A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
MALTESTE

Nom : MALTESTE
Prénom : Félix
Date : 22/02/1838

Adresses professionnelles

18, rue des Deux-Portes Saint-Sauveur (1837-1879)
15-17,  rue Trainée Saint-Eustache (1834)
16, rue des Petites Écuries (1838)
6, rue de Malte (1839)
22, rue Dussoubs (1882)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 26 avril 1798 à Poitiers (Vienne). Il est marié et père de 3 enfants. Arrivé à Paris en 1815, il a travaillé chez  Pillet aîné, Firmin Didot, puis chez Dupont comme compositeur.
Membre de la première Commission spéciale, puis de la Chambre des imprimeurs de Paris, il adresse, en 1843, Quelques observations à Messieurs les ouvriers imprimeurs de Paris pour convaincre les pressiers de participer, comme les compositeurs, à la Commission paritaire maîtres/ouvriers et engager les négociations sur le Tarif, l'apprentissage, les caisses de secours....

Informations professionnelles

En 1826, il demande un brevet d'imprimeur en lettres, sans succès. En 1829, il s'associe avec Louis Augustin Mie pour une imprimerie qui sera au nom de ce dernier, mais ils se séparent dès l'année suivante et Malteste s'associe avec Dupont et Laguionie dont il est le prote jusqu'en 1834. Il fait alors une demande de brevet d'imprimeur en lettres et libraire pour Angers. Il essuie un refus, bien qu'il soit soutenu par le fils de Las Cases  et  le député Vivien, et qu'il souligne  que "c'est de l'imprimerie dont il était alors l'un des  propriétaires que sont sorties les premières protestations contre l'odieuse violation des lois que la Restauration s'était permise" dans une lettre du 8 décembre 1833. Même refus pour une demande de brevet pour Poitiers. Dans les deux cas, le Préfet invoque la saturation du marché. Le 9 septembre 1834, il obtient enfin un brevet d'imprimeur en lettres, en reprenant l'imprimerie de Carpentier-Méricourt qui, outre des travaux de ville, imprime des journaux dont les Petites Affiches. Bailleul, dans son rapport a souligné son rôle modérateur en 1830 quand les ouvriers voulaient détruire les presses mécaniques et "le zèle qu'il déploya  pour maintenir l'ordre lors des dernières coalitions  d'ouvriers imprimeurs" de 1834. Lui-même a installé une presse mécanique dans l'immeuble voisin au 17, rue Traînée Saint-Eustache.
En 1837, il demande un brevet de lithographe : "Presque tous mes travaux d'impression se composent d'ouvrages de ville, spécialité des lithogrpahes, et l'imprimerie ne me donne pas  la possibilité de luttter avec avantage contre la lithographie dont la concurrence m'enlève la majeure partie de ma clientèle". Il l'obtient de même que l'autorisation d'utiliser un local supplémentaire pour la composition  des Annuaires judiciaire  et du commerce, qui réclame temporairement une trentaine d'ouvriers supplémentaires ; elle sera renouvelée l'année suivante pour leur réactualisation effectuée 6, rue de Malte.
Le 1er juillet 1846, il est en faillite, mais, en association avec ses ouvriers, il continue à faire tourner son imprimerie. Le 14 mai 1847, il doit  de nouveau déposer son bilan ; Belin-Leprieur, le juge commissaire de la faillite  l'autorise à poursuivre son activité. Sa situation financière reste précaire au moment où il doit affronter plusieurs condamnations. Toutefois, l'imprimerie passera ce cap du début de l'Empire et continuera son abondante production jusqu'aux années 1880.
Si sa production est assez variée jusqu'en 1839, elle est dominée à partir de cette date et jusqu'en 1883, par les publications médicales pour plus d'un millier de titres, sous l'égide de l'Académie de médecine, de l'Union médicale et de nombre de sociétés médicales. Plus limitée dans le temps, moins importantes en nombre de titres, mais source d'ennuis judiciaires est sa production d'écrits politiques. Rares, mais d'opposition (Saint-Simonisme,  Des Idées napoléoniennes de Napoléon-Louis Bonaparte) jusqu'aux années 1840, elles sont ensuite nombreuses et nettement ancrées à gauche : Malteste publie les manifestes de Cabet (A bas les communistes, Aux Membres du gouvernement provisoire Aux électeurs de la Seine La Femme, son malheureux sort dans la société actuelle..., Système de fraternité, Cabet aux Icariens de France ), mais aussi adresses électorales, publications de banquets et de clubs, déclarations de socialistes plus obscurs(Grâce aux rouges, par un citoyen de Carpentras...). Il est condamné pour l'impression d'une brochure socialiste, La propagande électorale, qui lui vaut une amende de 2 000 F le 2 mai 1849. Elle est réduite à 200 F sur avis du commissaire inspecteur de Truy qui souligne que Malteste imprime aussi bien les écrits communistes de Cabet que  ceux du Comité napoléonien, tant il a besoin de travailler. Il jouit toutefois de moins d'indulgence l'année suivante : l'autorisation d'imprimer le Journal de Sacramento, organe des actionnaires des mines d'or de Californie, dans l'atelier de Boulé que celui-ci a déserté, lui est refusée le 31 janvier 1850 ; en août, il est condamné à 3 000F d'amende pour défaut de nom et adresse sur une réclamation électorale. L'administration de la Librairie hésite car elle sait que Malteste est personnellement insolvable et  la société en commandite dans une situation difficile car elle doit 3 000 F de dividende de faillite ; le Préfet de police, de son côté, écrit : "Bien que les opinions politiques du pétitionnaire soient avancées, on l'a vu se conduire  comme un ami de l'ordre pendant les journées de juin 1848". Néanmoins, en raison de sa condamnation antérieure et des nombreux écrits socialistes publiés,  l'amende est seulement réduite de moitié le 22 novembre 1850. Il ne publiera plus d'écrits politiques, à l'exception de rares hommages au régime (Hommage à Sa Majesté Impériale Napoléon III) ou d'un court texte lithographié, Cabet aux Icariens de France (1852).
Alors que sa production typographique a été très abondante, il ne semble pas que son utilisation de la lithographie ait été très importante. Bien qu'il soit difficile d'apprécier le volume de ses travaux de ville, il semble qu'il se soit limité à quelques illustrations et ornements de livres, ses 4 tableaux de l'Origine du langage (1835) restant bien loin de la perfection de la Grammaire égyptienne de Champollion éditée par les Didot en 1836. La mention "Typographie et lithographie Félix Malteste et cie" apparue en 1841 sur les couvertures cède progressivement  la place dès 1847 à "Typographie Félix Malteste et cie" .
 

