A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
MONNOYER

Nom : MONNOYER
Prénom : Charles, Nicolas
Date : 29/04/1828

Ville : Le Mans (Sarthe)

Informations personnelles

Il est né au Mans en 1794, fils et petit-fils d'imprimeurs, le premier du nom ayant commencé à exercer en 1721.

Informations professionnelles

Il est imprimeur du Roi. Il a obtenu son brevet d'imprimeur en lettres le 8 août 1816 et celui de libraire le 27 août 1818. Il semble être le lithographe le plus important du Mans dans les années 1840, employant un écrivain et plusieurs ouvriers, comme il le reconnaît dans une lettre écrite en 1845 pour s'opposer à la nomination d'un nouveau breveté. Il fait des travaux de ville. Ses fils lui succèderont.

Voir la fiche


MONNOYER

Nom : MONNOYER
Prénom : Charles, Edmond
Date : 14/12/1860

Ville : Le Mans (Sarthe)

Informations personnelles

Il est né le 3 juin 1829 au Mans. Son père était imprimeur ; il a travaillé avec lui pendant cinq ans, après avoir travaillé chez Plon à Paris.

Informations professionnelles

Etant l'aîné, c'est lui qui reprend les trois brevets de son père, mais il travaille en association avec son frère cadet Lucien.

Voir la fiche


MONROCQ

Nom : MONROCQ
Prénom : Jean, Noël
Date : 11/01/1860

Adresses professionnelles

3, rue Suger (1860)
Route de Vitry, Ivry-sur-Seine (1874)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 25 décembre 1819 à Trelly dans la Manche ; son père était cultivateur. Il commence par travailler chez un libraire parisien avant d'ouvrir, en 1848, un commerce d'estampes. Il meurt le 18 février 1913.

Informations professionnelles

Il est également breveté taille-doucier en 1865 et libraire en 1877. En mars 1874, il établit une succursale de son imprimerie lithographique à Ivry, route de Vitry où il déménage une partie de son matériel. Il développe (mais il n'invente pas comme son papier à en-tête le prétend) le procédé remplaçant la pierre lithographique par le zinc, qui est exposé dans le Manuel de lithographie sur zinc, qu'il publie en 1878. L'idée avait déjà été développée au début du siècle, mais l'industrialisation de la production et sa recherche d'économies ainsi que la multiplication des rotatives utilisant des supports souples donne à l'utilisation du zinc une nouvelle actualité.  En revanche, c'est bien dans son atelier que fonctionne en 1865 la première presse La Diligente de Marinoni pour l'impression lithographique sur zinc. Les brevets pris dans les années suivantes témoignent de la recherche de perfectionnements qui ne sont pas sans rapport avec le développement rapide de l'entreprise. Léon Monrocq donnera une seconde édition plus détaillée du Manuel de son père en 1885, alors que l'entreprise vend feuilles de zinc, préparations et papiers autographiques nécessaires à la zincographie.
Imprimerie lithographique rapidement convertie à la couleur, sa production présente deux spécialités. La plus importante numériquement est celle des cartes : géographiques, historiques, géologiques, archéologiques, routières, militaires (guerre de 1870, redéfinition des frontières en Europe), linguistiques, commerciales... Elles se signalent par une grande inventivité dans les sujets cartographiés, la visualisation des données et l'adaptation aux besoins du public concerné. Ses cartesles plus courantes accompagnent notamment la multiplication des projets industriels et a création (ou la modification) de nouveaux tronçons de chemins de fer. Nombreuses sont les cartes qui, outre les planisphères, sortent des limites de l'Europe : l'Afrique et l'Extrême-Orient sont bien représentés, en lien notamment avec la colonisation française ; l'Amérique centrale et du Sud sont longtemps un marché propre à l'entreprise. Se rattache à cette production de cartes celle de plans, itinéraires (collection Le Touriste), relevés d'architecture en couleurs... L'imprimerie Monrocq a participé au mouvement de centralisation de la production de cartes, éclatée juqu'à la fin du second Empire entre des imprimeurs de taille moyenne, souvent provinciaux ; elle travaille, entre autres, pour Hachette et, jusque dans les années 1960, pour Taride. Sa seconde spécialité est celle des manuels de dessin illustrés : aux enfants sont destinées des publications périodiques comme l'Album de l'École de dessin (1851-1861) et L'École de dessin, journal des jeunes artistes et amateurs  (1864-1879), Le Petit Artiste, journal universel de la pratique du dessin artistique et industriel (1865-1871), mais aussi beaucoup de cahiers leur offrant des lithographies en noir ou en couleurs à copier ; aux plus grands sont offerts des cours de dessin technique comme ceux de Delafosse (charpente, menuiserie, ébénisterie, maçonnerie), les Dessins de machines et les Cours de dessin géométrique d'Ambroise Bougueret, enfin  des modèles pour arts décoratifs comme les Compositions décoratives de Chevry. Intermédaire entre ces deux productions, celle de tableaux muraux pédagogiques (pour Deyrolle, Armand Colin...) destinés à l'accrochage dans les salles de classe, connut un très grand développement dans les école de la IIIe République.
L'imprimerie Monrocq est aussi présente, grâce à la zincographie  dans le domaine de l'impression d'affiches, dues notamment à Georges Redon. Elle imprime aussi des lithographies artistiques d'Odilon Redon, de Fantin-Latour (https://www.vangoghmuseum.nl/en/prints/person/39958/imprimerie-monrocq#p...), de Vallotton ou d'artistes moins connus, pour des portraits, paysages ou modèles d'éventails à décor floral, d'enseignes, de décors muraux...

