A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
CHAPOULIE

Nom : CHAPOULIE
Prénom : Pierre
Date : 17/06/1833

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Bordeaux. Son père était capitaine de navires.

Informations professionnelles

Les récits de sa vie professinnelle diffèrent selon les circonstances et le narrateur. Il a d'abord été papetier, puis a fait la demande d'un brevet de lithographe sans fournir d'attestation de capacité car, dit-il, ses confrères la lui refusaient par jalousie. En 1836, il quitte Bordeaux pour Paris, "appelé par des intérêts majeurs" ou, selon une autre version, désireux de se séparer de sa femme dont il a à se plaindre ; dans l'attestation qu'il laisse à celle-ci pour le transfert de son brevet, il évoque un désir de changer de branche d'activité. L'intéressée, elle, évoque clairement "des dettes toujours croissantes". Il semble que ce soit elle qui fasse marcher l'imprimerie depuis déjà quelques temps et que Chapoulie ait cherché à faire du commerce des vins. Sans succès et en augmentant encore ses dettes. Après la mort de sa femme et la reprise de l'imprimerie par sa fille, il revient dans l'imprimerie pour s'occuper de la caisse et des écritures. En 1845, "ne voulant pas dépouiller sa fille ", il fait une nouvelle demande de brevet pour Mont-de-Marsan, qui est rejetée.

Voir la fiche


CHAPPAZ dit CHAPPE

Nom : CHAPPAZ dit CHAPPE
Prénom : Charles, François
Date : 05/06/1869

Adresses professionnelles

119, Avenue de Neuilly (1872)

Ville : Neuilly-sur-Seine (Seine)

Informations personnelles

Il est né le 26 juillet 1825 à Albertville (Savoie).  Il possède une immeuble 158, rue de Vaugirard.

Informations professionnelles

Il a déjà exercé à Paris en faisant des travaux de ville et des faire-part pour le compte de papetiers, puis a cédé son brevet à  Borniol le 11 avril 1868, espérant vivre de ses 3 000 F de rentes. Ayant reconnu que c'était insuffisant, il fait une demande pour exploiter 3 presses sans spécialité à Neuilly où il vient de s'installer en octobre 1868.

Voir la fiche


CHAPPAZ dit CHAPPE

Nom : CHAPPAZ dit CHAPPE
Prénom : Charles, François
Date : 06/06/1860

Adresses professionnelles

10, rue de Vaugirard (1860)
63, rue du Four Saint-Germain (1861)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 26 juillet 1825 à Albertville (Savoie). Son père était ouvrier lithographe. Il est arrivé à Paris en 1851. Il est ouvrier lithographe depuis quinze ans quand il  demande son brevet. Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Il imprime divers travaux de ville, dont des faire-parts, pour le compte de papetiers, et de courtes brochures lithographiées.

Voir la fiche


CHAPPE

Nom : CHAPPE
Prénom : Barthélémy
Date : 22/03/1848

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 24 novembre 1819 à Lyon  ; son père était cordonnier.

Informations professionnelles

Il est traduit en justice pour faux en écriture mais acquitté le 20 août 1849. En revanche, il est condamné le 23 août 1850 à 5 ans de réclusion pour contrefaçon de timbres de l'État. 200 affiches saisies chez lui portaient un faux timbre ; l'enquête montre que le pharmacien qui lui avait passé commande de 3 000 affiches lui avait versé 150 F pour les timbres, mais qu'il n'en a dépensé que le tiers, gardant pour lui le reste de la somme et contrefaisant les timbres manquants. Son brevet lui est retiré à la suite de sa condamnation car elle portait sur l'exercice de sa profession.

Voir la fiche


CHAPRONT

Nom : CHAPRONT
Prénom : *Louis, Désiré, Barthélémy
Date : 11/09/1867

Adresses professionnelles

179, rue du Temple (avril 1868)
103, rue Lafayette

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 15 juillet 1815 à Paris. Il est marié et père de famille. Il a été ouvrier imprimeur pendant 32 ans chez  Thierry, puis il est entré chez Vadot comme commissionnaire en impressions.

Informations professionnelles

Il raconte comment, avec ses économies et quelques emprunts, il avait acheté du matériel et une presse et s'était installé chez son ami d'enfance Vadot. Sous couvert de son brevet, il s'était constitué une clientèle ; Vadot se retirant et vendant brevet et imprimerie, il sollicite une autorisation de transporter son matériel dans un local à lui et de travailler sans avoir à reprendre un brevet. Il possède un capital de 5 000 F et un matériel valant environ 20 000 F. Il veut faire des travaux de ville. Il obtient un brevet par création.

Voir la fiche


CHAPRONT

Nom : CHAPRONT
Prénom : Pierre, Louis, Joseph
Date : 29/08/1831

Ville : Arras (Pas-de-Calais)

Informations personnelles

Il est né le 4 novembre 1794 à Arras ;  son père était marchand.

Informations professionnelles

Il compte parmi ses ouvriers deux natifs d'Arras, Alexandre Désiré Collette et Charles Auguste Sanson qui partiront ensuite pour Paris et travailleront pour Jean Engelmann.
Son brevet a été annulé en 1859 pour cause d'inexploitation.

Voir la fiche


CHAPU

Nom : CHAPU
Prénom : Philibert
Date : 01/05/1852

Adresses professionnelles

148, Grande Rue (1852)

Ville : Sens (Yonne)

Informations professionnelles

Il est remplacé en 1873 comme libraire et typographe, mais non comme lithographe.

Voir la fiche


CHAPUIS

Nom : CHAPUIS
Prénom : Marie, Léonie
Date : 18/08/1865

Ville : La Ciotat (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Elle est née le 18 mars 1844 à Besançon (Doubs) où son père était voiturier. Elle est écrivain lithographe et dessinatrice, formée chez Sage à Cannes.