 

Voir la fiche


MAME

Nom : MAME
Prénom : Amand, Augustin, Ferdinand
Date : 10/06/1828

Ville : Tours (Indre-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 18 mai 1776 à Angers (Maine-et-Loire) où son père était imprimeur.

Informations professionnelles

Il a été breveté imprimeur en lettres et libraire en 1816 et 1818 et a racheté les autres imprimeurs brevetés de Tours de sorte qu'il est seul imprimeur depuis 1825. Il souhaite s'adjoindre une ou deux presses lithographiques pour faire des factures, adresses, étiquettes... Si ses deux brevets de libraire et d'imprimeur en lettres sont transférés à son fils en 1834, celui de lithographe ne l'est pas. Il est annulé en 1859.

Voir la fiche


MANASSÉ

Nom : MANASSÉ
Prénom : Samuel dit Théodore Mayer
Date : 28/11/1839

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 12 juillet 1808 à Paris. Il est marié et père de 6 enfants.

Informations professionnelles

Il a succédé au fabricant de cartonnages Léger-Pommel chez qui il tavaillait comme dessinateur lithographe. Il est spécialisé dans les vignettes pour les confiseurs et emploie plusieurs ouvriers.

Voir la fiche


MANCEAU

Nom : MANCEAU
Prénom : Alexandre, Léon
Date : 14/10/1879

Adresses professionnelles

21, rue Hoche
 

Ville : Versailles (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Il est né à Coignières (Seine-et-Oise) le 20 septembre 1846.

Informations professionnelles

Avec Joseph Koupferschmitt, il exploite une imprimerie lithographique et pratique aussi la taille-douce.

Voir la fiche


MANCEL

Nom : MANCEL
Prénom : François, Alexandre
Date : 02/10/1871

Adresses professionnelles

4, rue de Paris

Ville : Magny-en-Vexin (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Il est né le 23 mai 1845 à Fourges (Eure).

Informations professionnelles

Il crée cet atelier lithographique.

Voir la fiche


MANCEL

Nom : MANCEL
Prénom : François, Alexandre
Date : 29/03/1879

Adresses professionnelles

143, rue de Paris

Ville : Ivry-sur-Seine (Seine)

Informations personnelles

Il est né le 23 mai 1845 à Fourges (Eure).
 

Informations professionnelles

Il a fondé son imprimerie lithographique, mais s'en démet rapidement.

Voir la fiche


MANCERON

Nom : MANCERON
Prénom : Pierre, Auguste
Date : 18/07/1828

Adresses professionnelles

7, rue Jacques Coeur

Ville : Bourges (Cher)

Informations personnelles

Il est né le 13 août 1796 à Bourges. Son père exploite la plus ancienne imprimerie de la ville. Lui-même a été sous-prote, puis prote à Paris.

Il a été élu juge au tribunal de commerce à Bourges.

Informations professionnelles

Il a repris le brevet d'imprimeur en lettres et l'entreprise de son père démissionnaire en 1821. Il est l'imprimeur de la Préfecture et demande un brevet de lithographe pour imprimer des gravures pour le bulletin de la Société d'agriculture, des documents et des plans pour les Ponts et chaussées, des cadastres pour l'administration... En mars 1852, il obtient un brevet de libraire pour pouvoir vendre les livrets de piété qu'il imprime pour le diocèse.

Voir la fiche


MANDOUCE

Nom : MANDOUCE
Prénom : Nicolas
Date : 19/11/1847

Adresses professionnelles

185, rue du Faubourg Poissonnière (1858)
13, rue Buffault (1854)
96, rue de Cléry (1848)
8, rue du Faubourg Saint-Denis

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 14 juin 1818 à Bordeaux (Gironde) ; son père était teinturier. Si son acte de naissance porte le seul prénom de Nicolas, il se donne ceux d'Émile et Étienne, utilisant plutôt le premier pour sa signature.

Informations professionnelles

Il fait une première demande de brevet en 1845 alors qu'il est écrivain et dessinateur lithographe chez les frères Rigo et gagne 10 francs pas jour. Le brevet est prêt pour la signature, mais il y renonce momentanément. Il renouvelle sa demande en 1847.
Il fait d'abord des portraits (Terrassin, Barbès...) mais surtout des impressions commerciales, certaines en chromolithographie, et des couvertures illustrées pour les partitions musicales.
"Mes affaires en Orient me privent depuis plusieurs années de diriger mon imprimerie, confiée jusqu'à ce jour  à un associé. Décidé à cesser mes affaires d'imprimerie, je viens solliciter [le transfert du brevet à Caillot]" écrit-il depuis Constantinople le 25 avril 1860. (dossier Caillot). Il est parti s'y installer marchand de nouveautés. Il semblerait qu'il y soit revenu à la lithographie comme en témoigne la carte du quartier de Pera incendié en 1870. Il est spécialisé dans les impressions en chromolithographie et ouvrages de commerce.