Léon Monrocq (1857-1902) travaille longtemps avec son père. L'entreprise passe ensuite à son gendre et prend le nom de Gaillac-Monrocq.

Voir la fiche


MONS

Nom : MONS
Prénom : Émile
Date : 31/01/1846

Adresses professionnelles

3, rue Arnaud-Miqueu (1854)
7, rue Arnaud-Miqueu (1851)

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Bordeaux le 23 mai 1806 ; son père était marchand de vin. Il a travaillé chez Vaslet et Fougerat à Angoulême et chez Baume comme compositeur.

Informations professionnelles

Il obtient un brevet d'imprimeur en lettres le 14 décembre 1837. Adjudicataire le 10 décembre 1845 des impressions de la mairie de Bordeaux pour une durée de cinq ans, il demande un brevet de lithographe car le rabais de 47% consenti sur ses tarifs habituels ne lui permet pas de faire appel à un confrère pour la partie lithographique ; il demande donc qu'il soit dérogé à la règle de ne plus délivrer de brevet par création -ce qu'il obtient. Il reçoit un brevet de libraire le 28 avril 1852. Il se démet de son brevet de typographe en décembre 1866.

Voir la fiche


MONTAGNE

Nom : MONTAGNE
Prénom : Claude
Date : 06/04/1844

Adresses professionnelles

42, rue de la Fosse

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Il est né le 10 février 1812 à Grenoble (Isère). Il a travaillé treize ans chez Pottin dont il a été le chef d'atelier.

Informations professionnelles

Il demande en 1853 un brevet de libraire qui lui est d'abord refusé en juin, puis accordé en octobre, alors qu'il a fait valoir son expérience chez Pottin. Il est aussi papetier.

Voir la fiche


MONTAIGNE

Nom : MONTAIGNE
Prénom : Adolphe
Date : 10/08/1872

Adresses professionnelles

2, rue Masurel

Ville : Lille (Nord)

Informations professionnelles

Il remplace son frère Alfred Antoine, décédé. Il pratique la lithographie et la taille-douce mais renonce à la librairie.

Voir la fiche


MONTAIGNE

Nom : MONTAIGNE
Prénom : Alfred, Antoine
Date : 05/04/1872

Ville : Lille (Nord)

Informations personnelles

Il est né le 27 février 1842 à Lille ; son père était tonnelier. Il est graveur de formation.

