A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
FLEURY

Nom : FLEURY
Prénom : Jean, Joseph
Date : 21/06/1844

Adresses professionnelles

27, rue de Paris (1844)

Ville : Saint-Germain (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Il est né le 7 décembre 1816 à Saint-Laurent-du-Var ; son père était employé des Domaines. Il est écrivain lithographe et, installé à Saint-Germain depuis 1836, il a épousé Madeleine Isoline Petitjean le 3 avril 1838 qui tient une papeterie et obtient un brevet de lithographe en juillet 1838. Le Préfet le reconnaît dévoué au Gouvernement et, pour soutenir sa candidature à un brevet, lui-même fait valoir qu'il a  créé le journal conservateur L'Écho de Saint-Germain qui a oeuvré avec succès pour l'élection du candidat officiel, mais lui a causé, en neuf mois d'existence, des pertes financières.

Informations professionnelles

En 1840, il fait une demande de brevet pour Paris où il dit travailler chez Argentier. Il semble, en fait, qu'il cherche à permettre à sa femme qui vient de se séparer de son beau-frère Hullin, d'exploiter la part de matériel qui lui revient. En 1844, sa femme demande que lui soit transféré son brevet.

Voir la fiche


FLEURY DE LA FOLIE

Nom : FLEURY DE LA FOLIE
Prénom : Jean-Louis
Date : 26/05/1843

Adresses professionnelles

59, rue Dauphine (1843)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 9 mars 1813. Il est veuf et père de famille.

Informations professionnelles

Il dirige l'imprimerie de Benard, son ancien camarade de collège, jusqu'à son association avec Lemercier. Il devient alors chargé de la partie écritures lithographiques et ouvrages de ville de l'imprimerie. À la dissolution de l'association Bénard et Lemercier, en 1843, Lemercier lui cède la clientèle pour ce genre de lithographie, gratuitement et en marque d'estime.

Voir la fiche


FLOQUET

Nom : FLOQUET
Prénom : Nicaise
Date : 20/08/1839

Ville : Épernay (Marne)

Informations personnelles

Il est né à Cormontreuil (Marne) le 15 avril 1813 ; son père était vigneron. Il a travaillé  trois ans chez Hubert, à Reims, comme écrivain lithographe.

Informations professionnelles

Il a d'abord obtenu un brevet de lithographe pour Rethel le 1er juin 1837 qu'il échange pour Reims en décembre, puis pour Épernay. Il a cédé l'exploitation de l'imprimerie à Namur et réside désormais à Paris

Voir la fiche


FLOQUET

Nom : FLOQUET
Prénom : Nicaise
Date : 14/12/1837

Ville : Reims (Marne)

Informations personnelles

Il est né à Cormontreuil (Marne) le 15 avril 1813 ; son père était vigneron. Il est écrivain lithographe.

Informations professionnelles

Après avoir obtenu un brevet pour Rethel, il obtient son transfert pour Reims. Il demandera ensuite un transfert pour Épernay. L'administration annulera son brevet pour Reims

Voir la fiche


FLORAT

Nom : FLORAT
Prénom : Charles
Date : 05/04/1874

Adresses professionnelles

58, rue d'Angoulême

Ville : Jarnac (Charente)

Informations professionnelles

Il crée son imprimerie lithographique.

Voir la fiche


FLORET

Nom : FLORET
Prénom : Joseph, Michel, Alexandre
Date : 20/01/1857

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Lyon le 8 juin 1823 ; son père était conducteur de diligence. Il est teneur de livres.

Voir la fiche


FLORIT

Nom : FLORIT
Prénom : Alonzo
Date : 05/05/1830

Ville : Mende (Lozère)

Informations personnelles

Alonzo Florit de la Tour de Clamouse est né à Meyrueis (Lozère) le 9 octobre 1794 dans une famille de petite noblesse. Il dirige les écoles primaires de Mende. Il prétend avoir trouvé en Lozère des pierres lithographiques d'une qualité égale à celles d'Allemagne et veut un brevet pour faire des essais de lithographie. Son brevet est annulé pour cause d'inexploitation en 1859.

Voir la fiche


FLOURY

Nom : FLOURY
Prénom : François, Lucien, Louis
Date : 13/07/1864

Adresses professionnelles

43,  rue des Francs-Bourgeois (1876)
17, rue des Francs-Bourgeois (1868)
40, rue Saint-Merri (1864)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 29 janvier 1831 à Paris. Son père était imprimeur. Il est marié et père de famille. Dès l'âge de 14 ans, il se forme à l'écriture et au dessin lithographique, avec le projet  de succéder à son père. Il poursuit sa formation chez Neuhaus.

Informations professionnelles

Écrivain et dessinateur lithographe, il reprend le brevet de sa mère, décédée le 14 avril 1864, avec qui il exploitait l'imprimerie paternelle dans la société Vve Floury et fils. Il se déclare aussi typographe en 1876.