Voir la fiche


MANGIN

Nom : MANGIN
Prénom : Évariste, Joseph, Victor
Date : 06/09/1860

Adresses professionnelles

25, quai de la Fosse et 11, rue des Capucins (1861)
6, rue Scribe (1876)

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 7 août 1825 à Nantes. Son père était imprimeur.

Informations professionnelles

En 1859, sa mère a voulu lui transmettre ses brevets, mais l'administration a reporté la décision à cause des opinions politiques de la famille Mangin. Après la mort d'Antoinette Rosalie Mangin,la transmission aux enfants étant habituelle, le transfert est opéré. Il est  rédacteur au Phare de la Loire dont il prendra la direction après la mort de son frère en 1867. Associé à Pierre Paul Giraud, il dirige l'Imprimerie du commerce jusqu'au 1er juillet 1876, date à laquelle elle est cédée à Isaac (dit Georges) Schwob.

Voir la fiche


MANGIN

Nom : MANGIN
Prénom : Louis,Victor, Amédée
Date : 26/05/1819

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né à Paris en 1755. Son père était architecte. Il s'installe à Nantes en 1777 où il dirige le bureau de la Petite Poste et Poste maritime, et crée en 1782 une feuille d'informations commerciales, la Correspondance maritime de Nantes, puis la Feuille nantaise. La création par Rosalie Mellinet-Malassis, en 1811, du Journal politique de la Loire-inférieure ouvre une longue période de rivalité entre les deux imprimeurs pour le partage des annonces judiciaires et commerciales. Avec L'Ami de la Charte, journal politique, littéraire et d'avis, créé en 1819, il se positionne politiquement : par ses idées libérales -il n'est pour le Préfet que "le répétiteur exclusif de ce que les journaux libéralistes de la capitale renferm[ai]ent de plus virulent"-, il s'oppose au journal conservateur de Mellinet. À partir de 1821, il se consacre à la rédaction de la Feuille nantaise, affaire solide et rentable, laissant le soin de L'Ami de la Charte à son fils, et à divers travaux poétiques.
Il est membre de la Société académique de Nantes.
Il meurt le 23 septembre 1825.

Informations professionnelles

D'abord associé d'un imprimeur, il est, depuis 1804, à la tête de sa propre imprimerie. Outre son journal, il exécute des travaux de ville grâce à la presse en taille-douce qu'il a acquise en 1811. Il a obtenu son brevet d'imprimeur en lettres le 8 août 1816 et celui de libraire le 18 juillet 1818. Il fait travailler à cette époque dix ouvriers sur quatre presses. Son fils ainé, Charles-Victor Amédée, travaille avec lui, tandis que les deux autres sont militaires. La faillite de son ancien associé permet le rachat en 1819 de sa belle  imprimerie et de son brevet qui sont mis au nom de Charles-Victor, mais père et fils continuent d'exploiter ensemble l'imprimerie agrandie. L'administration ne s'y trompe pas et Louis-Victor doit abandonner son brevet de typographe en 1821.

Voir la fiche


MANGIN

Nom : MANGIN
Prénom : Antoinette, Rosalie
Date : 03/07/1852

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Elle est née le 15 décembre 1784 à Paris où son père était architecte. Elle est séparée de biens d'avec son mari depuis le 24 octobre 1841, pour éviter la ruine du ménage. En effet, son mari a été condamné plusieurs fois en raison des opinions avancées dont son journal, Le National de l'Ouest, successeur de L'Ami de la Charte, est l'organe.

Informations professionnelles

Elle a repris le brevet d'imprimeur en lettres de son mari en même temps que son brevet de lithographe. Elle est condamnée le 8 août 1855 à 1 000 F d'amende pour avoir fait en même temps le dépôt et la déclaration d'impression d'une lettre des ouvriers sabotiers à leur patron "aux expressions peu mesurées". Comme on la sait couverte de dettes, son amende est réduite à 100 F. Quand elle veut démissionner, en 1859, en faveur de son fils, l'administration reporte sa décision car il est le rédacteur du Phare de la Loire, qui a remplacé en 1851 le National de l'Ouest, et ses opinions politiques sont suspectes. Elle meurt l'année suivante et le brevet est transféré à son fils.

Voir la fiche


MANGIN

Nom : MANGIN
Prénom : Charles, Victor, Amédée
Date : 07/01/1829

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 22 janvier 1787 à Nantes. Son père est libraire, puis imprimeur ; après avoir travaillé plusieurs années avec lui, il devient propriétaire de l'imprimerie. Il est père de trois fils et d'une fille.Il meurt le 25 décembre 1853.