Informations professionnelles

En juillet 1870, il s'apprête à reprendre les trois brevets de lithographe, taille-doucier et libraire de Hutin mais, à cause des événements politiques et militaires, l'administration n'enregistrera pas la transmission. Il fera donc une déclaration en février 1872, mais il est probable qu'il n'ait pas attendu pour reprendre l'activité de Hutin. À sa mort, son frère reprend l'imprimerie.

Voir la fiche


MONTALAN

Nom : MONTALAN
Prénom : Philippe
Date : 10/05/1838

Adresses professionnelles

18, rue au Change (1838)
Rue Fructidor (1846)

Ville : Chalon (Saône-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 14 janvier 1795 à Lyon où il a un frère orfèvre. Il a toujours travaillé dans l'imprimerie, notamment chez Rusand à Lyon, pendant 17 ans, puis chez Périsse à Roanne, dont il devint le gérant.

Informations professionnelles

Il a d'abord demandé un brevet de libraire et un autre d'imprimeur en lettres pour Nantua ; seul le premier lui fut accordé  le 14   novembre 1826. Jugeant que la seule activité de libraire ne pourrait suffire à le faire vivre, il renonça à exploiter ce brevet. En 1838, il demande à reprendre le brevet d'imprimeur en lettres de Perrin et à recevoir par création un brevet de lithographe, auquel il joindrait son brevet de libraire, échangé de Nantua à Chalon. Il dit avoir de plus le projet de devenir fondeur de caractères et de pratiquer la stéréotypie. Il obtient ses brevets car, de l'avis du Préfet, "la réunion dans une seule maison de ces trois branches de l'industrie serait un moyen puissant de concurrence à opposer à un imprimeur de la même ville dont tous les actes sont hostiles au gouvernement."
Il est le propriétaire et imprimeur du Courrier de Saône-et-Loire. Sa production typographique est importante : factums, discours de distributions de prix, professions de foi politiques, querelles locales, oeuvres d'historiens ou de poètes locaux, publications administratives... En 1859, il se dit imprimeur-libraire-éditeur pour un ouvrage sur la résistance des matériaux.
Il est condamné le 3 mars 1843 à 500 F d'amende pour défaut de signature dans un supplément de son journal, destiné à soutenir un candidat. Il obtient remise entière de son amende, sans doute parce que "il défend depuis plusieurs années les principes conservateurs avec un louable dévouement".
Après sa reprise par Sordet, l'imprimerie est connue sous le nom d'Imprimerie Montalan-Sordet.

Voir la fiche


MONTÉRICHARD

Nom : MONTÉRICHARD
Prénom : T.
Date : 03/01/1875

Adresses professionnelles

12, rue de Mexico, Caudéran

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations professionnelles

Il veut utiliser une presse autographe.

Voir la fiche


MONTILLARD

Nom : MONTILLARD
Prénom : Louis, Marie
Date : 20/06/1862

Ville : Bourgoin (Isère)

Informations personnelles

Il est né le 10 septembre 1837 à Lyon (Rhône) ; son père était cordonnier. Il est écrivain lithographe à Lyon, marié et père de trois enfants. Il a été condamné le 23 septembre 1860 à trois jours de prison pour coups ; malgré cela, le Préfet ne s'opposera pas à l'attribution de son brevet.

Informations professionnelles

A peine breveté pour Bourgoin, après avoir racheté l'imprimerie de la veuve Raynaud à l'automne 1861, il demande  le transfert de son brevet pour Villefranche (Rhône) : les deux imprimeurs typographes de la ville ont obtenu entre-temps un brevet de lithographe si bien qu'il n'y a plus de travail pour lui à Bourgoin ; il doit aller en chercher au loin, comme à Villefranche mais les frais de transport sont trop importants ; ainsi justifie-t-il sa demande, qui se heurte au refus de l'administration. Il démissionne en faveur de Moulin en 1868.