Voir la fiche


FLOURY

Nom : FLOURY
Prénom : François, Simon, Joseph
Date : 02/12/1843

Adresses professionnelles

44, rue Neuve-Saint-Merri (1843)

Ville : Paris

Informations personnelles

 Il est né à Pierrefitte (Oise) le 14 juillet 1801. Il a commencé en 1819 à Beauvais chez Chevallier,  puis, en 1823, il est venu à Paris en 1823  travailler 10 ans chez Mousse et 4 ans chez  Letronne.
Il meurt le 5 février 1850.

Informations professionnelles

Sa première demande d'un brevet, par création, en 1840, a été rejetée car, "sous le rapport de la moralité", l'administration reconnaissait n'avoir rien à lui reprocher, mais elle jugeait  son intelligence, son instruction et sa connaissance des devoirs attachés à la profession de lithographe "fort incomplètes". À la recherche d'un travail, il s'accorde avec Marchal en avril 1842,  pour travailler sous son nom et renouvelle sa demande en 1843. Il s'est appliqué depuis 3 ans à apprendre l'orthographe et,  "soumis à un examen spécial", il rend une dictée de 8 lignes ne contenant que trois fautes d'orthographe. L'administration reconnaît qu'il possède intelligence et jugement ; il peut donc reprendre le brevet de Marchal, tout en restant en société avec lui. Le rapport de Bailleul reconnait qu'en 1840 la perspective d 'une création jouait en sa défaveur ; de plus, il avait été mêlé aux différents entre Letronne et Kaeppelin. En 1842, Marchal fait tourner 2 presses, et  5 en octobre 1843 grâce à Floury. À sa mort, celui-ci laisse à sa veuve une imprimerie en pleine expansion.

Voir la fiche


FLOUTIER

Nom : FLOUTIER
Prénom : Pierre
Date : 08/07/1870

Adresses professionnelles

5 bis , rue Martel (1870)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 29 octobre 1832 à Nîmes (Gard). Il est marié.

Informations professionnelles

Il travaille depuis 12 ans comme caissier chez le marchand en gros de papier et enveloppes Newell, aux appointements de 3 000 F par an ; comme son patron est étranger non naturalisé, il demande le brevet pour son compte. Newell veut imprimer des en-tête, des factures et autres travaux de ville. Il aura 3 presses à vapeur, 5 ou 6 presses à bras dans une dépendance de ses magasins. En raison de l'importance de cet établissement et de ses relations commerciales, le commissaire inspecteur  recommande cet arrangement.

Voir la fiche


FLUCHAIRE

Nom : FLUCHAIRE
Prénom : Joseph
Date : 28/11/1839

Ville : Saint-Étienne (Loire)

Informations personnelles

Il est né le 18 décembre 1799 à Mens (Isère) ; son père était aubergiste. Il est géomètre à Saint-Chamond.

Informations professionnelles

Le transfert de son brevet de lithographe pour Lyon lui ayant été refusé en mars 1842, comme il a fait de mauvaises affaires, il quitte Saint-Étienne pour Marseille où il serait devenu commissionnaire en soieries. Son matériel est vendu à  Boyer, puis Pinsard et son brevet n'est cédé qu'en 1847, ce qui entraine une protestation de ses confrères contre l'installation de Passet.
 

Voir la fiche


FLUTEAU

Nom : FLUTEAU
Prénom : Jean, Edme, Claude, Augustin
Date : 24/10/1849

Ville : Châtillon-sur-Seine (Côte-d'or)

Informations personnelles

Il est né à Châtillon-sur-Seine le 24 février 1820 ; son père était huissier. Il a fait son apprentissage chez Thévenin père, puis a travaillé comme ouvrier  à Paris et en Normandie. Il est ensuite revenu chez Thévenin pour 18 mois, puis chez Cornillac. Quand celui-ci cède son brevet à Hippolyte Thévenin, il part pour Auxerre où il reste  cinq ans chez Perriquet comme chef d'atelier.

Informations professionnelles

Il reprend le brevet de lithographe d'Hippolyte Thévenin qui est en faillite, puis obtient un brevet de libraire le 29 août 1854. Il cède son brevet à Rodet mais celui-ci meurt peu de temps après, et Fluteau reprend à la veuve de Rodet son ancien brevet le 17 octobre 1859. Il reprendra le matériel de Charles Thévenin quand celui-ci fera faillite ; c'est à cette occasion qu'il semble avoir fait officiellement sa seconde demande de brevet, le 15 février 1870.

Voir la fiche


FOA

Nom : FOA
Prénom : Émile
Date : 01/02/1878

Adresses professionnelles

9, rue Sainte-Croix

Ville : Toulon (Var)

Voir la fiche


FOIX

Nom : FOIX
Prénom : Jacques, Félix
Date : 12/11/1859

Adresses professionnelles

Rue Balguerie

Ville : Auch (Gers)

Informations personnelles

Il est né le 14 janvier 1825 à Auch. Son père était chef du bureau du sous-intendant militaire, puis il est devenu imprimeur.  Félix est son fils aîné. Il a travaillé six mois chez Fossé-Darcosse à Soissons, six mois en 1845-1846 chez Duperey à Condom.