Informations professionnelles

Il a repris l'imprimerie paternelle ainsi que le brevet de typographe de Brun, l'associé de son père, mais il n'a pas fait de demande de transfert des brevets de libraire et de lithographe de son père, prétextant, pour le dernier qu'il n'était pas alors en mesure de l'exploiter ; en revanche, il a bien continué à faire commerce de librairie. Il se décide à faire une première demande de brevet de lithographe en 1824, mais elle est rejetée à cause de l'esprit d'opposition de L'Ami de la Charte dont il est l'éditeur ; il est d'ailleurs particulièrement surveillé et subit plusieurs condamnations (en 1822, 1824...) à des amendes pour défaut de dépôt ou défaut d'adresse ; il est condamné à un mois de prison et 200 F d'amende pour défaut de déclaration du Petit Almanach de tout le monde qui est une reprise de textes de L'Ami de la charte. Les sympathies politiques de son imprimerie se manifestent aussi quand le personnel de son imprimerie, en 1827, envoie à Casimir Périer une protestation contre la loi "de justice et d'amour" qui est reproduite dans Le Constitutionnel. En 1828, il réitère sa demande de brevet pour la lithographie et l'obtient. En 1836, L'Ami de la Charte cède la place au National de l'Ouest, qui continue à faire vivre l'esprit d'opposition au régime en place : il sera interdit le 25 décembre 1851, mais immédiatement remplacé par Le Phare de la Loire. L'imprimeur est un temps associé avec Busseuil. En 1833, à la suite du renvoi de trois pressiers, leurs ouvriers, qui avaient déjà été en conflit avec Busseuil sur la question des salaires, se mettent en grève, entrainant les ouvriers de l'imprimeur Mellinet. En 1841, pour éviter la saisie de son imprimerie, alors qu'il accumule les poursuites judiciaires, il choisit la séparation de biens d'avec sa femme.

Voir la fiche


MANGIN

Nom : MANGIN
Prénom : Victor
Date : 06/05/1856

Adresses professionnelles

5, rue Martel (1863)
10, rue Martel (1862)
21, rue de l'Echiquier (1860)
42, rue des Vinaigriers
5, rue de l'Hôpital St Louis (octobre1856)
11, rue Albouy (décembre 1856)
10, rue de la Pompe (mai 1856)
rue de Bondy (1855)

Ville : Paris

Informations personnelles

<p>Il est n&eacute; le 3 f&eacute;vrier 1826 &agrave; Verdun (Meuse). Il a travaill&eacute; comme lithographe &quot;depuis son enfance&quot;.</p>

Informations professionnelles

 Il a travaillé chez Guesnu pendant 10 ans, puis s'est associé avec lui ainsi qu'avec deux décorateurs sur porcelaine, Vion et Erhard. En effet, il a déposé un brevet d'invention pour un procédé de chromolithographie sur porcelaines qu'ils ont décidé d'exploiter. Mangin sera le directeur de l'établissement situé rue de la Pompe. Guesnu ne voulant pas le fusionner avec sa propre entreprise, l'un des autres associés doit prendre un brevet, ce sera Mangin.
Il a obtenu une médaille de première classe à l'Exposition universelle de 1855 pour ce procédé.

Voir la fiche


MANNOURY

Nom : MANNOURY
Prénom : Achille, Pierre, Adolphe
Date : 14/06/1845

Adresses professionnelles

14 & 16, rue de l'Ile Saint-Louis

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 25 mai 1801 à Fontenay-le-Marmion (Calvados). Il a une formation d'instituteur. Sa femme et sa fille de 15 ans font des coiffes de casquettes ; l'aîné de ses trois fils est ouvrier lithographe depuis 5 ans.

Informations professionnelles

Sa première demande, en 1844, a été rejetée. On lui reproche ses ressources pécuniaires jugées insuffisantes, et son peu de stabilité dans ses entreprises : il a été employé dans une société d'assurance incendie, marchand de jouets (pendant quelques mois), directeur d'un externat à Paris (pendant un an), professeur en leçons partculières (mais il s'en est dégoûté)... Il connaît déjà l'autographie et prendrait des leçons de lithographie auprès de son fils. Il a déjà acheté une presse et commencé une impression, ce qui soulève l'indignation de Bailleul car c'est préjugé de l'attribution d'un brevet. Il renouvelle sa demande en 1845 et, comme il dispose dorénavant de 3 000 F, l'administration ne peut plus lui opposer son manque de ressources.

Voir la fiche


MANOURY

Nom : MANOURY
Prénom : Étienne, Simon
Date : 20/04/1839

Ville : Bourges (Cher)

Informations personnelles

Il est né à Paris le 15 juillet 1810, fils naturel d'une couturière. Il a une formation de lithographe. Il meurt le 6 octobre 1840.

Informations professionnelles

Sa veuve, Anne Vacher, reprend son brevet.

Voir la fiche


MANTE

Nom : MANTE
Prénom : Louis, Amédée
Date : 22/10/1876

Adresses professionnelles

21, rue Rivoy

Ville : Levallois-Perret (Seine)

Informations personnelles

Il est né le 6 mai 1826 à Paris. Il est photographe.

Informations professionnelles

Il possède 4 petites presses pour la typographie, la lithogaphie et la taille-douce qu'il utilise pour différents usages personnels. Il fait des essais d'impression de photos à l'encre grasse.

Voir la fiche


MANTEL

Nom : MANTEL
Prénom : Prudent, Leroy
Date : 27/11/1871

Ville : Airaines (Somme)

Informations personnelles

Il est maître de pension.

Informations professionnelles

Il utilise pour son institution une presse autographique. Il a cessé en 1876.

Voir la fiche


MANTOUX

Nom : MANTOUX
Prénom : Étienne
Date : 01/06/1824

Adresses professionnelles

1, rue du Paon Saint-André (1837)
19, rue du Marais Saint-Germain (1847)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né en 1794 à Mâcon (Saône-et-Loire) ; son père était secrétaire de la Préfecture, puis employé aux Domaines. Il est chevalier de la Légion d'honneur. Il a épousé "une demoiselle fort riche" et  il est copropriétaire de deux maisons dans Paris.