Informations professionnelles

Elle obtient en même temps un brevet de libraire et a le projet d'ouvrir un cabinet de lecture. Elle serait l'associée de Sage qui a déjà ces deux mêmes brevets pour Cannes. En 1876, l'administration constate qu'elle n'exerce plus.

Voir la fiche


CHAPUIS, veuve GOUPIL

Nom : CHAPUIS, veuve GOUPIL
Prénom : Marie
Date : 21/11/1850

Adresses professionnelles

44 - 45, passage du Caire (1848)

Ville : Paris

Informations personnelles

Elle est née le 15 mai 1808 à Auxonne (Côte-d'or) ; son père était marchand. Elle épouse le 8 septembre 1838 l'imprimeur Goupil.
Elle meurt en 1865.  Son mari est mort le 12 octobre 1848

Informations professionnelles

Après avoir travaillé 10 ans dans l'entreprise de son mari, elle lui succède quand elle se retrouve veuve. Pendant deux ans, elle exerce sans demander le transfert du brevet, mais elle est sommée de régulariser sa situation. Ce qu'elle fait  le 19 octobre 1850, d'autant que le rapport de l'inspecteur Gaillard ne lui tient pas rigueur de ce délai.

Voir la fiche


CHARANSONNEY

Nom : CHARANSONNEY
Prénom : *Georges, Ambroise
Date : 14/08/1855

Adresses professionnelles

31, rue Quincampoix (février 1861)
15, rue Grenéta (octobre 1856)
39, rue Bellefond (1855)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 23 septembre 1822 à Belleville. Il a fait son service en Algérie, y est resté comme imprimeur à Alger et s'y est marié avec une Espagnole. Il est venu ensuite à Marseille où il a travaillé dans une imprimerie lithographique, puis, en 1852, à Paris où il a travaillé chez Bauchet et Sailly.

Informations professionnelles

Il démissionne en 1865 en faveur de Jeanjaquet, qu'il remplace de nouveau en 1866 (nouveau brevet du 12 juin 1866) jusqu'en 1873.

Voir la fiche


CHARAVEL

Nom : CHARAVEL
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 11/11/1839

Adresses professionnelles

20, rue Paradis

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Tarascon (Bouches-du-Rhône) le 20 août 1812. Son père était chapelier.

Informations professionnelles

Il a exercé pendant sept ans à Marseille. Ensuite, il a fait plusieurs demandes de transfert de son brevet pour Paris en 1848 (mais les événements semblent avoir arrêté l'instruction de son dossier), en 1851, en 1853 où il s'est heurté à des refus. Il tient passage Jouffroy à Paris un magasin de broderies et  voudrait une presse lithographique pour pouvoir imprimer des dessins de broderies et faire des modèles pour des journaux pour dames.

Voir la fiche


CHARIER

Nom : CHARIER
Prénom : François
Date : 22/05/1855

Ville : Thionville (Moselle)

Informations personnelles

Il est né le 21 avril 1829 à Metz (Moselle) ; son père était manoeuvre. Il a vécu à Metz jusqu'en 1847 ; il s'y était fait remarquer par ses capacités en dessin. Il tient un magasin d'articles de bureau et papeterie.

Informations professionnelles

Il demande un brevet de lithographe pour faire des travaux de ville, en profitant de la renonciation de Fondeur. En 1860, il demande un brevet de libraire qu'il obtient le 30 juillet malgré une pétition d'une libraire qui a réussi à mobiliser ses confrères. Or elle tient un cabinet de lecture "qui est le grand, le seul foyer  des cancans, commérages et calomnies  de toute nature qui circulent en ville " et le Préfet la soupçonne de jouer un rôle d'entremetteuse ; sa plainte se trouve donc discréditée. Après 1870, alorsque ses deux fils ont opté pour la France, il n'a pas trouvé à vendre son imprimerie et, continuant son métier de lithographe,  il se trouve accusé par un confrère allemand en 1873 de posséder illégalement des caractères typographiques. L'administration française consultée confirme qu'il s'agissait d'une tolérance pour les presses de petit format et les petits tirages.

Voir la fiche


CHARIOL

Nom : CHARIOL
Prénom : Jean, Gustave
Date : 02/07/1838

Adresses professionnelles

14, rue du Pont de la Mourque (1854)
28, fossé du Chapeau rouge (1863)

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né le 4 mars 1817 à Bordeaux ; son père était chapelier. Il s'est formé comme écrivain lithographe et veut s'installer pour soutenir sa mère qui est veuve.

Informations professionnelles

Il a demandé son brevet dès juin 1835, mais, comme il était mineur, il lui a été refusé. Il renouvelle donc sa demande dès qu'il attteint l'âge requis. En 1859, il demande l'autorisation d'avoir des caractères typographqiues  destinés à des impressions lithographiques et il s'engage à ne les utiliser que pour la fabrication d'étiquettes ; l'autorisation lui est donc accordée. Le 28 février 1861, c'est un véritable brevet d'imprimeur en lettres qu'il obtient. Il a une très importante production d'étiquettes pour les vins de Bordeaux : Château de Frands (1859), Château Bois-Martin (1863), Château Lafitte (1868)..., mais en imprime aussi quelques-unes pour la Champagne et  la Bourgogne (Champagne Impérial, 1864 ; Pommard M. S. Constantin, 1866), et pour d'autres produits : Pâtés de foies gras aux truffes Aux armes de Brives et de Périgueux, 1866

Dès 1864, il imprime sa propre marque (qu'il dépose) en chromolithographie.
Après sa mort, sa veuve, née Artigues, reprend l'imprimerie (déclaration du 4 novembre1872) qui est l'une des plus importantes pour les impressions commerciales à Bordeaux

Voir la fiche


CHARLES

Nom : CHARLES
Prénom : Émile
Date : 24/05/1870

Ville : Provins (Seine-et-Marne)

Informations personnelles

Il est né le 27 novembre 1845 à Provins où son père était boulanger. Il est arpenteur géomètre.