Informations professionnelles

Il prend en 1856 la succcession de son père et obtient rapidement un brevet d'imprimeur en lettres  en mai 1856. Il exploite l'imprimerie en association avec son frère jusqu'en 1859 ; la société es alors dissoute et il reprend le brevet de lithographe de son frère.

Voir la fiche


FOIX

Nom : FOIX
Prénom : Jean
Date : 20/11/1838

Adresses professionnelles

Rue Neuve (1846)
Rue Balguerie (1855)

Ville : Auch (Gers)

Informations personnelles

Il est né le 12 mars 1791 à Oloron (Basses-Pyrénées). Son père était marchand.

Informations professionnelles

Il a racheté pour 10 000 F l'imprimerie de Roger, "imprimeur de l'archevêché". "Par suite d'un dérangement de ses affaires", l'établissement est à vendre en 1842 ; il est alors estimé 30 000 F. Les créanciers ont dû conclure un accord puisque l'imprimerie continue. Elle imprime L'Opinion, journal du Gers.

Voir la fiche


FOIX

Nom : FOIX
Prénom : Patrice, Clément
Date : 10/05/1856

Adresses professionnelles

Rue Balguerie

Ville : Auch (Gers)

Informations personnelles

Il est né le 11 février 1828 à Auch. Son père était chef des bureaux de la sous-intendance militaire, puis imprimeur. Il a travaillé comme écrivain lithographe deux ans chez Dupont à Paris avant de prendre en charge la lithographie chez son père.

Informations professionnelles

Il reprend le brevet de lithographe de son père et exploite l'imprimerie que celui-ci leur laisse avec son frère aîné, mais en 1859 la société Foix  frères est dissoute et il cède son brevet à son frère.

Voir la fiche


FOLLOPPE

Nom : FOLLOPPE
Prénom : Pierre
Date : 05/05/1840

Ville : Gournay (Seine-inférieure)

Informations personnelles

Il est né à Rouen (Seine-inférieure) le 22 septembre 1797 ; son père était gendarme. Il est compositeur depuis 29 ans quand il fait sa demande de brevet.

Informations professionnelles

Il a acheté l'imprimerie et les brevets de typographe et lithographe de Vielle pour 15 000 F ; il a pour cela vendu une petite propriété estimée 10 000 F environ. Il meurt peu de temps après.

Voir la fiche


FOLLOPPE

Nom : FOLLOPPE
Prénom : Louis
Date : 27/09/1856

Ville : Flers (Orne)

Informations personnelles

Il est né à Gournay-en-Bray (Seine-inférieure) le 6 octobre 1825 ; son père était coutelier. Il a été exempté de service militaire car son frère est déjà mobilisé. Il travaille comme ouvrier typographe à Gournay.

Informations professionnelles

Il reprend les trois brevets de Boillet.

Voir la fiche


FONDEUR

Nom : FONDEUR
Prénom : François, Nicolas, Martin
Date : 24/06/1851

Ville : Thionville (Moselle)

Informations personnelles

Il est né le 11 novembre 1800 à Thionville ; son père était imprimeur. Il dirigeait depuis longtemps l'imprimerie de sa mère.

Informations professionnelles

Il reprend  à sa mère, pour 500 F, l'entreprise et les brevets de typographe et lithographe. Ce dernier est annulé en 1854 avec l'accord de Fondeur qui explique : "Le motif de ma renonciation est que la ville de Thionville n'offre point la ressource suffisante  pour l'exploitation d'un brevet de lithographe." Il se démet de son brevet de typographe le 12 juillet 1862.

Voir la fiche


FONROUGE

Nom : FONROUGE
Prénom : Antoine, Catherine, *Adolphe
Date : 21/07/1828

Adresses professionnelles

5, quai Conti (1830)
348, rue Saint-Honoré (1832)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 24 janvier 1798 à Bordeaux (Gironde). Son père était employé aux subsistances militaires. Il semble bénéficier d'appuis politiques importants dont il fait étalage dans sa demande de brevet (la duchesse de Duras, la marquise de La Roche-Jacquelin, la princesse de Talmont...) et un rapport ultérieur du Préfet de police note : "Il s'est fait remarquer pendant les évènements de juillet 1830 par son opposition légitimiste et il a publié de nombreux emblèmes en faveur de la branche armée des Bourbons. Il a donc été souvent poursuivi et plusieurs fois condamné pour délits politiques."