Informations professionnelles

Tout d'abord employé à la préfecture de  Mâcon, puis chez un entrepreneur de transports militaires, enfin à la Préfecture de police, il est associé avec Cheyère depuis 1822. Il rachète le fonds de Guyot après sa faillite et l'obtention d'un concordat et reçoit son brevet.
Il sert de dépôt de presses cylindriques et de  tours à dresser les pierres pour François jeune ; il est le mandataire de Claude-Aristide François et Edme-Michel Benoît, désireux de déposer un brevet d'invention pour une presse lithographique, mais aussi à d'autres inventeurs de machines ou procédés sans rapport direct avec l'imprimerie. Il fait dépôt pour les pierres de Münich et expédie tous les objets nécessaires à la lithographie.
Il a une production très variée, reflétant toutes les possibilités de la lithographie : portraits, paysages, cartes et plans (Divers projets d'édifices proposés en 1841 par Gauché, architecte, pour transférer la Bibliothèque royale, Plan d'une naumachie pour la plaine de Grenelle, Plan des rotonde et galeries Colbert...), estampes satiriques (série "Encore des ridicules" de Charles Philipon, 1825), tableaux divers (pédagogiques, statistiques...)
En 1828, il est autorisé à déplacer une presse chez le peintre Delestre qui prépare son Iconographie pathologique, ou Collection de faits rares et intéressans.
En 1835, sollicité par la Banque de France, il met au point un procédé destiné à empêcher la fabrication de faux billets par le procédé lithographique. Cette invention lui vaut d'être décoré de la Légion d'honneur. Il a reçu une médaille d'or de la Société d'encouragement pour l'encre lithographique en bâton en 1832 ; une mention Honorable  à l'Exposition des produits de l'Industrie en  1833 pour une machine à graver ; deux médailles de bronze à l'Exposition de 1834 pour un papier autographe et une encre autographique. Le Traité complet de lithographie auquel il a participé a reçu le prix  de la Société d'encouragement.

 

Voir la fiche


MAQUA

Nom : MAQUA
Prénom : Sébastien
Date : 09/12/1858

Adresses professionnelles

26, rue Saint-Martin

Ville : Laon (Aisne)

Informations personnelles

Né le 9 août 1831 à Laon dans l'Aisne. Son père était officier de cavalerie.

Informations professionnelles

Il obtient à la même date en 1858, le brevet d'imprimeur en lettres.

Voir la fiche


MAQUAIRE

Nom : MAQUAIRE
Prénom : Jules, Amant, Constant
Date : 06/03/1878

Ville : Villeneuve-Saint-Germain (Aisne)

Informations personnelles

Il est né à Vauxbuin (Aisne) en 1831.

Voir la fiche


MAQUAIRE

Nom : MAQUAIRE
Prénom : Joseph
Date : 11/08/1855

Adresses professionnelles

63, boulevard de Strasbourg / 2, passage du Désir  (1856)
7, rue du Faubourg du Temple (1855)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 2 mars 1813 à Auxerre (Yonne). Son père était gendarme. Il est marié et père de famille. Il possédait un commerce de tapisseries, glaces et bronzes pour ameublement à Auxerre, puis il s'est retiré et  a vécu de ses rentes.

Informations professionnelles

Il achète l'imprimerie de Laurent sans avoir de connaissance  en lithographie. On pense qu'il aurait fait cet achat pour son fils âgé de 18 ans.
Il travaille tout particulièrement pour les administrations des chemins de fer, mais il fait aussi des travaux de ville courants (brochures, tableaux divers). Il est autorisé à posséder une presse en taille-douce entre 1857 et 1861 pour imprimer des cartes de visite et des en-tête. Cette autorisation sera transférée à son successeur Hillekamp.

Voir la fiche


MARAIS

Nom : MARAIS
Prénom : Édouard
Date : 22/02/1880

Adresses professionnelles

66, rue Saint-Jean

Ville : L'Aigle (Orne)

Informations personnelles

Il est né à Chandai (Orne) le 25 novembre 1852.

Informations professionnelles

Il a créé un atelier lithographique pour faire des travaux de ville.

Voir la fiche


MARAIS, veuve MONNIER

Nom : MARAIS, veuve MONNIER
Prénom : Marie, Antoinette, Adélaïde
Date : 21/02/1877

Adresses professionnelles

Rue aux Bouchers

Ville : Évreux (Eure)

Informations personnelles

Elle a épousé Marin Joseph Monnier qui créa un atelier typographique le 17 février 1871.

Informations professionnelles

À la mort de son mari, en  février 1877, elle reprend l'imprimerie. Elle complète sa déclarationd'une presse  lithographique par une nouvelle déclaration pour une presse typographique, le mois suivant.
 

Voir la fiche


MARAMBAT

Nom : MARAMBAT
Prénom : Antoine, Louis, Eustache
Date : 29/09/1853

Adresses professionnelles

19, rue Lanterne

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à L'Isle-en-Dodon (Haute-Garonne) le 16 février 1807 ; son père était praticien.

Voir la fiche


MARBEUF

Nom : MARBEUF
Prénom : Noé
Date : 23/09/1879

Adresses professionnelles

6, rue Gouvion (1879)
28, rue des Remparts (1880)

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations professionnelles

Il possède une machine dite Le Progrès pour faire des travaux de ville.

Voir la fiche


MARCAULT

Nom : MARCAULT
Date : 06/09/1873

Ville : Saint-Ouen (Indre-et-Loir)

Informations personnelles

Il est le curé de Saint-Ouen.