Informations professionnelles

Il obtient son brevet de lithographe par création.

Voir la fiche


CHARLES-LAVAUZELLE

Nom : CHARLES-LAVAUZELLE
Prénom : Henri
Date : 30/06/1875

Adresses professionnelles

16, rue Manigne

Ville : Limoges (Haute-Vienne)

Informations personnelles

Il est le fils de l'imrimeur Charles.

Informations professionnelles

Il exploite  l'imprimerie typographique et lithographique ainsi que de la librairie qu'avec sa mère il a héritées de son père. Il en devient seul propriétaire en novembre 1877 et fait donc une nouvelle déclaration le en mars 1879.

Voir la fiche


CHARLET

Nom : CHARLET
Prénom : Nicolas, Toussaint
Date : 27/01/1829

Adresses professionnelles

41, rue de Sèvres (1829)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 20 décembre 1792 à Paris; son père était dragon dans les armées de la République et meurt quand il n'a que six ans. Il a étudié dans l'atelier de Gros et se fait connaître par ses croquis de soldats et ses dessins consacrés aux mœurs militaires.
Il meurt à Paris le 30 décembre 1845.

Informations professionnelles

Delpech, Motte, Villain impriment une très grande partie de ses lithographies ( Album lithographique de divers sujets composés et dessinés sur pierre)
Son brevet est annulé en 1855, 10 ans après sa mort, mais sa veuve, qui s'est remariée avec un rentier nommé Prot, ne l'avait ni exploité ni remis à l'administration.

Voir la fiche


CHARLET

Nom : CHARLET
Prénom : Amobon, *Alexandre
Date : 23/09/1861

Adresses professionnelles

65, rue du Faubourg du Temple

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 4 novembre 1820 à Ennemain (Somme) ; son père était manouvrier. Il est marié et père de famille. Il a travaillé 18 ans dans la même maison rémoise Cazier & Duval, grossiste en tissus. Il aurait 30 000 F d'économie.

Informations professionnelles

Étant commissionnaire en tissus, il n'est pas expert en lithographie et il lui faudra  "quelques mois d'études et de travaux  pour conduire l'établissement qu'il a acheté à Roland", juge l'inspecteur Gaillard dans son rapport du 23 août 1861.

Voir la fiche


CHARLU

Nom : CHARLU
Prénom : Honoré, Joseph, Florence
Date : 04/06/1831

Ville : Provins (Seine-et-Marne)

Informations personnelles

Il est né à Sourdun (Seine-et-Marne) le 6 novembre 1801. Son père était cabaretier. Il a été papetier à Paris et veut ouvrir une papeterie et lithographie à Provins.

Informations professionnelles

Son brevet est annulé en 1860 car l'enquêteur a noté qu'il ne l'a jamais exploité et qu'il est inconnu à Provins.

Voir la fiche


CHARMEIL

Nom : CHARMEIL
Prénom : Alphonse, Joseph
Date : 21/05/1828

Ville : Bourges (Cher)

Informations personnelles

Il est né le 12 juin 1806 à Cosne (Nièvre), d'un père instituteur, devenu  libraire en 1823 tandis que sa mère était maîtresse de pension. Il s'est formé à la lithographie à Paris chez Goujon et Formentin.

Informations professionnelles

Il fait en 1825 une demande de brevet de lithographe qui est rejetée. Il a pourtant eu soin de préciser qu'il ne ferait pas de concurrence à d'autres puisqu'il voulait seulement faire des  plans géométriques et des dessins. Le 20 mars 1827, il reprend le brevet de libraire de son père et obtient l'année suivante celui de lithographe, appuyé par les notables locaux qui soulignent  la nécessité d'un lithographe pour les travaux de ville.

Voir la fiche


CHARMET

Nom : CHARMET

Adresses professionnelles

133, rue Saint-Claude

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations professionnelles

Charmet et cie est un négociant en peaux et cuirs qui utilise une presse autographique professionnellement.

Voir la fiche


CHARPENTIER

Nom : CHARPENTIER
Prénom : Louis, Morice
Date : 01/08/1833

Ville : Coincy (Aisne)

Informations professionnelles

Il est instituteur de formation. " Son but est de faciliter et augmenter ses moyens d’instruction en reproduisant en grand nombre par les procédés autographiques des modèles d’écriture, tables de calcul, tableaux des temps primitifs, cartes muettes géographiques, billets de satisfaction, dessins de récompense et autres choses qui se rattachent à l’instruction, avantages qui rejailliraient sur les enfants en [lui] permettant de leur en faire la délivrance gratis car il n’entend pas cesser de se livrer à l’instruction". Il n’en évoque pas moins les avantages qu’en tireraient la mairie, les affaires, le bataillon cantonnal de la garde nationale. L’enquête préfigurant l’annulation du brevet note qu’il est absent de Coincy depuis 1846.

Voir la fiche


CHARPENTIER

Nom : CHARPENTIER
Prénom : *Auguste, Louis, Henry
Date : 07/06/1821

Adresses professionnelles

17, quai de Bourbon

Ville : Paris

Informations personnelles

forcé de s'absenter pour des affaires d efamille, il est rentré à Besançon retour définitif à Paris en 1828 redemande son bvt

auteur de dessins de la guerre d evendée

veut éditer ses dessins

Informations professionnelles

Peintre d'histoire, notamment de dessins de la guerre de Vendée, il demande un brevet pour imprimer des dessins lithographiques représentant l'Histoire de France. Il s'avise en novembre 1827 qu'il n'est pas venu retirer son brevet. Il explique qu'il a été obligé de rentrer à Besançon pour affaires de famille, mais que son retour à Paris est définitif. Il fait intervenir la duchesse de Saulx-Tavannes à qui il avait donné des leçons de dessin. Franchet se montre inflexible et répond en décembre qu'il ne peut obtenir un nouveau brevet par création, mais qu'il se montrera bienveillant s'il trouve à en reprendre un. Sans suite.

