A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
CASTELLE

Nom : CASTELLE
Prénom : Paul
Date : 04/07/1848

Adresses professionnelles

5 bis, rue d'Arcole (avril1856)
19, rue Neuve Saint-Merri (1852)
6, quai Lepelletier
55, rue de la Verrerie (novembre 1850)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 18 mars 1809 à Bordeaux (Gironde). Son père est tailleur d'habits. Il est marié et père de famille. Il est ouvrier lithographe.

Informations professionnelles

Il est spécialisé dans la fabrication d'ornements or et argent et veut faire des applications sur des gravures ou lithographies représentant des sujets religieux pour les vendre en Italie et dans les colonies. En mai, expliquant que  : "Travaillant à la lithographie depuis plusieurs années, j'ai obtenu souvent  des résultats qui m'avaient coûté bien des essais et qui ne profitaient qu'à mon patron. Aujourd'hui que de bien faibles ressources me permettent  l'achat d'une presse", il demande l'autorisation d'utiliser cette presse pour des essais. Le 10 juin 1848, il précise : "Dans le cas du succès, nous sommes plusieurs ouvriers qui voulons essayer de monter une maison à nos risques et périls mutuels. Faut-il espérer ou retourneer à l'atelier, livrer au patron égoïste l'expérience qui a tant coûté ? Je fais ici appel, citoyen ministre, à vos sympathies pour les travailleurs Dans ma demande étaient des échantillons qui ont fait faire énormément  d'expéditions à plusieurs éditeurs. Bien des négociants obtiennent  facilement une presse  pour les articles dont ils ont besoin, nous demandons une faveur qui a été accordée à des négociants qui augmentent seulement leur bénéfice, mais nous, c'est nous donner un établissement. / Recevez nos salutations respectueuses / Salut et fraternité."
Il va développer une entreprise de vente de gélatine en feuilles imperméables. Elles peuvent servir à décorer des vitres en imitation de vitraux, des encadrements d'images pieuses, des emballages de confiserie et de parfumerie.

Voir la fiche


CASTELNAU

Nom : CASTELNAU
Prénom : Jacques, Armand
Date : 31/01/1846

Ville : Castres (Tarn)

Informations personnelles

Il est né à Castres le 23 août 1811 ; son père était papetier. Lui-même est relieur et tient un commerce de papeterie et d'articles de bureau. Son brevet est annulé après son décès sans héritier, ce qui permet d'en attribuer un à Blanc.

Voir la fiche


CASTEX

Nom : CASTEX
Prénom : Germain
Date : 04/04/1873

Ville : Vierzon (Cher)

Informations professionnelles

Il remplace les Haillant qui étaient, lui, imprimeur, et elle, libraire.

Voir la fiche


CASTEX

Nom : CASTEX
Prénom : Antoine
Date : 10/11/1863

Ville : Toulouse (Haute-Garonne)

Informations personnelles

Il est né le 27 juillet 1824 à Toulouse ; son père était porte-faix. Il est ouvrier lithographe depuis 24 ans.

Informations professionnelles

La veuve de Louis Constantin se démet en sa faveur.

Voir la fiche


CASTEX

Nom : CASTEX
Prénom : Jacques, Guillaume
Date : 16/05/1845

Ville : Toulouse (Haute-Garonne)

Informations personnelles

Il est né à Plaisance (Haute-Garonne) le 13 décembre 1795. Son père était propriétaire.

Voir la fiche


CASTIAUX

Nom : CASTIAUX
Prénom : Eugène
Date : 12/06/1872

Adresses professionnelles

Grand' Place

Ville : Lille (Nord)

Voir la fiche


CASTIAUX

Nom : CASTIAUX
Prénom : Eugène
Date : 12/06/1872

Adresses professionnelles

13, Grand'Place

Ville : Lille (Nord)

Informations professionnelles

Il déclare reprendre les activités de libraire, typographe et lithographe.

Voir la fiche


CASTIAUX, veuve BLOCQUEL

Nom : CASTIAUX, veuve BLOCQUEL
Prénom : Constance, Aimée, Patrie
Date : 21/07/1863

Ville : Lille (Nord)

Informations personnelles

Elle a épousé en 1836 l'imprimeur Simon François Blocquel.
Elle meurt le 31 mai 1877.

Informations professionnelles

Elle reprend les trois brevets de son mari.

Voir la fiche


CASTILLE

Nom : CASTILLE
Prénom : François
Date : 30/06/1834

Adresses professionnelles

19, rue du Bouloi (1840)
40, rue du Four Saint-Germain (1837)
2, rue Favart (1845)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 6 avril 1799 à Oisy-le-Verger (Pas-de-Calais). Son père était tailleur d'habits. Il s'est marié à son retour d'Espagne et il est  père de famille. Ses enfants travaillent avec lui.
Il a fait son apprentissage d'ouvrier lithographe chez Senefelder, puis Knecht. Il a travaillé ensuite chez Lemercier pendant 4 ans (en deux périodes) et a dirigé l'imprimerie Bichebois pendant 6 mois. Entre-temps, de 1829 à 1831, il est directeur de l'impression attaché à l'Imprimerie royale d'Espagne, à Madrid.