Informations professionnelles

Dans sa demande de brevet, il se présente comme étant le soutien de sa tante et ses cousines, son oncle, ancien directeur des subsistances militaires comme son père, étant décédé. Il veut donc devenir imprimeur lithographe (il a deux ans d'expérience notamment à la Préfecture de police) pour subvenir aux besoins de sa famille. Il obtient son brevet par voie de création, malgré les réticences de l'administration qui commence par l'orienter vers un transfert de brevet : en 1826, "M. Franchet lui répondit que l'on ne pouvait pour lors augmenter le nombre des imprimeurs lithographes mais que, eu égard  à la moralité de M. Fonrouge, on l'autorisait à acheter un brevet et à l'exploiter sous son nom." Il revient à la charge en 1828, quand le contexte politique a changé. Avec succès.
Un courrier administratif du 17 février 1832 constate que son établissement a été mis en vente, suite à la faillite « du propriétaire qui, dit-on, a mangé plus de cent mille francs dans ses misérables spéculations ». Dans cette circonstance, sa tante lui intente un procès, affirmant qu'elle s'est associée avec lui en 1828 pour l'exploitation de son brevet et de la future imprimerie, et revendique donc sa part au brevet. L'administration, de son côté, s'inquiète du "grand nombre de lithographies séditieuses qui auraient été faites dans l'imprimerie» et se trouvent à vendre du fait de la faillite ; l'acquéreur de ces pierres lithographiques, Didion, s'engage à ne pas les imprimer.
Un rapport de 1854 note qu'il a quitté la France depuis une quinzaine d'années pour se fixer à Bâton-Rouge, aux États-Unis. Le 22 février 1855, son brevet est annulé par décision ministérielle pour défaut d'exploitation.
Parmi beaucoup de lithographies non signées, on en remarque quelques-unes signées d'Achille Devéria, Lami, Wattier et d'Hardiviller, professeur de dessin du duc de Bordeaux. Sa production est largement marquée par ses opinions politiques et notamment son soutien à la duchesse de Berry ; il illustre en images édifiantes sa vie en exil, vouée à l'éducation de son fils, puis son équipée en France jusqu'à son arrestation et son emprisonnement..

Voir la fiche


FONTA

Nom : FONTA
Prénom : Jean
Date : 17/03/1875

Ville : Engomer (Ariège)

Informations personnelles

Il est garde-champêtre à Engomer.

Informations professionnelles

Il fonde une petite imprimerie avec une presse typographique et une presse autographique pour répondre à la demande des mairies  et administrations de la région de Castillon.

Voir la fiche


FORCADE

Nom : FORCADE
Prénom : Pascal
Date : 30/04/1868

Adresses professionnelles

8, rue de la Crèche

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Bordeaux le 19 avril 1835. Il a servi au 20e régiment de ligne.

Informations professionnelles

Sa première demande de brevet est rejetée en 1866, malgré le soutien de l'archevêque : le Préfet estime qu'avec 47 lithographes brevetés, Bordeaux possède un nombre suffisant de lithographes. En 1868, pensant que les nouvelles lois sur la presse devraient permettre la naissance de nouveaux journaux et fournir davantage de travail aux typographes, le Préfet accepte de délivrer de nouveaux brevets de lithographes. Forcade en est le bénéficiaire. En 1874, il déclare acquérir des caractères typographiques pour leur reproduction sur pierre lithographique.

Voir la fiche


FORESTA de

Nom : FORESTA de
Date : 26/01/1874

Ville : Avignon (Vaucluse)

Informations personnelles

Il est le supérieur de l'École apostolique.

Informations professionnelles

Il utilise une presse autographique.

Voir la fiche


FORGE

Nom : FORGE
Prénom : Alexis
Date : 14/06/1844

Ville : Tournon (Ardèche)

Informations personnelles

Il est né le 27 octobre 1809 à Royan (Charente maritime) d'un père marchand. Il exerce comme professeur d'écriture au collège de Tournon.

Voir la fiche


FORGEOT

Nom : FORGEOT
Prénom : François
Date : 02/03/1872

Ville : Gevrey-Chambertin (Côte-d'or)

Informations personnelles

Il est propriétaire négociant en vins.

Informations professionnelles

Il acquiert une presse autographe pour imprimer prospectus, circulaires commerciales, cartes et étiquettes.

Voir la fiche


FORMENTIN

Nom : FORMENTIN
Prénom : Joséphine, Clémence
Date : 22/06/1824

Adresses professionnelles

10, rue des Saint-Pères (1837)
59, rue Saint-André-des-Arts (1824)

Ville : Paris

Informations personnelles

Elle est née en 1802 à Belleville (Seine). Son père a été  juge de paix à Paris au début de la Révolution, puis chef de bureau, dans l'administration des impositions indirectes à Reims et à Paris, jusqu'à sa mort en 1819. Sa mère, restée seule avec ses deux filles, est propriétaire de la maison qu'elle habite à Belleville, mais sa ferme champenoise a été incendiée par la guerre en 1814. Joséphine Clémence est venue vivre à Paris chez  Denis Louis Goujon, précédemment collègue de son père, et bibliothécaire à la Bibliothèque Mazarine, pour se perfectionner en dessin ; elle a été élève d'Abel de Pujol, dont de nombreuses peintures orneront les églises parisiennes.