Voir la fiche


CHARPENTIER

Nom : CHARPENTIER
Prénom : *Henri, Désiré
Date : 03/08/1838

Adresses professionnelles

20, rue du Cimetière Saint-André
6, place Dauphine (1850)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 18 janvier 1806 à La Rochelle (Charente-inférieure). Son père était graveur à Nantes, puis il a ajouté la lithographie à sa spécialité. Il travaille depuis 12 ans avec son père qui l'a officiellement associé dans l'Imprimerie Charpentier et fils, puis Charpentier, père, fils et cie (1838)  et qui fait pour lui la demande d'un brevet à son nom pour Paris. La nécessité de cette antenne parisienne est la conséquence du développement de la maison de Nantes.

Informations professionnelles

Ses spécialités sont les étiquettes à l'usage des pharmaciens, liquoristes, confiseurs, parfumeurs ... Il continue, toutefois, de collaborer avec l'imprimerie nantaise de son père en obtenant un brevet de typographe pour Nantes en 1849, puis de libraire, qui permettent d'étendre la production de l'imprimerie paternelle ; il semble que l'imprimerie parisienne ne soit plus alors qu'une antenne de l'imprimerie paternelle nantaise puisque le papier à en-tête de cette dernière précise : "Maison à Paris représentée par M. Gascard, 6 place Dauphine d'où l'on recevra pour Paris et les départements voisins" et qu'Henri Charpentier prenne complètement la suite de son père déjà âgé. Son brevet de lithographe parisien est annulé en 1855, car il reprend à Nantes celui de son père décédé.

Voir la fiche


CHARPENTIER

Nom : CHARPENTIER
Prénom : Pierre, Henri
Date : 29/04/1828

Adresses professionnelles

32, rue de la Fosse
6, place Dauphine, Paris (1850)

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 6 mars 1771 à Châlons-sur-Marne (Marne). Son père était orfèvre. Il a d'abord été graveur à Nantes. Il est marié et père d'un fils et d'une fille avec qui il est en société.
Il meurt le 26 décembre 1854.

Informations professionnelles

Il a déjà demandé un brevet de lithographe en 1824 qui lui a été refusé au prétexte d'une trop grande concurrence à Nantes. Son brevet obtenu, il demande à faire figurer le nom de son fils sur les impressions ; l'administration refuse puisque son fils n'a pas de brevet, mais admet que la société puisse s'appeler Charpentier et cie. A l'occasion d'une visite de la duchesse de Berry à Nantes, il lui fait l'hommage d'une gravure en lui demandant l'attribution d'un brevet à son fils, ce qui est impossible légalement. Le père et le fils restent donc associés et, tout en respectant la loi, créent une antenne parisienne, par le biais d'un brevet de lithographe attribué au fils pour Paris ; en 1847, c'est à lui aussi qu'est attribué le brevet d'imprimeur en lettres nécessaire à l'imprimerie nantaise, puis celui de libraire en 1851. Pendant toute cette période, il est difficile d'attribuer à l'un ou l'autre telle production lithographique car l'imprimerie nantaise du père travaille en collaboration avec celle parisienne de son fils et lui sert de point de vente. À la fin des années 1840, il semble de plus en plus clair qu'Henri exerce le premier rôle dans l'entreprise, mais il n'obtiendra de brevet de lithographe pour Nantes qu'au décès de son père.
L'entreprise emploie 37 personnes en 1841, 60 en 1848, et possède 20 presses. À côté d'une importante production de cartes et plans divers, elle imprime par la lithographie des recueils de planches, vendus par livraisons, d'une remarquable qualité. Félix Benoist est le principal dessinateur des paysages et monuments, Hippolyte Lalaisse celui des costumes et Jules Gaildrau celui des personnages ; les textes qui les accompagnent sont dus le plus souvent à des érudits locaux. Paraissent ainsi Angers pittoresque (1842), La Galerie armoricaine, costumes et vues pittoresques de Bretagne en 26 livraisons (1844-1845), La Bretagne, scènes de mœurs et sujets pittoresques (2 livraisons), les scènes familières du Keepsake breton de Zoé Coste (1843), l'Armorial général de Bretagne en 68 livraisons de 32 écussons, l'Album du pèlerin de Notre-Dame-de-la-Salette dont les dix planches sont augmentées d'une chromolithographie imprimée en 15 couleurs, La Normandie illustrée, dont les 60 livraisons de 2 à 3 planches donnent à voir monuments, sites pittoresques et costumes de cette province. Ce dernier ouvrage, vendu 120 F (et 240 F pour les 50 exemplaires de luxe) et terminé en 1852, fait pendant à Nantes et la Loire-inférieure, paru deux ans plus tôt en 37 livraisons contenant chacune deux planches lithographiées en deux teintes, voire trois, qui aura une seconde édition en 1857. Les deux ouvrages prétendent transmettre aux générations futures les beautés des monuments, des sites et des costumes que le développement des villes et la mode condamnent. Charpentier, qui est éditeur et utilise les services d'autres libraires pour la commercialisation de ses planches à Rouen, Angers, Vannes et Paris, est le plus important producteur de lithographies de la Bretagne ancienne. Moins originale est sa production d'illustrations religieuses.
À côté de ces travaux artistiques, l'imprimerie fait aussi des travaux de ville : publicités, diplômes, etc.
La production typographique est dominée par les ouvrages traitant de la religion et les manuels destinés à l'enseignement catholique.

Voir la fiche


CHARPENTIER

Nom : CHARPENTIER
Prénom : Henri, Désiré
Date : 03/04/1855

Adresses professionnelles

32, rue de la Fosse (1844)
32-34, rue de la Fosse (1876)

3, quai Conti, Paris (1857)

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 18 janvier 1806 à La Rochelle (Charente-inférieure). Son père était alors graveur, avant de devenir aussi lithographe. Il travaille depuis 1822 dans l'imprimerie paternelle dont il est l'associé, avant de faire la demande d'un brevet de lithographe pour Paris et d'y installer une imprimerie.