Informations professionnelles

Il s'associe d'abord en janvier 1834 avec Chenu qui était avec lui à Madrid, mais il veut reprendre sa liberté, trouvant que Chenu ne le seconde pas assez alors que l'imprimerie est à son nom. L'imprimerie possédant à ce moment  3 presses et une centaine de pierres, il retirerait un capital de 3 500 F du partage. Il demande donc un brevet pour s'installer.
Il fait faillite le 13 avril 1838 avec un actif de 31 113 Fet un passif de 28 603 F. Il reprend son activité après un concordat et, en 1852, il possède 10 presses lithographiques et 1 presse en taille-douce, et paie un loyer de 4 000 F. Il imprime partitions musicales et illustrations pour journaux de mode et gazettes théâtrales (La France théâtrale). Pour sa presse en taille-douce, il obtient une simple autorisation le 30 septembre 1852. En 1855, il demande un véritable brevet pour la taille-douce car il veut disposer de 4 presses.Le commissaire inspecteur Gaillard prétend qu'il n'en aura que 2 et de façon temporaire et qu'il projette une cession dont il veut, par un nouveau brevet, augmenter la valeur. Le Préfet de police, constatant que l'établissement de Castille est "bien tenu et très achalandé", se montre favorable à Castille qui est breveté le 5 mars 1855.

Voir la fiche


CASTILLON

Nom : CASTILLON
Prénom : Aurélien, Jean, André, Philippide, Bernard, Charles
Date : 18/12/1835

Adresses professionnelles

15, rue du Cancéra

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né le 5 mai 1813 à Bordeaux. Son père était le doyen des imprimeurs de la ville et le propriétaire de la feuille d'annonces dont son fils pouruivra l'impression.

Informations professionnelles

Il obtient un brevet d'imprimeur en lettres le 30 septembre 1837. Il hérite de son père dont il reprend les brevets le 14 juillet 1845. L'imprimerie fait tous travaux d'impression  : plans, dessins, musique, travaux de ville..., par tous les procédés : typographie, lithographie, taille-douce et autographie. En avril 1843, il est condamné à 2 000 F d'amende pour défaut de déclaration d'un écrit dû à un curé s'adressant aux protestants et soulevant "imprudemment une polémique religieuse", ainsi que d'un numéro de L'Homme gris, "journal non politique qui  fait métier  de verser l'insulte ou le ridicule  soit sur des fonctionnaires publiques soit sur des personnes quelquefois fort recommandables" ; l'amende ne sera réduite que de moitié car le Préfet est mécontent de cet imprimeur qu'il accuse d'avoir "de mauvaises idées".

Voir la fiche


CATTIER

Nom : CATTIER
Prénom : François, Louis
Date : 15/10/1839

Adresses professionnelles

45, rue de la Victoire (1856)
12, rue de Lancry (1842)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 4 mai 1796 à Paris. Il est marié et père de famille. Il paie un loyer de 600 F par an. Il aurait été dans le commerce de la miroiterie avant de s'en retirer avec quelques capitaux. Il s'est associé avec l'un de ses parents, François Delarue, installé marchand d'estampes, et veut imprimer lui-même. Il a dirigé l'imprimerie de Mme Motte, puis acheté son matériel.

Informations professionnelles

Il reçoit une médaille d'argent aux expositions de 1844 et 1849 pour l'invention de son procédé, l'Eidographie. Ce procédé permet d'imprimer des tableaux sur papier, présentant toutes les apparences de la peinture à l'huile. Toutefois, sa production est principalement constituée de nombreux portraits de personnalités politiques, de scènes de genre (Le Musée des rieurs), de paysages ; il est l'imprimeur attitré de Goupil et Vibert et de leurs correspondants anglais et américains. Il cède son atelier au bout de 16 ans à Jacomme qui fait faillite un an plus tard. Retiré à Belleville, Cattier finalise son brevet pour l'eidographie tandis que son brevet est annulé comme inexploité le 18 février 1856. Il demande une autorisation pour 2 presses d'essai et finalement reprend le brevet de Touzé en mai 1856. Il le conserve jusqu'au 30 novembre 1859 quand il est repris par Legastelois.

Voir la fiche


CAUCHOIS

Nom : CAUCHOIS
Prénom : Jules, Zéphire
Date : 28/02/1861

Ville : Méru (Oise)

Informations personnelles

Il est né le 29 octobre 1830 à Mortefontaine (Oise) ; son père était instituteur. Il est lui-même institueur à Énencourt-Léage (Oise)

Informations professionnelles

Après son brevet de lithographe, il demande un brevet d'imprimeur en lettres en 1863, 1864 et 1869. Il l'obtient finalement le 21 mai 1870. Il ouvre aussi une librairie qu'il cède  en octobre 1878.