Informations professionnelles

Elle forme une association  pour diriger un établissement lithographique avec  Goujon, mais, comme il ne peut y avoir qu'un titulaire de brevet, ils ont choisi de faire la demande pour elle. Peu de temps après avoir demandé (le 17 février 1824) ce brevet par création, avisés oralement que le ministre n'en accorde plus, ils décident de demander le transfert de celui de Lemonnier (24 février). L'affaire traîne : l'administration remarque que la femme de Goujon est divorcée, se demande si Melle Formentin ne jouerait pas le rôle de prête-nom, s'inquiète de la nature de ses liens avec Goujon... Ayant accumulé les recommandations, celle du chevalier de Daubier et du vicomte de Castelbajac notamment, l'assurance des bons sentiments politiques et de la fortune de Goujon qui vient de richement doter sa fille, et des moyens financiers dont la mère de Clémence dispose, le transfert du brevet lui est finalement accordé en juin.
Elle est la plus importante femme lithographe de la période. Elle emploie une trentaine d'ouvriers en 1844 et "fait pour plus de 100 000 F d'émission de produits chaque année", note le jury de l'Exposition des produits de l'industrie. L'une de ses spécialités est l'impression de couvertures illustrées pour les partitions musicales et de portraits d'artistes, musiciens et danseurs. Elle imprime aussi des portraits de "Célébrités contemporaines", des types féminins dus à Philipon (1828), illustre des ouvrages archéologiques (Essais historiques sur la ville d'Étampes de Maxime de Montrond, 1836), des éditions de luxe (La Henriade, 1825)... Ses cartes publicitaires, joliment ornées, proclament qu'elle accepte aussi tous les travaux d'écriture et de dessin, c'est-à-dire des travaux de ville comme des en-têtes, des publicités... Elle  vend aussi tous les articles pour le dessin et l'autographie.
Elle reçoit une médaille à l'Exposition des produits de l'industrie française en 1827 (bronze) et en 1844 (argent), où elle expose des épreuves  d'estompe et de lavis sur pierre.
  En août 1842, elle est poursuivie pour avoir livré à Bulla et Delarue des portrait du duc d'Orléans, d'après Lami sans avoir fait de dépôt préalable ; les scellés sont apposés sur la pierre lithographique et les exemplaires saisis. Après intervention de Gourgaud et explications de l'auteur de la lithographie qui voulait illustrer une brochure favorable à la famille royale, elle est mise en garde avec les marchands d'estampes  Bulla et  Delarue, et les scellés sont levés. Ce zèle policier avait été d'autant plus intempestif que l'imprimerie donne une suite imposante de lithographies suite au décès du duc d'Orléans et à son enterrement.
Maurin, Nanteuil, Philipon, Grenier sont quelques-uns des artistes dont elle a imprimé les lithographies.

Voir la fiche


FORMSTECHER

Nom : FORMSTECHER
Prénom : Alfred, *Wolf
Date : 08/03/1870

Adresses professionnelles

122-124, rue du Faubourg Saint-Martin (1853)
63, rue des Marais Saint-Martin (1852)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 24 octobre 1814 à Höffenbach (Grand-Duché de Hesse). Il devient citoyen français en 1869. Il habite Paris depuis 1835 et s'est toujours occupé de lithographie.

Informations professionnelles

L'établissement pour lequel il sollicite un brevet en 1870 fonctionne depuis 1846 avec une autorisation, renouvelée le 27 mai 1859. La raison sociale de l'imprimerie est "Formstecher frères", car  elle réunit les trois frères Formstecher, Pineas, Mayer Félix et Alfred Wolff.  Le premier avait demandé un brevet, mais n'avait obtenu qu'une autorisation le 22 janvier 1847 pour 3 presses, en attendant de produire son acte de naturalisation ; le deuxième est graveur et dessinateur et le dernier est imprimeur. En mai 1852, Félix et Wolff demandent à être substitués à leur frère ; l'autorisation accordée à Pineas doit leur être transférée, mais Gaillard, qui s'est aperçu qu'ils possèdaient déjà 6 presses lithographiques  (au lieu des 3 accordées) et une presse en taille-douce, conseille de ne les autoriser à utiliser que 4 presses ; il est désavoué et ils obtiennent l'autorisation pour l'ensemble de leur matériel. En 1859, ils font une nouvelle demande pour 4 nouvelles presses. En 1869, ils ont 7 presses en fonctionnement et une machine à vapeur ; leur spécialité est la chromolithographie. Ils font  depuis longtemps des étiquettes, de la papeterie de luxe et se diversifient avec les dessins de broderie...

 

Voir la fiche


FORT

Nom : FORT
Prénom : Jean, Georges
Date : 16/04/1841

Ville : Cognac (Charente)

Informations personnelles

Il est né à Cognac le 17/10/1814. Son père était chaisier. Il a fait sa classe de rhétorique dans l'établissement de son oncle à Saintes.