Voir la fiche


MONTILLARD

Nom : MONTILLARD
Prénom : L.
Date : 27/01/1876

Adresses professionnelles

2, rue Casimir Perier

Ville : Grenoble (Isère)

Voir la fiche


MONTLOUIS

Nom : MONTLOUIS
Prénom : Antoine, Bernard
Date : 17/12/1863

Ville : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

Informations personnelles

Il est né à Paris le 24 novembre 1838. Son père était alors négociant ; il est devenu conseiller général de la Corrèze. Son frère est officier dans l'armée. Lui-même a fait des études de droit et possède une fortune personnelle.

Informations professionnelles

Il reprend les trois brevets de Hubler et imprime le Moniteur du Puy-de-Dôme. Il fait aussi des travaux divers comme une carte pour le projet de chemin de fer entre Clermont-Ferrand et Tulle (1875).

Voir la fiche


MONTPELLIER

Nom : MONTPELLIER
Prénom : Charles, Paul
Date : 02/07/1869

Ville : Paris

Informations personnelles

Né le 1er août 1824 à Colmar dans le Haut-Rhin.

Informations professionnelles

Il était dessinateur lithographe chez Lebaron et prote chez Lallard à Soissons.

Voir la fiche


MONTREDON

Nom : MONTREDON
Prénom : Joseph
Date : 15/08/1875

Adresses professionnelles

Rue Pavée

Ville : Nîmes (Gard)

Informations professionnelles

Il exerce comme lithographe depuis décembre 1869.

Voir la fiche


MOOLENAAR

Nom : MOOLENAAR
Prénom : Jean
Date : 24/07/1868

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Bordeaux le 7 juillet 1834 ; son père était graveur. Il est ouvrier lithographe, marié et père de deux enfants.

Informations professionnelles

Il est remplacé par J. Lamarque au 110, rue Fondaudège, puis à partir de 1890, rue Pomme-d'or.

Voir la fiche


MOQUIN

Nom : MOQUIN
Prénom : Ennemond
Date : 22/02/1825

Ville : Montpellier (Hérault)

Informations professionnelles

Il a fait une première demande de brevet en 1824 qui a été rejetée, mais, avec l'appui du Préfet qui certifie que les sciences naturelles et la médecine constituent un marché pour la lithographie à Montpellier, il l'obtient l'année suivante. Il travaille en association avec les Boehm, Auguste Théodore à Montpellier et Michel à Strasbourg. Il lithographie des portraits de personnalités locales, des illustrations pour des ouvrages scientifiques, des cartes géographiques.
L'enquête de 1859 établit qu'il est mort à Toulouse et qu'il a cédé son matériel à Boehm qui était déjà breveté ; son brevet est donc annulé.

Voir la fiche


MORAND

Nom : MORAND
Prénom : François
Date : 06/04/1848

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 1er octobre 1820 à Grenoble (Isère). Son père était tailleur d'habits. Il a été jusqu'ici ouvrier lithographe à Lyon et Grenoble.

Informations professionnelles

Son brevet est annulé en 1860 pour inexploitation.

Voir la fiche


MORAND

Nom : MORAND
Prénom : Joseph, Charles
Date : 02/11/1853

Adresses professionnelles

Cours Lafayette et impasse Coste (1872)

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 13 août 1826 à Roussillon (Isère) ; son père était propriétaire.

Informations professionnelles

Le 7 mars 1854, il est condamné à 3 000 F d'amende (réduite ensuite à 300 F) pour n'avoir pas fait figurer son nom sur un prospectus pour un remède. Le 23 avril 1872, il déclare joindre à son activité la typographie.

Voir la fiche


MORAND

Nom : MORAND
Prénom : Jean, Pierre
Date : 13/12/1849

Adresses professionnelles

56, rue des Carmes

Ville : Orléans (Loiret)

Informations personnelles

Il est né le 12 juin 1823 à Orléans ; son père était cordonnier. Il a été prote pendant plusieurs années chez Durand.

Informations professionnelles

Il reprend les trois brevets de son ancien patron. Il est l'imprimeur du Moniteur du Loiret. Il est condamné  le 3 avril 1852 à 2 000 F d'amende pour défaut de déclaration ; l'amende sera réduite à 100 F.