Voir la fiche


CAUDELLON

Nom : CAUDELLON
Prénom : Jean
Date : 08/07/1870

Ville : Le Bouscat (Gironde)

Informations personnelles

Il est né le 21 juin 1836 au Bouscat  ; son père était charretier.

Informations professionnelles

Le 22 mars 1871, il transfère ses ateliers à Bordeaux, au 4, rue Lagrange.

Voir la fiche


CAUDERAN

Nom : CAUDERAN
Prénom : Jean, Pierre, Arsène
Date : 27/03/1846

Ville : Vannes (Morbihan)

Informations personnelles

il est né le 16 octobre 1817 à Vannes ; son père était commis. Il a été professeur de musique.

Informations professionnelles

Il est d'abord breveté libraire le 2 février 1841 pour exploiter une librairie d'éducation. Il est ensuite le premier à pratiquer la lithographie à Vannes et le 2 juin 1848, il obtient un brevet d'imprimeur en lettres. L'initiative semble en revenir à l'administration qui souhaite susciter un journal républicain : Legall a refusé d'imprimer la circulaire Ledru-Rollin et la Préfecture lui a donc ôté sa clientèle ; quant au journal de Lamarzelle, l'autre imprimeur vannetais,  La Vigie du Morbihan, "tout en ayant l'air  de vouloir conserver la couleur républicaine, il fait une très vive opposition au radicalisme, opposition basée sur les mêmes arguments qu'emploient  les légitimistes. M. de Lamarzelle m'a d'ailleurs refusé en quelque sorte ses presses et j'ai été obligé de recourir à la lithographie" de Cauderan, expose Guépin, le commissaire du Gouvernement provisoire, au début de mai. Il envisage de faire acheter l'imprimerie de Lamarzelle et La Vigie "par un employé de la Préfecture" -qui n'est autre que Cauderan- et presse la Direction de la Librairie de lui envoyer très vite son brevet. Lamarzelle conservera son imprimerie et Cauderan tentera de s'opposer à ce qu'un brevet de lithographe lui soit attribué en invoquant le manque de rentabilité de cette activité.

Voir la fiche


CAUDRILIER

Nom : CAUDRILIER
Prénom : Adolphe, Nicolas, François
Date : 20/10/1868

Adresses professionnelles

28, boulevard Saint-Jacques (1868)
19, boulevard Saint-Martin (1855)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 6 mai 1830.Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Succédant au papetier, marchand d'estampes et éditeur Grim, il est tout d'abord libraire, spécialisé en architecture et publication de recueils industriels de menuiserie et de serrurerie. Il publie six fois par an le Moniteur des architectes. Le commissaire inspecteur Gaillard  a préféré qu'il reprenne un brevet de libraire au lieu de se lmiter comme son prédécesseur à une autorisation de vendre livres classiques, religieux et professionnels (des manuels Roret notamment).  En 1868, il demande un brevet de lithographe et de taille-doucier pour imprimer lui-même, à la place de Becquet. Le local du boulevard Sant-Martin sera un dépôt de vente et d'abonnement. En 1869, Il demande un brevet d'imprimeur en lettres ; il est associé pour ce projet avec l'ancien avoué et avocat propriétaire du terrain du boulevard Saint-Jacques et dit disposer de 80 000 F pour s'équiper en presses Tournier, utilisées par l'Imprimerie impériale. Le projet ne semble pas avoir eu de suite.

Voir la fiche


CAUMONT

Nom : CAUMONT
Prénom : Jean, *Bernard
Date : 09/06/1856

Adresses professionnelles

8, rue Pagevin

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 28 juillet 1814 à Montigny-sur-Vingeanne (Côte-d'or). Son père était sous-lieutenant en retraite. Il est marié.
Il est directeur d'une entreprise d'affichages dont le siège est 8, rue Pagevin. Il emploie 50 ouvriers.

Informations professionnelles

 "On peut considérer le sieur Caumont  comme le grand seigneur de l'affichage à Paris car il tend  chaque jour à annihiler le petit nombre de concurrents qui lui restent. Sera-ce un bien ou un mal ? C'est à la Préfecture de police à le déterminer ", écrit le commissaire inspecteur  de la Librairie Gaillard le 29 avril 1856. Le brevet de lithographe est accordé.

Voir la fiche


CAUSSIN

Nom : CAUSSIN
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 29/03/1856

Adresses professionnelles

27, passage du Grand-Cerf (1856)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 27 septembre 1826 à Boussicourt (Somme). Son père était instituteur. Il es marié. Tout d'abord instituteur communal à Valmandois (Seine-et-Oise), puis expéditionnaire à la mairie du 6e arrondissement de Paris, il s'est mis à l'écriture lithographique. Il est écrivain autographe depuis 1850.

Informations professionnelles

Il fait des travaux de ville, des dessins techniques (Nouveau système de frein breveté. Germain, inventeur) ...