Informations professionnelles

Il obtient pour Nantes un brevet d'imprimeur en lettres le 8 janvier 1849, puis de libraire le 13 décembre 1851 ; cela permet à l'imprimerie nantaise d'élargir sa production, puisque son père  n'avait pas ces deux brevets, puis de commercialiser les productions artistiques ainsi produites. À la mort de son père, il récupère son brevet de lithographe pour Nantes, abandonnant celui pour Paris. Comme toute grande imprimerie typographique de province, elle imprime des ouvrages aux sujets variés, avec une importance particulière donnée aux ouvrages religieux et aux livres destinés à l'enseignement des écoles chrétiennes. La lithographie tient une place de choix dans l'activité de la maison. Outre beaucoup de plans de ville et de cartes géographiques (dont certaines, muettes, pour l'enseignement), elle a notamment publié la Galerie armoricaine, costumes et vues pittoresques de Bretagne, Nantes et la Loire-inférieure , ensembles d'estampes vendus par souscription et beaucoup d'autres publications illustrées par la lithographie. La mort de Pierre Charpentier et le transfert de son brevet à son fils Henri ne changent pas la production de l'entreprise. Les deux très beaux volumes de Nantes et la Loire-inférieure connaissent une seconde édition en 1857, vendue 75 F, tandis que deux nouvelles entreprises sont lancées. La première, Paris dans sa splendeur : monuments, vues pittoresques, scènes historiques, description et histoire, est vendue en 50 livraisons à 3 F contenant 2 planches lithographiées en deux teintes et 12 pages de textes empruntés à Mérimée, Sainte-Beuve, Viollet-le-Duc, Lassus... Rome en sa splendeur procède de la même volonté de renouvellement et d'élargissement de la clientèle. La seconde, La vie et les mystères de la bienheureuse Vierge Marie, mère de Dieu est "une magnifique publication imitant les plus beaux manuscrits du Moyen Age et comprenant 32 planches avec miniatures représentant les principales scènes de la vie de la Vierge, prières en rapport avec le sujet et riches encadrements de différents styles et de différentes époques, imprimés en chromolithographie à 12 ou 15 couleurs par Lemercier [...] sans aucune retouche au pinceau." Pour ces 32 livraisons, Charpentier a fait appel à Kellerhoven, Ledoux et Gsell. D'autres publications plus modestes comme la Généalogie de la maison Cornulier-Lucinière donnent lieu aussi à illustration par la lithographie. En 1864-1865, La Bretagne contemporaine se propose d'offrir en trois volumes une vision de la Bretagne qui reprendrait celle des publications antérieures en l'élargissant. L'imprimerie a reçu une médaille d'argent de 1ère classe à l'Exposition universelle de Paris (1855) Au 34 rue de la Fosse, a été ouvert un magasin d'estampes, encadrements, papeterie et fournitures de bureaux.
Les estampes sont vendues aussi à Paris, au 55 quai des Augustins. Il vend son entreprise à son directeur, Jules Émile Grinsard, en août 1870 et lui cède ses brevets de libraire et de typographe, mais conserve celui de lithographe : il veut continuer à imprimer les illustrations artistiques ; son successeur doit donc  faire une demande de brevet lithographique pour les travaux commerciaux.
En 1876, l'administration note qu'il n'exerce plus. L'imprimerie, elle, passe entre les mains d'Amédée Boucherie, puis d'Édouard Vincent.

Voir la fiche


CHARREAU

Nom : CHARREAU
Prénom : Claude
Date : 05/08/1869

Adresses professionnelles

9, rue de la Paix (1872)

Ville : Auxonne (Côte-d'or)

Informations personnelles

Il est né à Chevannes (Côte-d'or) le 23 décembre 1834 ; son père était marchand.  C'est un ancien caporal au 44e de ligne. Il travaille comme chef d'atelier dans une imprimerie typographique de Dijon.

 

Informations professionnelles

Il poursuit la publication de L'Écho bourguignon  et ouvre une librairie en septembre 1872.

Voir la fiche


CHARRIER

Nom : CHARRIER
Prénom : Jean, André
Date : 13/07/1844

Adresses professionnelles

53, rue Saint Nicolas, faubourg Saint-Martin (1850)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 26 août 1809 à Niort (Deux-Sèvres). Son père était cordonnier. Son instruction est fort bornée et il travaille tôt chez un notaire, un huissier, un cafetier (son oncle, dont il tient la caisse pendant 2 ans). Il vient à Paris à 18 ans pour être apprenti chapelier, puis fait son  service militaire, de 1831 à 1836 et en sort sergent major. suit les cours des écoles gratuites de Paris Il entre, grâce à un oncle, dans l'administration des Postes comme surnuméraire  avec un salaire de 1 000 à 1 500 F annuels à Dunkerque, puis à Paris. Pour compléter ses revenus, il fait des expéditions autographiées pour les notaires, pendant ses heures de bureau. Finalement, il achète un bureau d'écritures et demande un brevet pour travailler chez lui. "Sa femme, qui serait d'ailleurs instruite, dirige elle-même cette entreprise" note le Préfet de police, le 14 avril 1844. Il emploie plusieurs employés et paie un loyer de 600 F.

 

Informations professionnelles

Sa demande de brevet suscite la réticence de Bailleul car Charrier reconnaît que, s'il était promu et son salaire augmenté, il renoncerait sans doute à l'imprimerie ; de plus, l'inspecteur n'apprécie guère que les fonctionnaires  travaillent pour leur propre compte dans les bureaux de l'administration(13 juillet 1844). Charrier obtient néanmoins son brevet par création.
Il prévient l'administration le 15 octobre 1850 que les débuts de son établissement annoncés en septembre  "n'ayant pas répond à [ses] espérances", il cesse d'exploiter son imprimerie. Il demande à transmettre son brevet à un nommé Jemmé qui est refusé car ni ses compétences, ni sa conduite ni ses ressources ne répondent aux attentes de l'administration de la Librairie (20 février 1851). Brocard, lui, sera agréé.