Informations professionnelles

Les ouvriers polonais Alexandre Czarnecki et Benoît Chodzki, ayant étudié l'un la lithographie, l'autre l'imprimerie, expliquent, dans une pétition d'avril 1841  : "Nous désirons établir une lithographie à Cognac. Le sieur Fort, habitant de cette ville, voulant nous aider, a obtenu un brevet pour que nous puissions travailler en son nom". N'étant pas de nationalité française, ils ne peuvent en effet obtenir un brevet à leur nom. Puis, confiants dans la générosité du gouvernement français à l'égard des réfugiés polonais, ils demandent une aide financière pour pouvoir s'installer et joignent  à leur demande un intéressant devis dressé par l'un de leurs parrains parisiens, le lithographe Bouis. Celui-ci estime à 1 313 f le budget nécessaire pour l'achat d'une presse (500 f), de 5 à 10 pierres (400 f), d'une presse à satiner (120 f), d'une presse à rogner (80 f) et de diverses tables et fournitures. Le ministre répond qu'il ne dispose pas de fonds pour un tel usage. Malgré ce refus, Czarnecki est resté travailler dans la région car il fait l'objet d'une plainte de Ligarde à Saintes (voir ce dossier)

Le brevet est annulé en 1859.

Voir la fiche


FORTANT

Nom : FORTANT
Prénom : Jules, François, Joseph
Date : 01/06/1870

Ville : Charleville (Ardennes)

Informations personnelles

Il est né le 14 septembre 1846 à Mézières (Ardennes). Son père était boucher. Il vit et travaille à Paris comme écrivain-lithographe de 1859 à 1870.

Informations professionnelles

Il est imprimeur en lettres et lithographe. Il imprime cartes publicitaires, prospectus, catalogues commerciaux...

Voir la fiche


FORTIN

Nom : FORTIN
Prénom : François, Félix
Date : 12/02/1840

Adresses professionnelles

22, rue Port-Charlet

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Surin (Vienne) le 20 novembre 1792. Il a été ouvrier lithographe pendant 20 ans.

Informations professionnelles

En 1843, il a cessé d'exploiter et l'administration le soupçonne d'avoir prêté son titre à plusieurs ouvriers successivement. Elle  menace de lui retirer son brevet et s'oppose à sa transmission à Courtot. Or les juges s'opposent à ce retrait qui leur semble illégal. L'administration l'accuse alors de ne pas posséder les deux presses exigées par la loi. Comme il peut les montrer, l'administration doit s'incliner et lui rendre son brevet.

Voir la fiche


FORTIN

Nom : FORTIN
Prénom : Louis, Sophie
Date : 18/12/1835

Adresses professionnelles

6, rue du Grenier à sel

Ville : Montargis (Loiret)

Informations personnelles

Il est né à Montargis le 11 août 1811.

Informations professionnelles

Il a d'abord obtenu un brevet d'imprimeur en lettres le 1er août 1833, pour succéder à l'imprimeur Sensier et il poursuit l'impression des Affiches de Montargis ; à partir de 1841, il imprime le journal Le Loing.

Voir la fiche


FORTIN

Nom : FORTIN
Prénom : A.
Date : 17/08/1871

Ville : Châlette (Loiret)

Informations personnelles

Il est le curé de Châlette.

Informations professionnelles

Il utilise une presse typo-lithographique pour les besoins de sa paroisse.

Voir la fiche


FOSSÉ-DARCOSSE

Nom : FOSSÉ-DARCOSSE
Prénom : François, Barthélémy, Thérèse, Émilien
Date : 13/09/1836

Adresses professionnelles

10, rue des Rats (1850)
15, rue Saint-Antoine (1855 ;1865)

Ville : Soissons (Aisne)

Informations personnelles

Il est né le 24 janvier 1810. Il a appris la typographie chez Firmin Didot,  puis a dirigé seul pendant 6 ans l’imprimerie comme l’atteste le certificat que lui signe en août 1836 son ancien patron.

Informations professionnelles

Il reprend ensemble les deux brevets d’imprimeur de la veuve Barbier, puis obtient celui de libraire le 20 janvier 1841, en soulignant qu’il est le fournisseur de l’administration et de l’évêché pour les impressions. Pour obtenir l’établissement de la veuve Barbier et ses brevets, il lui  a payé 40 000 F et a dépensé 20 000 F pour le renouvellement du matériel. C’est pourquoi son père s’insurge quand un nouvel imprimeur demande un brevet pour la résidence de Soisssons.

Il demande, en 1841, à transférer hors de Soissons, au hameau de Saint-Médard, son imprimerie lithographique, car il est trop à l’étroit en ville, mais ce n’est que l’année suivante qu’il dit installer son matériel à l’Institution des sourds muets de Saint-Médard pour qu’il serve à l’apprentissage des élèves du métier de compositeur. Il est l’imprimeur-gérant de l’Argus du Soissonnais.

Il cède officiellement son entreprise à son fils le 25 novembre 1873.

Voir la fiche


FOSSÉ-DARCOSSE

Nom : FOSSÉ-DARCOSSE
Prénom : René
Date : 30/12/1874

Ville : Soissons (Aisne)

Informations professionnelles

Il a pris la succession de son père à la fin de 1873 mais ne fait sa déclaration que l'année suivante.

Voir la fiche


FOSSET

Nom : FOSSET
Prénom : Claude
Date : 11/10/1834

Adresses professionnelles

19, rue du Faubourg Saint-Jacques (1852)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 21 juillet 1797 à Paris ; son père était couvreur. Marié et père de famille, il jouit "d'une honnête aisance". En 1852, il a 40 ans d'expérience comme ouvrier taille-doucier, puis patron. Il est sergent de chasseurs dans la Garde nationale.