Voir la fiche


CAUVIN

Nom : CAUVIN
Prénom : Charles, Éloi, Barthélémy
Date : 31/05/1861

Ville : Nice (Alpes-maritimes)

Informations personnelles

Né le 15 novembre 1819.

Informations professionnelles

Il reçoit en même temps les trois brevets d’imprimeur en lettres, de lithographe et de libraire. Installé depuis plus de dix ans, il se vante d’être à la tête de l’établisement le plus ancien du pays.

Voir la fiche


CAVAILLÈS

Nom : CAVAILLÈS
Prénom : Jean
Date : 04/04/1863

Ville : Mazamet (Tarn)

Informations personnelles

Il est né le 4 septembre 1829 à Mazamet où son père était lithographe.

Informations professionnelles

Son beau-frère démissionne en sa faveur, lui permettant de reprendre ainsi l'entreprise paternelle.

Voir la fiche


CAVAILLÈS

Nom : CAVAILLÈS
Prénom : Jean, Marie, Liberté
Date : 15/11/1844

Ville : Mazamet (Tarn)

Informations personnelles

Il est né le 5 mars 1793 à Revel (Haute-Garonne) ; son père était marchand. Conscrit en 1813, il a terminé la campagne de 1814 comme sergent-major. Il a été pendant plusieurs années instituteur communal avant de devenir écrivain lithographe, après avoir travaillé chez Gorse et Bonnal à Toulouse, et relieur.
 

Informations professionnelles

En 1857, il demande un brevet de libraire ; elle est rejetée au motif qu'il y a déjà assez de libraires à Mazamet, mais le rapport du Préfet note que, aux dernières élections, il "a agi activement en faveur des candidats d'opposition." Il se démet de son brevet de lithographe en faveur de son gendre.

Voir la fiche


CAVAILLEZ

Nom : CAVAILLEZ
Prénom : Prosper
Date : 11/06/1877

Ville : Carcassonne (Aude)

Informations personnelles

 

Informations professionnelles

Il travaille depuis 1848 avec son père, Pierre Cavaillez, breveté le 27 août 1847. Il prend sa succession.

Voir la fiche


CAVALIER

Nom : CAVALIER
Prénom : François
Date : 05/04/1871

Ville : Millau (Aveyron)

Informations professionnelles

Associé à Joseph Lagoutte, il a ensuite acheté une imprimerie typographique le 18 janvier 1872. Toutefois, l'enquête statistique de 1876 note qu'il "n'exerce que la profesion de lithographe et n'a pa donné suite à sa déclaration  rrelative à un établissement typographique."

Voir la fiche


CAVANIOL

Nom : CAVANIOL
Prénom : Charles, Henri
Date : 14/01/1880

Ville : Chaumont (Haute-Marne)

Informations personnelles

Il remplace son père, décédé, dans ses activités de libraire, typographe et lithographe.

Informations professionnelles

Archives Nationales F18 2264

Voir la fiche


CAVAROC, veuve SECRÉTANT

Nom : CAVAROC, veuve SECRÉTANT
Prénom : Marie
Date : 01/08/1859

Adresses professionnelles

21, rue Centrale

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Elle est née à Lyon le 20 janvier 1830 ; son père était menuisier. Elle a épousé le 23 juin 1848 l'imprimeur Secrétant dont elle a eu un fils encore mineur quand elle se retrouve veuve.

Voir la fiche


CAYE

Nom : CAYE
Prénom : Jean, Nicolas, Ferdinand
Date : 11/11/1850

Adresses professionnelles

15, rue Saint-Dizier

Ville : Nancy (Meurthe)

Informations personnelles

Il est né le 4 avril 1828 à Nancy ; son père était charpentier. Il laisse procuration à sa femme pour traiter de la vente de son matériel et de son brevet.

Informations professionnelles

Il est ouvrier graveur de formation.

Voir la fiche


CAYER

Nom : CAYER
Prénom : Joseph, François
Date : 20/11/1865

Adresses professionnelles

57, rue Saint-Ferréol (1871)

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 4 février 1818 à Marseille. Son père était tanneur.

Informations professionnelles

Il demande le transfert du brevet de Vial ; l'administration répond qu'il a été annulé pour inexploitation. Vial soutient que c'est une erreur car il n'a jamais cessé d'exercer mais il confiait le travail à un ouvrier en chambre. Comme il est président de la Société des porte-faix de Marseille et chevalier de la Légion d'honneur, le Préfet décide qu'il faut croire ses déclarations et transférer le brevet à Cayer. En 1867, la raison sociale de l'imprimerie est Arnaud, Cayer et cie. Le 7 novembre 1873, Cayer déclare ses activités nouvelles de libraire et d'imprimeur en lettres.

Voir la fiche


CAZABAUT

Nom : CAZABAUT
Date : 07/03/1875

Ville : Saintes (Charente-inférieure)

Informations professionnelles

Il est le curé de la paroisse Saint-Eutrope  et possède une presse pour les besoins de sa paroisse : musique, prières...