Informations professionnelles

Il utilise une presse autographique pour copier correspondance et musique.

Voir la fiche


MARCEAU

Nom : MARCEAU
Prénom : René, Armand
Date : 27/02/1868

Ville : La Rochelle (Charente-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 26 octobre 1832 à Poitiers (Vienne) ; son père était agriculteur. Il a d'abord travaillé comme écrivain lithographe à Poitiers, puis il est venu à La Rochelle et s'est associé à Siret.

Informations professionnelles

Il reprend le brevet de son associé.

Voir la fiche


MARCEAU

Nom : MARCEAU
Prénom : Louis, Ernest
Date : 28/12/1880

Adresses professionnelles

5, rue des Tonneliers

Ville : Chalon (Saône-et-Loire)

Informations personnelles

Il est âgé de 29 ans en 1880.

Informations professionnelles

Il pratique lithographie et typographie.

Voir la fiche


MARCELLIN

Nom : MARCELLIN
Prénom : Jean, Pierre
Date : 21/04/1872

Ville : Toulon (Var)

Informations personnelles

Il est sous-agent de la compagnie d'assurances Le Soleil.

Informations professionnelles

Il utilise chez lui sa presse autographique pour ses besoins professionnels.

Voir la fiche


MARCHA, veuve MOTTU

Nom : MARCHA, veuve MOTTU
Prénom : Marie, Adèle
Date : 08/11/1850

Ville : Saint-Étienne (Loire)

Informations personnelles

Elle est née à Annonay (Ardèche) le 29 mai 1797 ; son père était propriétaire foncier.

Informations professionnelles

Elle demande à reprendre le brevet de son mari, soutenant que l'imprimerie a continué à fonctionner, mais, en 1859, il est annulé pour inexploitation et elle habite à Annonay.

Voir la fiche


MARCHAIS-DESGENTILS

Nom : MARCHAIS-DESGENTILS
Prénom : Antoine
Date : 19/10/1840

Ville : Angers (Maine-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 26 mai 1790 à Angoulême (Charente) ; son père était négociant. Il est marié, père de quatre enfants et  travaille d'abord comme maître d'écriture dans plusieurs établissements de Clermont-Ferrand, puis travaille chez l'imprimeur  Pasquet .

Informations professionnelles

Il demande un brevet pour Clermont-Ferrand afin d'y faire de la lithographie et des travaux autographiques pour les écritures judiciaires. Il reçoit ce brevet le 14 férier 1829 qu'il échange pour un autre pour Le Puy le 2 décembre 1833, avant de le faire transférer pour Troyes le 12 février 1836. Trouvant la concurrence trop importante, il quitte cette ville pour Angers et il entre, ainsi que son fils aîné, dans l'imprimerie Launay-Gagnot où il reste trois ans avant d'obtenir son brevet. Entre-temps, ses demandes pour un nouveau transfert pour Nantes en 1838 ou Paris en 1839 ont  échoué  à cause de ses opinions "démocratiques très prononcées" et de ses rapports avec l'imprimeur nantais Victor Mangin chez qui il a travaillé avant d'arriver à Angers. En 1843, son fils lui succède.

Voir la fiche


MARCHAIS-DESGENTILS

Nom : MARCHAIS-DESGENTILS
Prénom : Jules
Date : 03/10/1843

Ville : Angers (Maine-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 11 juin 1818 à Mulhausen (Haut-Rhin) ; son père était imprimeur. Il est dessinateur lithographe et travaille avec son père.
 

Informations professionnelles

Il reprend le brevet et l'imprimerie de son père.

Voir la fiche


MARCHAL

Nom : MARCHAL
Prénom : Nicolas
Date : 15/09/1839

Ville : Rueil (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Il est né le 25 novembre 1799 à Dainville-aux-Forges (Meuse). Il a été instituteur, ayant reçu son brevet de capacité le 12 janvier 1824. Il a reçu en 1831 une médaille d'argent de l'Instruction publique. En 1839, il est  secrétaire de mairie à Rueil.

Informations professionnelles

Il demande un brevet de lithographe car il veut accélérer grâce à ce procédé les travaux administratifs de la mairie de Rueil. Il ferait aussi quelques travaux de ville. En 1841, il obtient le transfert de son brevet pour Paris.

Voir la fiche


MARCHAL

Nom : MARCHAL
Prénom : Joseph, Justin
Date : 20/11/1869

Adresses professionnelles

1, rue Sous Saint-Arnould

Ville : Metz (Moselle)

Informations personnelles

Il est né le 5 avril 1848 à Metz. Il est graveur et lithographe.

Informations professionnelles

Il reprend pour 500 F l'imprimerie de Bauchez le jour où celui-ci reçoit son brevet de lithographe.

Voir la fiche


MARCHAL

Nom : MARCHAL
Prénom : Nicolas
Date : 24/09/1841

Adresses professionnelles

30, rue neuve Saint-Merri (février 1843)
44, rue neuve Saint-Merri (août 1843)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 25 novembre 1799 à Dainville-aux-Forges (Meuse). Il a été longtemps instituteur.