Informations professionnelles

Il est taille-doucier, établi à son compte depuis 1826 ; en 1834, il possède 7 presses qui roulent toute l'année à quelques intervalles près. Il est spécialisé dans l'imagerie religieuse et les cartes de géographie, fournissant des marchands comme Hocquard, Audinet et d'autres. Il obtiendra son brevet le le 24 mai 1852. Il veut lutter contre la concurrence  en pratiquant aussi la lithographie ; il dispose de 5 à 6 000 F pour  s'équiper. En 1852, il exploite 2 presses lithographiques et 10 presses en taille-douce.

Voir la fiche


FOSSIN

Nom : FOSSIN
Prénom : Jean, Paul, Victor
Date : 15/08/1878

Ville : Poitiers (Vienne)

Informations personnelles

L'abbé Fossin dirige l'oeuvre de Notre-Dame-des-Dunes.

Informations professionnelles

Il utilise une presse autographiques pour imprimer invitations et programmes de son oeuvre.

Voir la fiche


FOUBERT

Nom : FOUBERT
Prénom : Paul, Claude
Date : 18/10/1841

Adresses professionnelles

20, passage des Petites Écuries (1847)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 6 août 1793 à Gien (Loiret). Son père était marchand. Il ets marié et père de famille. Il est actionnaire de la Société des chemins de fer de Strasbourg et possède une propriété à Trouville.

Informations professionnelles

En 1841, il est associé à Planchet qui est rejoint par d'autres associés : en 1847, l'imprimerie est exploitée sous la raison sociale Foubert, Blanchard et cie. Ils exploitent une société d'affiches télégraphiques. À l'été 1851, il veut céder son brevet à Maurice Schlésinger, mais  le candidat est refusé pour des raisons peu claires, faisant une grande part aux ragots, notamment celui d'avoir incendié son propre commerce de musique en difficultés.

Voir la fiche


FOUCARD

Nom : FOUCARD
Prénom : Eugène, Dominique
Date : 30/05/1857

Adresses professionnelles

16, rue des Cordeliers

Ville : Grasse (Alpes-Maritimes)

Informations personnelles

Né le 14 juin 1835 à Grasse (Alpes-Maritimes). Son père était docteur en médecine.

Informations professionnelles

Il reprend les deux brevets d’imprimeur en lettres et de lithographe de Dufort, Jean Baptiste Pierre décédé le 9 janvier 1857.

Voir la fiche


FOUCAUD du RUISSEAU

Nom : FOUCAUD du RUISSEAU
Prénom : Jean, Lucien
Date : 14/09/1852

Ville : Saintes (Charente-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 18 février 1813 à Saint-Symphorien (Deux-Sèvres). Son père était notaire.

Informations professionnelles

Il démissionne en 1854. Il est accusé par Ligarde, qui a travaillé chez lui, de n'être qu'un prête-nom

Voir la fiche


FOUCHER

Nom : FOUCHER
Prénom : Ernest, Gustave
Date : 24/01/1879

Adresses professionnelles

25 bis, rue de Paris

Ville : Courbevoie (Seine)

Informations professionnelles

Il a une librairie-papeterie, vendant des fournitures de bureau et des livres classiques. Son imprimerie est dite  "commerciale et administrative". Il possède une presse lithographique et une presse typographique à main.

Voir la fiche


FOUDRAZ

Nom : FOUDRAZ
Prénom : Jean-Baptiste, Sébastien
Date : 20/10/1860

Adresses professionnelles

10, rue Croix d'Or

Ville : Chambéry (Savoie)

Informations personnelles

Il est né le 23 décembre 1803 à Bessans (Savoie).  Il est installé depuis 1854 à Chambéry.
Il meurt le 23 octobre 1873.

Informations professionnelles

Il avait demandé en 1842 un brevet pour Marseille. Il lui avait été refusé car il n'était pas né en France.  Il a obtenu un brevet du gouvernement sarde le 5 mars 1855 et régularise sa situation quand la Savoie est rattachée à la France. Après sa mort en 1874, son fils prend sa succession.

Voir la fiche


FOUDRAZ

Nom : FOUDRAZ
Prénom : *Désiré, Marie
Date : 22/03/1869

Adresses professionnelles

10, rue Croix d'Or

Ville : Chambéry (Savoie)

Informations personnelles

Il est né le 2 septembre 1838 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mais il vit depuis 1855 à Chambéry où son père est venu s'installer comme imprimeur lithographe. Il travaille avec lui comme écrivain.

 

Voir la fiche


FOUDRAZ

Nom : FOUDRAZ
Prénom : Auguste
Date : 08/09/1874

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 5 septembre 1843 à Marseille. Il est le fils de Sébastien Foudraz qui était lithographe à Chambéry.

Informations professionnelles

Après la mort de son père, il a repris l'imprimerie de Chambéry avant de déménager à Marseille.