Voir la fiche


CAZALET

Nom : CAZALET
Prénom : Pierre
Date : 19/02/1840

Ville : Alais (Gard)

Informations personnelles

Il est né à Cros (Gard) le 19 août 1814 ; son père était instituteur. Il est écrivain lithographe.

Voir la fiche


CAZAVAN

Nom : CAZAVAN
Prénom : Jean, Marie, Gustave
Date : 20/08/1861

Ville : Le Havre (Seine-inférieure)

Informations personnelles

Il est né à Fort-de France (Martinique) le 15 août 1803 ; son père était chirurgien. Il a été préfet en 1848, puis est devenu gérant du Journal du Havre, qui était imprimé par Brindeau.

Informations professionnelles

"Le postulant passe pour avoir des idées républicaines ; toutefois, son journal, d'ailleurs très utile au commerce de la localité, est dirigé avec beaucoup de mesure et il parle rarement de la politique du gouvernement de l'Empereur sans exprimer une adhésion. [...] Bien que M. Cazavan ne doive inspirer à l'administration qu'une confiance relative, il paraitrait cependant trop sévère de le traiter comme un homme hostile" juge le Préfet.  Il obtient donc les trois brevets de Benoît Henri Brindeau.A sa mort en 1870, Pierre Alphée Brindeau demande à lui succéder.
 

Voir la fiche


CAZENEUVE

Nom : CAZENEUVE
Prénom : Jean, Raymond
Date : 14/10/1867

Ville : Toulouse (Haute-Garonne)

Informations personnelles

Il est né le 14 juin 1835 à Toulouse ; son père était jardinier. Il a longtemps séjourné à Paris avant de revenir à Toulouse.
 

Informations professionnelles

Il avait obtenu l'autorisation de posséder une presse pour ses recherches personnelles sur la lithographie sur céramique. Il demande un véritable brevet pour appliquer un procédé nouveau qu'il a inventé pour le décor sur céramique. En 1875, il a cessé d'exercer.

Voir la fiche


CAZENEUVE de

Nom : CAZENEUVE de
Prénom : Célestin
Date : 18/10/1875

Adresses professionnelles

7, quai du Canal

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations professionnelles

Il remplace Decugis et Fège.

Voir la fiche


CAZES

Nom : CAZES
Prénom : Alphonse, François
Date : 23/04/1863

Ville : Montpellier (Hérault)

Informations personnelles

Il est né à Montpellier le 3 mars 1836 ; son père était forgeron. Il a travaillé six ans chez divers imprimeurs de la ville, dont Boehm.

Informations professionnelles

Il fait une grande partie de son chiffre d'affaires avec la société Villaret, spécialisée dans la fabrication du papier à cigarette,  qu'elle exporte en Algérie et  dans les pays du bassin méditerranéen. Pour elle, il imprime les couvertures des cahiers de papier à cigarette et les sacs en papier contenant le tabac. En 1870, il demande le transfert de son brevet pour Clermont-l'Hérault afin d'installer son atelier auprès de la fabrique. En 1873, il reprend l'exploitation de son atelier de Montpellier. Il n'est plus mentionné dans l'état statistique de 1879.

Voir la fiche


CAZES

Nom : CAZES
Prénom : Alphonse, François
Date : 24/03/1870

Ville : Clermont-l'Hérault (Hérault)

Informations professionnelles

Titulaire d'un brevet pour Montpellier, il demande à l'échanger pour Clermont-l'Hérault : il veut se rapprocher de la société Émile Villaret et cie, fabrique du  papier à cigarettes,  pour qui il travaille depuis plusieurs années et qui représente la plus grande partie de son chiffres d'affaires. Il imprime les couvertures de cahiers de papier à cigarette et les sacs à tabac qu'elle commercialise en Algérie et les pays du bassin méditerranéen. Il envisage aussi de créer avec la société Villaret une fabrique d'allumettes-bougies.
En 1873, il reprend l'exploitation de son atelier de Montpellier.

Voir la fiche


CÉAS

Nom : CÉAS
Prénom : Jules, Étienne, Frédéric
Date : 28/12/1861

Adresses professionnelles

9, rue de l'Université

Ville : Valence (Drôme)

Informations personnelles

Il  est né à Gap (Hautes-Alpes) le  28 décembre 1801. Son père était chef de bureau à la Préfecture. Il est propriétaire à Valence et chevalier de la Légion d'honneur depuis le 25 novembre 1832.

Informations professionnelles

Il reprend l'imprimerie et les trois brevets d'Edouard Aurel. Il est l'imprimeur  du Courrier de la Drôme et du Bulletin départemental de l'Instruction primaire.