Voir la fiche


CHARRIER

Nom : CHARRIER
Prénom : Jérôme
Date : 09/09/1842

Ville : Saintes (Charente-inférieure)

Informations personnelles

Il est né à Saintes le 21 mars 1798. Son père y était libraire. Il a fait de très bonnes études au collège avant de se mettre à travailler avec son père. Il a trois soeurs et "les dames Charrier offrent un modèle de vertu et de piété".

Informations professionnelles

A la mort de son père, le 8 mai 1829, il demande à reprendre son brevet de libraire qui lui est délivré le 10 juillet 1830. Quand il demande, en 1842, un brevet de lithographe, il fait valoir ses vingt ans d'expérience de la librairie et de la gravure.

Voir la fiche


CHARTIER

Nom : CHARTIER
Prénom : Joseph, Amédée
Date : 29/03/1877

Ville : Janville (Eure-et-Loir)

Informations professionnelles

Secrétaire et trésorier de la Société chorale et fanfare de Janville, il utilise une presse autographique pour les besoins de la Société.

Voir la fiche


CHARTON

Nom : CHARTON
Prénom : Pierre
Date : 29/06/1839

Ville : Saint-Dizier (Haute-Marne)

Informations personnelles

Il est né à Hancourt (Marne) le 18 juillet 1810 dans une famille de cultivateurs ; sa mère était célibataire. Il a fait son apprentissage chez un imprimeur de Vitry-le-François et il y est resté comme ouvrier pendant trois ans  avant de partir pour Paris travailler comme compositeur chez Fain. En 1837, il quitte Montrouge pour Saint Dizier.

Informations professionnelles

Il y obtient un brevet de typographe le 1er juin 1837.

Voir la fiche


CHARTROU

Nom : CHARTROU
Date : 08/05/1874

Adresses professionnelles

24 bis, rue du Temple
 

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est avoué.

Informations professionnelles

Il utilise professionnellement une presse autographique.

Voir la fiche


CHARVET

Nom : CHARVET
Prénom : Léon, Antoine, Laurent
Date : 16/06/1877

Ville : Rives (Isère)

Informations personnelles

Il est né le 1er janvier 1846 à Sérézin (Isère).

Informations professionnelles

Par sa déclaration, il régularise sa situation car il exerce depuis 1870.

Voir la fiche


CHASSAGNOT

Nom : CHASSAGNOT
Prénom : Jules, Jean-Baptiste
Date : 27/04/1854

Adresses professionnelles

22, rue d’Aguesseau
11, rue des Tilleuls
25, Grande rue, Boulogne (1855)

Ville : Boulogne (Seine)

Informations personnelles

Né le 22 décembre 1831 à Paris, il est marié et père d'un enfant. Il a été écroué en 1849 à Sainte-Pélagie pour cris séditieux.

Informations professionnelles

Il a travaillé chez James et chez Antoine Marcilly, son beau-frère. Il est spécialisé en travaux de ville : faire-part, factures, etc. Il est papetier et demande en 1857  à vendre des livres de piété et des livres classiques car sa profession d’imprimeur ne marche pas. 

Voir la fiche


CHASSAGNOT, veuve MARCILLY

Nom : CHASSAGNOT, veuve MARCILLY
Prénom : Joséphine, Julienne
Date : 30/11/1854

Adresses professionnelles

7, rue des Sept Voies (avril 1857)
38, rue Saint-Jacques (1854)

Ville : Paris

Informations personnelles

Elle est née à Paris le 5 juillet 1823. À la mort de son mari, le 28 août 1854, elle a 5 enfants à charge dont l'aîné n'a que onze ans.

Informations professionnelles

Elle reprend l'imprimerie et les deux brevets de son mari. . Elle possède, en 1854, 12 presses lithographiques et 10 presses en taille-douce. Sa spécialité est l'imagerie religieuse et les dessins de broderie ; elle imprime notamment les grilles explicatives des ouvrages publiés par Sajou.

Voir la fiche


CHASSEFIÈRE

Nom : CHASSEFIÈRE
Prénom : Édouard
Date : 26/04/1869

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 9 novembre 1832 à Sète (Hérault) où son père était employé des contributions indirectes. Il meurt le 22 mars 1869 avant l'obtention de son brevet.

Voir la fiche


CHASSEFIÈRE

Nom : CHASSEFIÈRE
Prénom : Toussaint, Louis
Date : 11/09/1863

Adresses professionnelles

54, rue de Rome (1863)

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 1er novembre 1831. Il est militaire de 1849 à 1853, comme engagé volontaire, et sert en Afrique. Il habite Marseille depuis 1861 et il a travaillé comme ouvrier lithographe chez Decugis et Michalet.

Informations professionnelles

Il a demandé en 1863 un brevet pour Draguignan qui lui a été refusé et il décide de racheter l'imprimerie de  son ancien patron. Il est condamné le 9 février 1864, pour absence de dépôt d'une publication, à une amende de 3 000 F réduite  ensuite à 100 F.
Il imprime des étiquettes : Encre nouvelle Lacube et Arabeyre, 1876.

Voir la fiche


CHASSEL

Nom : CHASSEL
Prénom : Joseph, Ferdinand
Date : 27/07/1874

Ville : Mirecourt (Vosges)

Informations professionnelles

À la mort de Fernand Humbert, il reprend la direction de l'imprimerie  ainsi que la rédaction et la gérance de la Presse vosgienne.