Informations professionnelles

Il a obtenu un premier brevet en 1839 pour  Rueil dont il demande le transfert pour Paris. Il ne semble pas qu'il ait beaucoup travaillé lui-même à Paris puisqu'il laisse, dès 1842,  Floury travailler sous son nom jusqu'à ce que celui-ci puisse obtenir le transfert de son brevet. En revanche, il reste associé avec lui sous la raison sociale Marchal, Floury et cie. Jusqu'à l'arrivée de Floury," il travaillait lui-même  à la presse ainsi que sa femme tout en faisant ses affaires au dehors et en tenant le soir des écritures, puisil  avait pris un ouvrier pour le seconder. Il s'associa avec Floury parce qu'il venait d'obtenir une place au bureau de vérification dans l'administration des Mines d'Anzin. Il ne se retire de la lithographie que parce que cette place l'occupe beaucoup plus qu'auparavant et ne lui permet plus de se livrer à autre chose."

Voir la fiche


MARCHAND

Nom : MARCHAND
Prénom : Joseph
Date : 20/09/1859

Ville : Blois (Loir-et-Cher)

Informations personnelles

Il est né le 24 février 1821 à Mer (Loir-et-Cher). Son père était serrurier.

Informations professionnelles

Il a d'abord demandé un brevet de libraire accordé le 6 juin 1851 qui lui permet de compléter un commerce de papeterie, reliure, fournitures de bureaux et encadrement. Il ouvre aussi un cabinet de lecture. Après son brevet de lithographe, il demande un brevet de typographe qui lui est accordé le 3 décembre 1867. Son papier à en-tête précise qu'il exécute les immpressions lithographiques administratives, commerciales et artistiques.
Son fils Raoul Marchand lui succède avant de vendre l'imprimerie en 1885 à Charles Cahot dit de Reyval qui s'en séparera en 1891 en faveur de Léon Labasses

Voir la fiche


MARCHAND

Nom : MARCHAND
Prénom : Louis, Pierre
Date : 30/09/1864

Adresses professionnelles

12, rue Lesdiguières / 4, rue Casimir Périer à Grenoble (1874)

Ville : Vizille (Isère)

Informations personnelles

Il est né à Jarrie (Isère) le 2 novembre 1833. Il est graveur lithographe et vit à Villefranche (Rhône) jusqu'à l'obtention de son brevet.

Informations professionnelles

Il s'installe à Vizille pour y exploiter son brevet jusqu'en 1874. Il transporte alors son imprimerie à Grenoble. Il ne fait déclaration de ce transfert qu'en 1877, après un rappel à l'ordre de l'administration.

Voir la fiche


MARCHAND

Nom : MARCHAND
Prénom : César, Aimé
Date : 04/03/1865

Ville : Chateaubriant (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 9 avril 1835 à Wambez (Oise). Son père était maçon.

Informations professionnelles

Il obtient le même jour les trois brevets de Chevalier. En 1871, il cède son entreprise à Pascal Drouard.

Voir la fiche


MARCHAND

Nom : MARCHAND
Prénom : César, Aimé
Date : 06/08/1872

Adresses professionnelles

6, rue du Chemin de fer

Ville : Saint-Denis (Seine)

Informations personnelles

Il est né à Wambez (Oise) le 9 avril 1835.

Informations professionnelles

Il est imprimeur et dirige le Journal de l'arrondissement de Saint-Denis. Il possède presses  typographiques et lithographiques.

Voir la fiche


MARCHAND

Nom : MARCHAND
Prénom : Aimable, *Adrien
Date : 04/08/1856

Adresses professionnelles

52, rue Saint-Eustache (1852)
18, rue de la Victoire, (1858)
81, rue de la Victoire, (1862)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 8 août 1816. Son père était graveur. Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Il est taille-doucier depuis le milieu des années 1840 et a obtenu son brevet le 8 juillet 1852. Après la révolution de 1848, il avait dû abandonner tout son actif pour désintéresser ses créanciers avant de retrouver de l'activité : en 1852, il possède 4 presses pour faire des travaux de ville. En 1856, il en possède 8 et achète en 1863 une nouvelle presse autographique. Il est aussi papetier et veut vendre quelques livres de messe et des gravures qui'l imprime.

 

Voir la fiche


MARCHAND, veuve CARRÉ

Nom : MARCHAND, veuve CARRÉ
Prénom : Gabrielle, Rosalie
Date : 10/10/1853

Adresses professionnelles

78-79, passage du Caire (1853)

Ville : Paris

Informations personnelles

Elle est née le 15 mars 1802 à Pontoise (Seine-et-Oise). Son père était garde-moulin. Elle est couturière et épouse en 1824  le compositeur Carré, devenu ensuite imprimeur lithographe ; ils ont eu deux enfants.  À sa mort, elle se retrouve dans une position gênée.

Informations professionnelles

Après la mort de son mari, elle renonce à demander le transfert de ses brevets pour permettre à son fils de reprendre celui de typographe que venait d'obtenir son père ; elle prévient donc l'administration qu'elle renonce à son brevet de lithographe (son fils était déjà breveté), mais souhaite être autorisée à faire fonctionner encore trois mois les presses de son mari, le temps de trouver un prix plus avantageux pour la vente de sa boutique. Toutefois, son fils meurt dans l'année qui suit et sa belle-fille hérite de l'imprimerie. Craignant que ses ressources ne suffisent pas à ses besoins, elle désire "pouvoir y subvenir en continuant l'industrie de son mari" et, par conséquent,  retrouver le brevet de celui-ci. Ce que lui accorde l'administration bien que  son orthographe laisse à désirer : elle écrira "J'ai retirrér le brevet qui M'a été Accorder" en guise de récépissé.

Voir la fiche


MARCHANT

Nom : MARCHANT
Prénom : Jean, Pierre, Anne, Catherine
Date : 19/06/1851

Ville : Saumur (Maine-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né à Anvers (Belgique) le 30 août 1805. Il est peintre et enseigne le dessin à l'école supérieure de Saumur.