Voir la fiche


CÉGRÉTIN

Nom : CÉGRÉTIN
Prénom : Grégoire
Date : 24/03/1857

Ville : Clamecy (Nièvre)

Informations personnelles

Il est né le 3 novembre 1798 à Nevers. Il se dit fièrement allié par sa mère au maréchal Mac Donald. Il a travaillé 5 ans à l'Imprimerie royale, puis  chez un imprimeur du Roi, Thibaud-Landriot, à Clermont-Ferrand depuis 1822, comme compositeur. Dans ce cadre, il a participé à l'impression du Journal du Puy-de-Dôme " où respire le plus pur loyalisme".

Informations professionnelles

Il avait demandé un brevet pour Saint-Amand (Cher) en décembre 1824, qui lui fut refusé. Le 29 avril 1828, il obtient un brevet d'imprimeur en lettres pour Clamecy, puis, le 2 décembre de la même année, un brevet de libraire. Il demande ensuite un brevet de lithographe au moment où  Cliquet obtient le sien ; l'administration lui opppose donc un refus en septembre 1829, pensant qu'il suffit d'un lithographe à Clamecy. Il proteste contre cette décision comme contre l'attribution d'un troisième brevet de typographe à Clamecy, arguant que son imprimerie lui a coûté 20 500 F (la dot de sa femme y a été engloutie) et qu'il serait juste que l'adminstration écarte de lui la concurrence. Dans le même esprit, il écrit au ministre pour protester contre l'éventuelle suppression du brevet évoquée en séance de la Chambre le 13 décembre 1834, demandant que, pour le moins, les nouveaux imprimeurs indemnisent les anciens. Malgré ces récriminations, il jouit de la confiance de l'administration.
Il imprime le Journal d'annonces judiciaires. quelques numéros du Journal de Clamecy et du Peuple en 1848.

Voir la fiche


CÉGRÉTIN

Nom : CÉGRÉTIN
Prénom : Charles
Date : 28/03/1859

Adresses professionnelles

14-16, rue de la Monnaie (1863)

Ville : Clamecy (Nièvre)

Informations personnelles

Il est né le 10 juillet 1823 à Clermont-Ferrand où son père travaillait comme compositeur chez Thibaud-Landriot. Depuis 1848, il travaille avec son père.
Il meurt le 2 février 1871.

Informations professionnelles

Quand son père est frappé brusquement d'aliénation mentale, il reprend l'imprimerie et les trois brevets paternels. À sa mort, sa veuve, née Adèle Rochu,  prend la direction de l'imprimerie.

Voir la fiche


CELARD

Nom : CELARD
Prénom : Cyr, Michel, François
Date : 30/09/1857

Adresses professionnelles

2, place des Terreaux

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 26 janvier 1832 à Lyon ; son père était menuisier.

Voir la fiche


CELLARIER

Nom : CELLARIER
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 29/07/1870

Ville : Firminy (Loire)

Informations personnelles

Il est né le 18 janvier 1848 à Saint-Jean-Bonnefonds (Loire). Son père était machiniste.

Informations professionnelles

Sa demande de brevet reçoit un avis favorable le 29 juillet 1870, mais les événements empêchent la signature et la remise de ce brevet.

Voir la fiche


CELSE

Nom : CELSE
Prénom : Jean, Marie
Date : 23/07/1855

Ville : Saint-Étienne (Loire)

Informations personnelles

Il est né le 25 février 1818 à Saint-Étienne ; son père était libraire. Il est papetier.

Informations professionnelles

À sa mort, sa veuve cède son brevet à Coté.

Voir la fiche


CELSE

Nom : CELSE
Prénom : Victor, Edmond
Date : 17/11/1866

Ville : Arras (Pas-de-Calais)

Informations personnelles

Il est né le 19 octobre 1839 à Arras où son père était libraire.Entre 1861 et 1864, pendant son service militaire, il a travaillé comme écrivain et dessinateur lithographe à l'école du 3e régiment du Génie.

Voir la fiche


CERF

Nom : CERF
Prénom : Isidore
Date : 29/08/1853

Ville : Châlons-sur-Marne (Marne)

Informations personnelles

Il est né à Châlons-sur-Marne le 3 mars 1829 ; son père était marchand. Il est écrivain dessinateur lithographe. Il a travaillé chez Rival à Paris.

Informations professionnelles

Le 15 mai 1871, il déclare ouvrir une librairie et une imprimerie typographique.
Il est toujours en activité en 1879.
 

Voir la fiche


CERF

Nom : CERF
Prénom : Jonas
Date : 16/07/1841

Adresses professionnelles

7, rue Sauvage

Ville : Arles (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 14 février 1804 à Carpentras (Vaucluse). Il est typographe depuis 17 ans, dont 12 ans comme prote, ayant travaillé à Auch chez Foix et Roger, et à Toulouse chez Dieulafoi.
Il meurt du choléra le 14 février 1855.