Voir la fiche


FOUGA

Nom : FOUGA
Prénom : Jean, Ambroise
Date : 03/05/1847

Ville : Tarbes (Hautes-Pyrénées)

Informations personnelles

Il est né à Aulon (Hautes-Pyrénées) le 22 septembre 1806. Il a été prote chez l'imprimeur tarbais Lagarrigue qui a la clientèle de la Préfecture. Il est légitimiste.

Informations professionnelles

Il rachète l'imprimerie de son patron et obtient son brevet d'imprimeur en lettres le 21 juillet 1837. Sous l'Empire, il est victime de nombreux avertissements en tant qu'imprimeur de L'Intérêt public, puis de poursuites judiciaires pour outrage aux bonnes moeurs (29 mai 1854), publication de fausses nouvelles (14 août 1857), brochure dirigée contre l'administration (5 juin 1858). En février 1859, il est décidé de lui retirer ses brevets et d'apposer les scellés sur son imprimerie. La mesure est cependant retardée comme devenue inopportune.

Voir la fiche


FOUGERAT

Nom : FOUGERAT
Prénom : Pierre
Date : 28/02/1842

Ville : Angoulême (Charente)

Informations personnelles

Il est né le 14 octobre 1804 à Angoulême. Son père était cordonnier. Il est allié par sa mère à la famille de l'imprimeur  Vaslet.

Informations professionnelles

En 1851, l'enquête statistique note qu'il n'exploite pas son brevet, mais travaille comme ouvrier lithographe à Angoulême.

Voir la fiche


FOUQUÉ

Nom : FOUQUÉ
Prénom : Michel, Alphonse, Jean
Date : 14/01/1854

Adresses professionnelles

68, passage du Caire (1866)
49, passage du Caire (1854)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 10 mars 1811 au Teilleul (Manche). Son père était marchand faïencier. Il habite Paris depuis 17 ans. Menuisier de son état, travaillant chez son frère pendant dix ans, il a changé de profession en épousant une ouvrière qui avait travaillé pendant huit ans chez un imprimeur. Il paie un loyer de 1 000 F. 

Informations professionnelles

Installé graveur en taille-douce, il fait, en 1852, une première demande de brevet, par transfert de celui de Pontelli. Le Préfet de police rend un avis favorable, mais le commissaire inspecteur Gaillard donne un avis négatif : "le pétitionnaire est menuisier et ne connaît rien en lithographie. Il l'avoue lui-même, mais il ajoute que sa femme a quelques notions de la profession d'imprimeur lithographe parce qu'elle a travaillé quelques temps chez un sieur Richet, aujourd'hui secrétaire de la Société de Saint-Vincent de-Paul et qui lui a donné sa clientèle". Deux ans plus tard, Gaillard juge qu'il a professionnellement progresssé, qu'il a suffisamment de capitaux puisqu'il a racheté le matériel de Rousselot avec ses économies. Il est donc breveté.

 

Voir la fiche


FOUQUET

Nom : FOUQUET
Prénom : Pierre, Charles
Date : 19/06/1850

Ville : Blois (Loir-et-Cher)

Informations personnelles

Il est né le 21 juillet 1817 à Husseau-sur-Cosson (Loir-et-Cher). Son père était vigneron. Il est écrivain lithographe et il a travaillé chez Groubental et Chalèpe, dont il prend la suite.

Voir la fiche


FOUQUET

Nom : FOUQUET
Prénom : Désiré, Étienne
Date : 16/10/1871

Ville : Pavilly (Seine-inférieure)

Informations personnelles

Il est âgé de 45 ans  quand il déclare se mettre à la lithographie.

Voir la fiche


FOURCADE

Nom : FOURCADE
Prénom : Jean
Date : 02/02/1859

Adresses professionnelles

242, rue Sainte-Catherine

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Bordeaux le 12 février 1808 ; son père était tonnelier.

Voir la fiche


FOURCAULX

Nom : FOURCAULX
Prénom : Antoine
Date : 16/05/1845

Adresses professionnelles

6, place de la Corderie (1870)
40, rue des Blancs-Manteaux (mai 1866)
10, rue du Parc-royal (mai 1865)
38, rue de Malte (octobre 1864)
35, rue des Vinaigriers (octobre 1863)
356, rue Saint-Denis
11-13, passage Pecquais

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 27 mai 1809 à Cirfontaines (Haute-Marne) ; son père était propriétaire. Marié et père de famille, il est établi en région parisienne depuis 1836. Il a tenté sa chance à Rueil en 1841, puis il est revenu s'employer à Paris dans plusieurs imprimeries différentes.

Informations professionnelles

Quand il fait sa demande de brevet pour Paris, il y travaille déjà, associé avec Baugean et emploie un ouvrier. Avec son brevet obtenu par création, il veut imprimer des ouvrages de ville et des étiquettes commerciales. Il fait de mauvaises affaires et, en 1866, il cède son brevet et vend son matériel. Il ne fait plus que la commission en imprimerie jusqu'en 1870. Il fait alors une nouvelle demande de brevet, décidé à reprendre la fabrication des étiquettes. Son brevet, l'un des derniers, lui est accordé, par création, le 20 août 1870.

 

Voir la fiche


Pages