Informations professionnelles

Il demande un brevet  car il se plaint de devoir envoyer ses dessins à Paris  pour les faire lithographier. A sa mort, aucun repreneur ne se présente pour son brevet, qui est annulé.

Voir la fiche


MARCHESSON

Nom : MARCHESSON
Prénom : Marie, Pierre
Date : 27/07/1853

Adresses professionnelles

23, boulevard Saint-Laurent

Ville : Le Puy (Haute-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 11 janvier 1826 à Guéret (Creuse) ; son père était chantre. Il a été ouvrier compositeur à Guéret.

Informations professionnelles

Il reprend les trois brevets de Gaudelet, lui-même breveté en 1838.

Voir la fiche


MARCHIVE

Nom : MARCHIVE
Prénom : Jean
Date : 22/04/1840

Ville : Périgueux (Dordogne)

Informations personnelles

Il est né le 2 juillet 1815 à Périgueux. Son père était tisserand. Il a travaillé deux ans chez Chatenet.

Informations professionnelles

Son brevet est annulé pour défaut d'exploitation en 1855.

Voir la fiche


MARCILLY

Nom : MARCILLY
Prénom : Alexandre, *Théodore
Date : 30/06/1838

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 8 août 1796. Il est marié, père de famille et sous-officier de la Garde nationale.  Il paie un loyer de 700 F.  Il est imprimeur en taille-douce depuis 20 ans quand il fait sa demande pour la lithographie.
Il meurt le 30 janvier 1846.

Informations professionnelles

Il justifie sa demande par la concurrence que la lithographie fait à sa production en taille-douce. Il obtient son brevet "quoiqu'il n'écrive pas avec toute la correction désirable".

Voir la fiche


MARCILLY

Nom : MARCILLY
Prénom : Antoine, Alexandre
Date : 18/04/1846

Adresses professionnelles

38, rue Saint-Jacques (1846)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 26 février 1816 à Paris. Sa mère était ouvrière. Il est reconnu en 1828 par l'imprimeur Marcilly.  Il est marié et père de famille. Il est taille-doucier mais s'occupe plus particulièrement  de lithographie dans l'imprimerie paternelle. Il paie un loyer de 1 600 F.
Il meurt le 28 août 1854.

Informations professionnelles

Associé  depuis trois ans avec son père, qui est malade, il a pris progresssivement la direction de l'imprimerie qui continue de pratiquer taille-douce et lithographie. Il reprend donc le brevet de son père quand celui-ci meurt en janvier 1846.  Il est breveté taille-doucier le 30 juillet 1852.
Au moment de sa demande de transfert du brevet, il possède 9 presses en taille-douce, 13 presses lithographiques,  et emploie 15 ouvriers. Il est spécialisé dans les livres de piété, gravures religieuses et dessins de broderie. Il imprime les gravures de mode du Guide Sajou.
Sa veuve reprend les deux brevets à sa mort.

Voir la fiche


MARE, veuve MICHEL

Nom : MARE, veuve MICHEL
Prénom : Ursulle, Marie
Date : 30/03/1837

Ville : Fécamp (Seine-inférieure)

Informations personnelles

Elle est née le 20 septembre 1778 à Fécamp ; son père était marchand. Elle a épousé le 1er février 1815 l'imprimeur Michel qui a exercé pendant 30 ans avant de mourir le 23 octobre 1830 "d'une chaleur excessive lors d'une revue de la Garde nationale" ; il était aussi secrétaire de mairie. Elle a un fils unique, Louis Joachim,  qu'elle veut former au métier de son père. Elle meurt le 22 février 1841.

Informations professionnelles

Elle ne demande qu'en 1834 le brevet de libraire de son mari et à partir de mai 1835,  ceux de typographe  et de lithographe. Ses demandes, qui préparent l'installation de son fils  encore mineur, soulèvent des protestations de son concurrent Lemaître mais l'administration lui attribue le brevet d'imprimeur en lettres le 5 mai 1836, puis celui de lithographe.

Voir la fiche


MARÉCHAL

Nom : MARÉCHAL
Prénom : Jean, Marie, Ernest
Date : 29/09/1849

Ville : Laon (Aisne)

Informations personnelles

Né le 25 septembre 1817 à Laon dans l'Aisne. Son père est propriétaire dans l'Aisne depuis 1849.

Informations professionnelles

Il est associé avec son frère aîné, Antoine, qu'il demande à remplacer dans ses deux brevets d'imprimeur en lettres et de lithographe.

Les enquêtes statistiques des années 1850 notent  qu'il domine le marché de la lithographie à Laon et qu'aucun autre lithographe ne peut en vivre..

Voir la fiche


MARÉCHAL

Nom : MARÉCHAL
Prénom : Antoine, Barnabé, Ernest
Date : 17/03/1843

Ville : Laon (Aisne)

Informations personnelles

Il est né le 11 avril 1811 à Laon dans l'Aisne. Son père était marchand de fer en 1843. Il est membre de la Commission administrative de dépôt de mendicité et de l’asile d’aliénés du département.

Informations professionnelles

Il était associé avec son  frère Jean qui le remplace dans ses deux brevets d’imprimeur en lettres et imprimeur lithographe.

Voir la fiche


MARÉCHAL

Nom : MARÉCHAL
Prénom : Jean, Louis, Laurent
Date : 12/11/1847

Ville : Reims (Marne)

Informations personnelles

Il est né le 12 mars 1798 à Sedan (Ardennes). Il a été négociant en laines.

Voir la fiche


Pages