École des chartes » ELEC » LI SEGONZ LIVRES » IV. De fere semondre devant juige.
[p. 80]

IV. De fere semondre devant juige.

§ 1.

De fere semondre devant juge. — N'est pas convenable chose de traire en plet, sanz le congié de celui qui a juridiction : conte, viconte, baron, baillif ne prévost ne ces granz seignors qui ont poer de punir aucun, et de metre en prison por lor juridiction ; ne évesque quant il doit chanter ; ne cels qui ne pueent mouver por ce qu'il sont en religion ; ne cil qui vest por la commune chose, au communs despens ; ne celi qui prent feme ; ne juges qui tient ses plez ; ne celi qui est devant aucun juge por sa cause ; ne celi qui siut aucuns de ses amis morz ; ne celi qui fet les mortalles au mort ; ne cels qui vont morz entarrer.

§ 2.

Et cist establissement si est de par les rois : ne qui convient aler por plédier, ou estre à fere droit à un certain jor, ou en un certain leu ; ne desvé, ne enfanz1.

§ 3.

Li rois deffent que fiz naturés ne face semondre lor père, ne franchi son patron, ne serf son segnor : et ausit enten l'en des dames ; ne ce ne soit fet sanz la volenté au segnor ou au prévost. L'en apèle ci [p. 81] père et mère, cels qui sont en léal mariage nez. — Et l'en demende se cest bienfice dure gaires ? et l'en dit que oïl. Et dit l'en qu'il dure jusque au tierz genoil, et commence l'en au filz, et puis au père, et puis à l'aol, et issit en montant, cels que l'en apèle greignors : Geufrois de la Chapele dit que ce sont les plus anciens.

§ 4.

Et se aucuns est bastart, il ne porra sa mère fere semondre, quant il est bien certains qu'il est ses filz, tout ait-il plusors pères. L'en apèle celui père, qui est mariez.

§ 5.

Nus ne puet apeler en cause, se n'est par le prévost, cels que l'en a desus nomez : quar l'en doit à tex genz porter révérence2.

§ 6.

L'en puet traire en cause les parenz au père avoé, por ce que cil ne sont pas si parant, comme il ne soient solement que lor queneuz.

§ 7.

L'en ne puet apeler en cause père avoé, tant com l'en est en son poer : quar plus i a droit de poïr que commandement de jotice ; se ce n'est fiz qui a ce qu'il gaagne par soi : lores, quant l'en a oï la cause, l'en li suefre. Tant comme l'en est en avoement, l'en ne puet son père naturel semondre, ne patron, ne patrone. L'en apèle ce (ci) patron, qui de sers font frans. L'en dit que tel droit ne puet passer à mon fiz, de tel franchi, tant com je vive. Gefroi de la Chapele dit encontre. Aucun loent sa sentence, segont ce qu'il avient que li patrons est trez en cause, li filz qui est juvenceaus n'i est pas trez3.

§ 8.

Et se j'ai acheté aucuns par convent que je le franchise, et cil vient (à) la franchise par la convenance, je sui patron, ne ge ne porrai estre trez en plet, se n'est par le prévost. Et se ge l'ai acheté de ses deniers et ge ne garde ma foi, ge ne serai pas patron. Nos apelons celui patron, tout ne soit-il pas forbeni, ou se li franchi est forbeni, endomentres qu'il est avoez par conchiement : car il cèle son servage, parce qu'il se suefre à metre en autre main, ne issit ne puet l'en voer qu'il soit franchi. Mès se li patrons l'a seissi de la franchise, ge cuit qu'il doit porter révérence au patron, jà soit ce qu'il soit ses filz de don de noblece. Autre chose est de celui qui le prince fait franc4.

§ 9.

[p. 82] Cil que aucuns communs en citez franchist, les porra toz trère en plet : chascuns par soi n'est pas ses patrons ; mès il doit porter révérence au commun, et s'il veut emplédier le commun ou l'université, il en doit demander congié au juge.

§ 10.

Et se patron devent estre envoié en essil, Renaut de Tricoi dit (qu'il) quide qu'il ait perdue honor ; et s'il est rapelez, li preuz de ce ban li est toz saus. Et si mes filz qui est hors de ma mein avoe un fiz, cil niez porra estre trez en cause.

§ 11.

Li prévoz deffendi que nus ne apiaut autre en cause sanz sa volenté, et il le voudroit lors, se l'en demande cause lède et honteuse, dont le patron est trez en plet, ou li parenz ; et tot doit ce fere li prévolz, que li franchi tret en plet son patron, s'il li a fet disconvenue, ou s'il l'a batu laidement. Li franchiz porra trere en plet le procurator, le tutor, le curator au patron, et ce porra fere sanz paine5.

§ 12.

Jà soit que li prévolz ne dot pas, quant il aura queneu de la cause, qu'il dongne sentence ; mès il atrempera sa juridicion si sagement qu'il metra celx en bone pez.

§ 13.

Se li franchizapèle les filz au patron en cause, contre cest ban, et se li filz est ou poer au père, l'en loe qu'il l'en secore au fiz, quant li pères n'est présenz, et cil filz est (ait) contre son aversaire action de peine6.

§ 14.

Nous ne poons pas apeler généraument en plet persones an cui l'en doit révérence, sans le commandement au prévost. Se li patrons se plaint de son franchi, et cil se veaut deffendre, il doit prié celui qui tient les plez de miséricorde, et emprès l'en li otroie qu'il se deffende7.

§ 15.

Li franchiz balla sa demende contre son patron, ne ne fesoit pas semblant qu'il fust ses franchiz, ne cil ne disoit pas qu'il fust. L'en demende s'il le puet fere ? et l'en dit que oïl : quar cil qui balle sa demende devant son aversaire n'a pas veu, quant il n'i a contredit, que ses averseres soit fet (ses) patrons.

§ 16.

L'en demende se li tutor, an non de l'orfelin, puet trere an plet sa