le 6 août 1823.  Il demande aussi un brevet de libraire pour vendre sa production. Il le reçoit le 28 octobre 1823 et s'en démettra le 5 juin 1828. Pour débuter, il s'est associé avec Zacharie Durand, prote et gendre de Rusand ; la société durera jusqu'en 1826. En 1832, sollicité par l'administration préfectorale qui souhaite soutenir la création à Chalon-sur-Saône d'un journal "qui se placerait dans le juste milieu", entre la feuille carliste et le journal républicain qui y paraissent déjà, il demande un brevet de typographe pour Chalon. Il lui est aussitôt attribué le 30 mai 1832,  mais Louis Perrin découvre que l'administration n'est pas prête à faire une entorse à la loi et qu'il doit rendre son brevet pour Lyon. Ce qu'il refuse. D'accord avec le Préfet, il présente, pour Chalon, son frère Théodore, médecin, "en son lieu et place". Sous la monarchie de Juillet, l'administration relève plusieurs manquements à la réglementation (oubli du nom, de l'adresse...) qui se soldent par de simples rappels à l'ordre. N'a-t-il pas spontanément détruit les exemplaires d'une brochure qu'il avait crue littéraire et qui s'était révélée politique ? Après un premier refus en 1824, il a obtenu, en 1833, le brevet de lithographe de Melle Decomberousse et, le 4 juin 1852, il reçoit son brevet pour la taille-douce qu'il pratique depuis longtemps. Il est spécialisé dans les ouvrages d'érudition ou les rééditions bibliophiliques de textes anciens, même si, pour faire vivre son entreprise, il imprime factums, notices, discours et brochures diverses, prospectus et imprimés commerciaux pour la Compagnie  du chemin de fer de Lyon à Saint-Étienne, par exemple. Bien que difficile à évaluer, la part de la lithographie dans ces travaux semble importante puisque  l'inventaire après décès note la présence d'une quinzaine de presses lithographiques de tous formats et de centaines de pierres lithographiques.
En 1846, il crée de nouveaux caractères dits "augustaux" inspirés des trésors lapidaires lyonnais, et destinés aux Inscriptions antiques de Lyon (1846-1854) qu'il utilisera ensuite pour beaucoup d'ouvrages historiques et littéraires. Admiré (il est récompensé à l'Exposition universelle de 1855), imité, Louis Perrin ne retire pas de grands bénéfices matériels de cette création, à l'exception de quelques commandes d'éditeurs comme Curmer pour des ouvrages de luxe, ou plus tard Alphonse Lemerre.
L'imprimerie employait dans les années 1850 une dizaine de personnes dont le graveur et lithographe Jean Marie Fugère, entré vers 1845, qui dessina beaucoup d'ornements typographiques et de planches comme celles des Inscriptions de Lyon et ne quitta l'imprimerie qu'en 1877.

Bibliographie Sources: 

Archives Nationales F18 2059

Monfalcon (Jean-Baptiste), Étude sur Louis Perrin, imprimeur lyonnais, éd. Laurent Guillo, Paris, éditions des Cendres, 1994.
Guillo (Laurent), Louis Benoît Perrin et Alfred Louis Perrin, imprimeurs lyonnaishttps://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01147833
Guillo (Laurent), Louis Benoît Perrin et Alfred Louis Perrin, imprimeurs à Lyon, diplôme supérieur des bibliothèques, Villeurbanne, ENSSIB, 1986.