Informations professionnelles

Il est d'abord été  breveté imprimeur en lettres pour Mirande (Gers) en 1839, mais il a cédé l'imprimerie à Groc et demandé un brevet pour Lectoure en 1840. Comme il a géré pendant quatre ans le Journal politique du Gers, devenu L'Opinion, plus suspect, sa demande est ajournée, malgré l'avis favorable du Préfet. Il renonce donc et obtient les brevets de lithographe et d'imprimeur en lettres pour Arles où il a racheté une imprimerie. Il y imprime le Courrier des Bouches-du-Rhône.

Voir la fiche


CERF

Nom : CERF
Prénom : Sophie
Date : 25/06/1857

Ville : Sèvres (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Elle est née le 11 novembre 1813 à Metz (Moselle) ; son père était colporteur, puis commis.

Informations professionnelles

Elle reprend les trois brevets qu'abandonne son frère pour reprendre une imprimerie typographique à Versailles. L'administration se demande si elle ne va pas lui servir de prête-nom

Voir la fiche


CERF

Nom : CERF
Prénom : Moÿse
Date : 19/11/1842

Ville : Sèvres (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Il est né le 17 novembre 1811 à Metz (Moselle) ; son père était colporteur. Il semble lié par sa famille aux Fould et Achille Fould appuiera ses diverses candidatures au brevet. Il est d'abord compositeur à Paris où ses parents sont venus s'installer. Il y a travaillé chez Worms en 1838, puis à Senlis chez Marguerite Barbot qui a dû reprendre l'imprimerie et les brevets cédés antérieurement à Desmarest, faute d'être payée.

Informations professionnelles

En prenant la direction de l'imprimerie de Senlis, il semble s'être engagé à la racheter à sa propriétaire, mais l'affaire ne se fait pas, soit qu'il se soit dédit, soit qu'il ait été renvoyé (les versions diffèrent) : il aurait amené à Senlis une clientèle radicale dont celle de La Pommeraye  qui lui aurait promis 15 000 F de travaux par an, dont l'impression du journal L'Intelligence, journal de la réforme sociale ; la propriétaire aurait craint les condamnations. Quittant Senlis, il s'emploie chez Marc Aurel à Argenteuil, demande un brevet de typographe pour Creil  qui lui est refusé en 1840, puis, l'année suivante,  pour Sèvres où l'imprimeur Masse est en faillite. Il obtient enfin son brevet d'imprimeur en lettres pour Sèvres le 18 octobre 1842, qu'il complète de brevets de lithographe et de libraire en novembre. Il reprend le 25 juin 1857 l'imprimerie typographique et le brevet de Kleffer à Versailles qui, à 80 ans, se défait de son entreprise pour payer ses créanciers. Moÿse Cerf  transmet alors ses brevets à sa soeur. L'imprimerie versaillaise va prendre une très grande extension ; Cerf deviendra l'imprimeur de l'Assemblée nationale. En 1872, il associe son fils Léopold (né en 1844 à Sèvres et ancien élève de l'École normale supérieure), qui lui succèdera en 1892. Le 6 octobre 1875 est constituée la société Cerf fils et Thésée dans laquelle ce dernier apporte les spécialités de taille-douce et de librairie de la précédente société Dubost et Thésée.

Voir la fiche


CERF et fils, et THESE

Nom : CERF et fils, et THESE

Adresses professionnelles

13, rue Hoche

Ville : Versailles (Seine-et-Oise)

Informations professionnelles

La société Duboscq et Thésé ayant été dissoute, une nouvelle association est conclue avec Cerf et fils.

Voir la fiche


CERTAIN

Nom : CERTAIN
Prénom : Pierre
Date : 25/02/1833

Ville : Carcassonne (Aude)

Informations personnelles

Né le 1er janvier 1797 à Carcassonne (Ariège). Son père était perruquier.

Informations professionnelles

À sa mort en 1862, son fils renonce au brevet et vend le matériel à Zenzac « pour la reproduction de ses dessins ». Le brevet est annulé.

Voir la fiche


CEYZÉRIAT

Nom : CEYZÉRIAT
Prénom : Claude, Joseph
Date : 30/10/1843

Ville : Bourg (Ain)

Informations professionnelles

C’est un ancien ouvrier compositeur typographe, devenu lithographe. Il est condamné à une amende de 3 000 f pour avoir imprimé sans déclaration "des écrits traitant de matières politiques sous les noms de Pétitions à l'Assemblée législative, contre les projets de lois électorales, qui ont été colportées dans le département de l'Ain" (jugement du 2 août 1850). Il plaide qu'il n'a pas compris la portée de ces écrits et ne pensait pas qu'il fallait les déposer. Il est dépeint comme un homme honnête et paisible qui a excité la commisération du tribunal ; l'amende le réduirait à la misère et les "anarchistes de ce pays ne manqueraient pas de s'emparer de ce fait et de l'envenimer.[…] Il est certain avec l'intérêt et la pitié qu'inspirent ici Ceyzériat et sa nombreuse famille, que l'impression générale serait mauvaise." Le préfet suggère une réduction de l'amende qui est effectivement ramenée à 100 F. Il vend son fonds le 11 avril 1860, à Antoine Deplace pour  350 F payables en deux ans.