Voir la fiche


MORARD

Nom : MORARD
Prénom : Henri, Étienne
Date : 18/01/1849

Ville : Blois (Loir-et-Cher)

Informations personnelles

Il est né le 15 octobre 1819 à Vendôme (Loir-et-Cher). Son père et son oncle Jahyer sont imprimeurs.

Informations professionnelles

Il prend la succession de son oncle Félix Jahyer, avec un associé, Bergadieu.

Voir la fiche


MORE

Nom : MORE
Prénom : François, Voltaire
Date : 22/01/1847

Ville : Gray (Haute-Saône)

Informations personnelles

Il est né à Toulouse (Haute-Garonne) le 15 avril 1794 ; son père était artiste. Il est fondateur et directeur d'une compagnie d'assurance de la navigation sur le Rhône et la Saône. Il est menacé de ruine pour des raisons politiques locales. Il est conseiller municipal et membre du tribunal et de la chambre de commerce.

Informations professionnelles

Il obtient les trois brevets comme une sorte de récompense politique si on en croit la lettre de Cavé de son dossier. Il voudrait commercialiser notamment un globe terrestre flexible, imprimé en lithographie, de son invention. Mis en demeure d'exploiter ses brevets de typographe et lithographe, il demande un délai et finalement renonce. Ses brevets sont annulés sans qu'ils aient jamais été exploités. Quant à son brevet de libraire, il n'est annulé qu'en janvier 1863, après qu'il a quitté la France pour la Suisse en décembre 1862.

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : Frumence
Date : 19/11/1872

Adresses professionnelles

34, rue d'Antibes

Ville : Cannes (Alpes-maritimes)

Informations professionnelles

Il possède deux presses. En 1874, il cède son imprimerie à Robaudi et part s'installer à Marseille.

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : René, Nicolas
Date : 17/09/1856

Adresses professionnelles

54, rue du Faubourg du Temple

Ville : Paris

Informations personnelles

Né le 5 avril 1818 à Nantes, son père était marin.

Informations professionnelles

Il est peintre pour les camées et les broches. Il est l'auteur d'un système de litho-chromo pour dessins.

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : André
Date : 08/07/1874

Adresses professionnelles

6, rue Sainte

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations professionnelles

Il est imprimeur en lettres et lithographe.

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : Frumence
Date : 30/03/1874

Adresses professionnelles

35, rue de Grignan

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Poitiers (Vienne) le 20 avril 1838.

Informations professionnelles

Il déclare acquérir une presse typographique le 8 juin 1881.

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : Jules, Théodore
Date : 11/11/1854

Adresses professionnelles

12, place du Parlement (1875)

Ville : Cenon-la-Bastide (Gironde)

Informations personnelles

Il est né à Tours (Indre-et-Loire) ; son père était corroyeur.

Informations professionnelles

Il essuie un premier refus en mai 1854 car le Préfet estime inutile de créer de nouveaux brevets. Il lui faut donc trouver un lithographe qui lui cède le sien ; c'est Douat, breveté pour Cenon-la-Bastide qui est annexé à la ville de Bordeaux par décret du 27 avril 1864. Le 3 juillet 1865, il est condamné à 5 000 F d'amende pour défaut de déclaration,dépôt et adresse sur des chansons vendues par colportage ; l'amende est réduite en juillet suivant à 100 F. En 1875, il déclare ouvrir une librairie, faisant dépôt de journaux.

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : Jules, Henry
Date : 21/01/1858

Adresses professionnelles

37, rue du Pont Royal

Ville : Chauny (Aisne)

Informations personnelles

Il est né le 12 mai 1834 à Chauny dans l'Aisne, son père est imprimeur en lettres et lithographe. Il a été exempté du service militaire pour myopie.

Informations professionnelles

Il succède à sonpère, démissionnaire en sa faveur en raison de son âge et de sa mauvaise santé. Il est breveté imprimeur en lettres, lithpgraphe et libraire. Il annonce réaliser des impressions en tous genres pour le commerce, les arts et l'industrie: circulaires, factures, affiches, livres à souches, registres, feuilles de comptabilité, reçus, quittances pour les sucreries et les raffineries, lettres de décès, invitations, faire-part ...
 