Voir la fiche


CHATAING

Nom : CHATAING
Prénom : Côme, Damien, Bien Aimé
Date : 14/12/1837

Ville : Belleville (Seine)

Informations personnelles

Né le 21 mai 1798 à Lezoux dans le Puy de Dôme, il est veuf et remarié.

Informations professionnelles

En 1837, il est maître de pension depuis 8 ans à Belleville. Son pensionnat  est prospère. «Il donne à ses élèves une éducation toute moderne  et l’imprimerie est du nombre des connaissances qu’il veut leur faire acquérir ». Il a fait apposer dans Belleville des affiches lithographiques pour sa pension ; l’enquête, après dénonciation, a montré qu’elles sortaient de sa presse.

Voir la fiche


CHÂTEAU

Nom : CHÂTEAU
Prénom : Adolphe, Désiré
Date : 28/02/1839

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Longny (Orne) le 28 février 1801 ; son père était marchand. Il est graveur en taille-douce depuis 24 ans et travaille à l'École des Beaux-arts de Lyon. Après avoir été longtemps malade, il meurt le 18 avril 1852.

Voir la fiche


CHÂTEAU

Nom : CHÂTEAU
Prénom : René
Date : 14/12/1829

Adresses professionnelles

Rue Saint-Aubin

Ville : Angers (Maine-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 10 avril 1798 à Angers ; son père était  concierge à la manutention des vivres et pains. Il a travaillé dix ans chez Mame, puis un an à Paris dans la librairie. Il revient à Angers où il est très bien vu politiquement.

Informations professionnelles

Il obtient le 15 juin 1829 un brevet de libraire et, le 29 juillet,  un brevet d'imprimeur en lettres, de préférence à deux autres candidats car "il a toujours donné des preuves d'attachement à la famille royale". Il publie le journal Le Royaliste. À sa mort, seuls ces deux brevets sont repris ; le brevet de lithographe, dont il semble, à en croire son concurrent Lesourd, qu'il se soit peu servi, est annulé longtemps après son décès.

Voir la fiche


CHÂTEAU dit BONMARTIN

Nom : CHÂTEAU dit BONMARTIN
Prénom : Charles
Date : 07/04/1847

Adresses professionnelles

15, rue de la Préfecture

Ville : Le Mans (Sarthe)

Informations personnelles

Il est né de parents inconnus le 30 août 1813 au Mans. Il est dessinateur lithographe et il a travaillé à Paris. Il meurt le 22 octobre 1858.

Informations professionnelles

Il veut faire grâce à la lithographie des dessins sur papier et sur toile, mais aussi des travaux de ville. Après sa mort, son brevet est transféré à Rouillon par l'administration.

Voir la fiche


CHATELAIN

Nom : CHATELAIN
Prénom : Gustave, Joseph, Alexandre
Date : 28/07/1870

Ville : Sarrebourg (Meurthe)

Informations personnelles

Il est né le 30 septembre 1834 à Lunéville ; son père était confiseur.

Informations professionnelles

Il reprend les trois brevets et l'entreprise que lui cède sa soeur.

Voir la fiche


CHATELAIN, veuve GABRIEL

Nom : CHATELAIN, veuve GABRIEL
Prénom : Marie, Joséphine
Date : 03/09/1866

Ville : Sarrebourg (Meurthe)

Informations personnelles

Elle est née à Lunéville (Meurthe) le 22 janvier 1831 ; son père était confiseur.

Informations professionnelles

À la mort de son mari, elle reprend ses trois brevets et la tête de l'entreprise. En 1870, elle s'en démet en faveur de son frère.

Voir la fiche


CHATELARD

Nom : CHATELARD
Prénom : Jean
Date : 05/01/1839

Adresses professionnelles

72, passage du Caire (1838)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 7 octobre 1814 à Paris. Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Il est  d'abord taille-doucier, mais "la lithographie ayant absorbé presque toute la taille-douce", dit-il, il a besoin d'un brevet pour se mettre à la lithographie.

Voir la fiche


CHATENET

Nom : CHATENET
Prénom : Antoine
Date : 08/07/1842

Ville : Blaye (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Bègles (Gironde) le 12 juillet 1811 ; son père était tonnelier. Il meurt le 29 novembre 1848.

Informations professionnelles

Il obtient un brevet d'imprimeur en lettres le 22 mars 1836, puis demande, en 1840, deux brevets de lithographe et de libraire, ce dernier par création. Chatenet justifie sa demande par la nécessité de résister à la concurrence des imprimeurs bordelais. La réponse tarde, mais en 1842, les deux brevets sont attribués en même temps. A sa mort, sa veuve prend sa succession.

Voir la fiche


CHÂTENET

Nom : CHÂTENET
Prénom : Michel
Date : 18/10/1831

Adresses professionnelles

15, rue Saint-André (1857)
4, rue Saint-André (1877)

Ville : Angoulême (Charente)

Informations personnelles

Il est né le 28 juillet 1807 à Angoulême. Son père était marchand. Il s'est formé à Paris, Limoges et Angoulême.