Voir la fiche


CHABENAT

Nom : CHABENAT
Prénom : Pierrre
Date : 01/03/1877

Adresses professionnelles

134, rue Nationale

Ville : La Châtre (Indre)

Informations personnelles

Il a épousé la libraire Alphonsine Barraud.

Informations professionnelles

Il reprend à son nom la librairie de son épouse et y ajoute une imprimerie.

Voir la fiche


CHABERT

Nom : CHABERT
Prénom : Jean, Claude
Date : 20/02/1827

Adresses professionnelles

19, rue de Seine
20, rue Cassette
16, rue Notre-Dame-des-Victoires
4, rue du Dragon (1826)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 20 septembre 1788 à Montpellier (Hérault). Il se destinait au droit, mais il intègre l'administration des hopitaux de l'armée napoléonienne d'Espagne. Revenu à Paris avec elle, "il flottait incertain" de son avenir, écrivant des vers, préparant une tragédie sur la mort de Romulus, avant de publier le Zodiaque de Denderah. Marié et père de famille, il est membre de plusieurs sociétés savantes. Parallèlement à sa carrière d'éditeur et lithographe, il a entamé une carrière d'inventeur et déposé deux brevets en 1831. Il paie un loyer de 1 400 F. 
La vente de ses "300 tableaux  anciens des écoles italienne, hollandaise et française", les 16 et 17 janvier 1856, montre une prédilection pour les peintres italiens de la Renaissance.

Informations professionnelles

Il est l'éditeur avec Hennet de la Galerie des peintres, ou Collection de portraits des peintres les plus célèbres de toutes les écoles, et de la Galerie des contemporaines, ou Collection de portraits des femmes qui se sont rendues célèbres ..., séries de portraits accompagnés de notices, publiées par livraisons entre 1826 et 1829. Il veut un brevet pour imprimer lui-même car il dit  trouver l'exécution de ses Galeries trop lente. Sa demande de brevet est soutenue par plusieurs personnalités dont un conseiller à la Cour.
La  Galerie des peintres est un ouvrage remarquable par son format, la qualité de son papier et des tirages, le sérieux des notices faisant une large place aux collections françaises, la beauté des lithographies. Chaque livraison comporte, outre la notice, un portrait de l'artiste et une reproduction d'une de ses oeuvres ; Maurin, Jourdy,  Hesse, Franquinet et Chabert lui-même ont fourni ces estampes, imprimées d'abord par Villain, Delpech, puis Langlumé avant que Chabert ne soit breveté. L'ensemble qui couvre l'histoire des écoles italienne, espagnole, française rassemble 270 planches et 135 notices. Tout aussi ambitieuse est la Galerie des contemporaines, imprimée pour les textes par Jules Didot et, pour les lithographies par Villain (très majoritairement),  Langlumé et Chabert. En revanche, elle recourt à une grande diversité de rédacteurs pour les notices ; Chabert semble avoir signé celles concernant Caroline de Naples et Catherine de Russie, mais avoir délégué la rédaction des autres à des polygraphes parmi lesquels Charles Nodier pour Marie-Thérède d'Autriche. La quasi-totalité des lithographies est due à Maurin,  s'inspirant parfois de David ou Gérard. L'inachèvement de la Galerie des contemporaines, qui devait compter 25 livraisons de 4 lithographies, vendues 10 F et publiées tous les deux mois, comme pour les peintres, suggère une baisse de l'intérêt et, sans doute, des difficultés financières, puisque l'on n'en connaît que 7 livraisons, mêlant souveraines, actrices, artistes... La Galerie des magistrats les plus célèbres de France semble ne pas avoir dépassé le stade des intentions car seul le prospectus de souscription en est connu. Outre ces séries très lourdes, Chabert utilise son brevet pour imprimer d'autres estampes dont beaucoup dues à Raffet en 1827-1828. Il semble ne plus imprimer après 1831.
En 1853, il demande un duplicata de son brevet car il a quitté la France pour Vienne, où il donne des leçons de français, depuis 16 ans. Or il voudrait réimprimer son histoire des peintres. Son brevet, retrouvé par hasard sur la voie publique et renvoyé le 31 mai 1851 à l'administration, lui est rendu en décembre 1853 ; son poème  À sa Majesté Napoléon III, signé Chabert de l'Hérault, n'est sans doute pas étranger à l'indulgence de l'administration. Il renouvellera cette allégeance avec sa Cantate pour la naissance du Prince Impérial.
Le brevet sera annulé le  27 novembre 1854.

 

Voir la fiche


CHABLES

Nom : CHABLES
Prénom : André
Date : 14/01/1873

Ville : Talence (Gironde)

Informations personnelles

À 48 ans, cet ouvrier lithographe veut travailler chez lui à son compte.

Informations professionnelles

Il a acquis une presse lithographique.

Voir la fiche


Pages