Informations professionnelles

En 1833, il demande à pouvoir mettre en oeuvre un procédé de report sur pierre utilisant une encre de son invention qui permettrait de tirer un grand nombre d'exemplaires et concurrencer les impressions typographiques. Pour cela, il lui faut disposer de caractères typographiques, et par conséquent d'un brevet, mais il se heurte à une violente opposition de ses confrères  angoumois. Châtenet cherche l'appui de la Chambre consultative des arts et manufactures, en dénonçant la jalousie suscitée par sa réussite professionnelle  :"Messieurs les typographes virent avec effroi adopter mon genre de travail et alors comme aujourd'hui, ils se réunirent contre moi et commencèrent une guerre dont vous allez apprécier la loyauté" : demandes de brevets de lithographe et débauchage d'ouvriers formés chez Châtenet. Il plaide qu'il veut "fonder un atelier d'imagerie en concurrence avec Paris, Toulouse, Nancy et Montbéliard. Cet établissement serait de la plus grande utilité soit par l'emploi d'un grand nombre de bras soit en offrant un débouché pour nos papiers soit enfin en propageant le goût du dessin beaucoup trop négligé." Les autres imprimeurs rétorquent que ces arguments ne sont qu'un prétexte et que créer un nouveau brevet d'imprimeur serait une injustice à l'égard de ceux qui ont payé 12 000 F pour reprendre un brevet. Faux, répond Châtenet : ils n'ont jamais payé plus de 1 200 F... La polémique agite les imprimeurs angoumois de juin 1840 à  octobre 1841. L'administration prend une demi-mesure en autorisant Châtenet à posséder un petit nombre de caractères. En 1846, Chatenet constitue un nouveau dossier pour obtenir un brevet d'imprimeur en lettres, en joignant un grand tableau généalogique de Guez de Balzac, montrant la nécessité d'un grand nombre de caractères typographiques pour sa réalisation. Les concurrents protestent à nouveau et l'administration renonce à statuer. En 1848, nouvelle offensive de Châtenet, cette fois couronnée de succès le 28 mars. Châtenet est, à l'évidence, un entrepreneur dynamique, récompensé par une médaille de bronze à l'Exposition des produits de l'industrie nationale en 1839. Outre ses recherches pour améliorer, grâce à de nouvelles encres, le rendement des tirages lithographiques, il a breveté en 1838 un procédé pour filigraner le papier après fabrication. Son papier à en-tête annonce qu'il réalise les impressions lithographiques, autographiques et en taille-douce.

Alors que son papier à en-tête de 1840 s'orne d'un grand portrait de Louis-Philippe et d'une reproduction de la Charte de 1830, il soutient sa demande brevet de 1848 en attribuant les précédents refus à des "abus d'influence" dans l'action de "gouvernements rétrogrades qu'un coup de foudre a fait crouler".  Le 24 novembre 1855, il est condamné à une amende de 3 025 F pour avoir imprimé un factum hostile au Préfet ; l'administration note au passage qu'il est le seul imprimeur d'Angoulême à avoir accepté d'imprimer la liste des candidats d'opposition aux élections municipales. Toutefois, comme le Préfet juge qu'il a eu des opinions républicaines avancées mais qu'il est aujourd'hui préoccupé seulement de son industrie, l'amende est ramenée à 500 F.

Son fils aîné, Pierre Jules Châtenet, prend trois brevets dans les années 1860.

 

Voir la fiche


CHATIN

Nom : CHATIN
Prénom : Alexandre, Alphonse
Date : 30/09/1831

Adresses professionnelles

67, rue des Vieux-Augustins (1836)
63, rue de Cléry (1831)
32, rue Montmartre (1855)
5, rue Tiquetonne (1842)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 22 février 1803 à Paris ; son père était marchand mercier. Sa famille était fournisseur de l'École militaire et elle a connu des pertes considérables pendant les Cent jours. Il a fait son apprentissage chez Lacroix, puis a travaillé chez Langlumé.

Informations professionnelles

Il demande en vain un brevet de lithographe depuis 1828. Il pratique la lithographie et la taille-douce.
Il est condamné le 17 juillet 1838 à 3 000 F d'amende pour défaut d'indication de ses nom et adresse sur une affiche autographiée publiée par un nommé Levanier. L'administration de la Librairie propose, le 2 janvier 1839, que l'amende soit réduite à 200 F car il sera déjà suffisamment puni ainsi, sa position étant gênée : il n'a jamais eu plus de 2 ouvriers et il a dû s'endetter pour acheter ses presses, ce qui lui a valu quelques temps de prison à Sainte-Pélagie, à la demande de ses créanciers ; la somme due était néanmoins faible..

 

 

Voir la fiche


CHAUCHEPRAT

Nom : CHAUCHEPRAT
Prénom : Prosper
Date : 30/05/1846

Ville : Riom (Puy-de-Dôme)

Informations personnelles

Il ets né le 30 juillet 1826 à Riom ; son père était concierge de la Cour royale. Lui-même a été employé au greffe de la Cour royale de Riom.

Informations professionnelles

Il a racheté le matériel de Mouly qui l'a formé. Il n'a pas obtenu le brevet de libraire qu'il demandait.

Voir la fiche


CHAUFFARD

Nom : CHAUFFARD
Prénom : Joseph, Antoine, Élie
Date : 01/08/1878

Adresses professionnelles

20, rue des Feuillants

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 1er décembre 1849 à Marseille. Son père était imprimeur en lettres et lithographe. À sa mort, sa mère Rose Bénédicte Baudillon, veuve Chauffard, a pris sa succession, sans faire de demande de brevet, semble-t-il.

Informations professionnelles

Il reprend l'imprimerie familiale que lui cède sa mère.

Voir la fiche


CHAUFFARD

Nom : CHAUFFARD
Prénom : Pierre, Marius, André
Date : 05/06/1846

Adresses professionnelles

20, rue des Feuillants
2, rue des Trois Mages (1852)
23, boulevard du Musée (1860)

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 17 décembre 1803 à Marseille, petit-fils et fils de libraire. Il est marié et, en 1855, il a sept enfants. Il a travaillé pendant dix ans chez Barlatier. Il meurt en 1861.

Informations professionnelles

Il a obtenu un brevet de libraire le 29 mai 1841, puis il a racheté l'imprimerie de Mossy et repris son brevet.
Il est condamné le 16 septembre 1855 à 3 000 F d'amende pour défaut d'adresse sur une Vie de Charles de Coudren de l'abbé L. M. Pin. Le Préfet est convaincu qu'il s'agit d'une négligence, le livre ne contenant rien de répréhensible et Chauffard n'imprimant que des livres de piété, mais il approuve la condamnation "pour l'exemple" avant de recommander une réduction de peine : l'amende sera ramenée à 25 F.
 

Voir la fiche


Pages