Voir la fiche


MOREAU

Nom : MOREAU
Prénom : Louis, Antoine
Date : 15/05/1850

Ville : Chauny (Aisne)

Informations personnelles

Né le 30 décembre 1795, son père était marchand orfèvre et imprimeur en lettres, il a démissionné en sa faveur.

Informations professionnelles

Il a longtemps travaillé chez son père Jean Antoine Moreau à qui il succède comme imprimeur en lettres.Il exploite depuis vingt ans son imprimerie quand il fait la demande du brevet de lithographe car la « ville ne possède encore aucune établissement de cette nature et les besoins de la localité et des communes voisines réclament la création d’une imprimerie lithographique dans cette commune populeuse et industrielle au moment prochain de l’institution d’un tribunal de commerce. » En 1850, il vient de fonder Le Nouvelliste de Charny.

Voir la fiche


MOREAU, veuve COTTERET

Nom : MOREAU, veuve COTTERET
Prénom : Catherine, Reine
Date : 25/04/1867

Adresses professionnelles

42, rue des Vinaigriers

Ville : Paris

Informations personnelles

Née le 1er janvier 1825 à Paris.

Informations professionnelles

Elle possède 4 presses lithographiques et 4 presses en taille-douce et elle est brevetée taille-doucier en 1867.

Voir la fiche


MOREL

Nom : MOREL
Prénom : Alphonse, Séverin
Date : 22/06/1863

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à La Mure (Isère) le 22 octobre 1834 ; son père était cafetier. Il est marié, père d'un enfant ; il est écrivain lithographe.

Voir la fiche


MORGANT

Nom : MORGANT
Prénom : Jean, Pierre, Joseph, Eugène
Date : 07/01/1843

Ville : Guines (Pas-de-Calais)

Informations personnelles

Il est né à Guînes le 24 septembre 1814 ; son père était marchand de planches. Il est artiste peintre.

Informations professionnelles

Il demande un brevet de lithographe pour faire des sujets de piété pour les presbytères et les écoles religieuses, mais aussi des travaux de ville.

Voir la fiche


MORHAIN

Nom : MORHAIN
Prénom : Louis, Claude
Date : 15/05/1846

Ville : Haguenau (Bas-Rhin)

Informations personnelles

Il est né le 25 août 1815 à Strasbourg (Bas-Rhin) dans une famille de 14 enfants. Son père est marchand de parfumerie. Il a travaillé en Bavière comme dessinateur lithographe. Revenu en France, il a travaillé pour Wentzel.

Informations professionnelles

Sa demande de brevet se heurte à une protestation de Brucker qui n'a pas encore  commencé à exploiter son propre brevet  car, ne vivant que grâce au travail que lui fournissent  la mairie et sa feuille d'annonces, il n'a pu installer une presse. Morhain, soutenu par le député, le baron de Schonenbourg, répond que Brucker mis au courant de son projet de s'installer lithographe à Haguenau, s'est dépêché de demander un brevet  avant lui, simplement pour lui barrer la route, mais qu'il n'en fera rien. Le projet de Morhain est d'imprimer de la musique  et des cahiers modèles d'écriture.

Voir la fiche


MORIAL

Nom : MORIAL
Prénom : Célestin, Dominique
Date : 20/05/1835

Adresses professionnelles

65, rue Neuve des Petits Champs (novembre 1853)
118, passage du Caire (juin 1852)
161, rue St Honoré
 

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 11 mars 1806. Fabricant de papiers peints, il est en société avec D'Herbecourt, un ancien avoué ; la société a un capital de 100 000 F.

Informations professionnelles

Il a fait construire une presse spéciale pour imprimer par la lithographie les papiers peints. Il ferme son atelier le 15 avril 1853 et vend ses pierres à Garreau. Il n'a pas trouvé à vendre sa presse. Il garde son brevet en portefeuille jusqu'à nouvel ordre. Il travaille comme écrivain autographe, puis reprend une activité en octobre 1853 de dessins de broderie.sur papier et étoffes.

 

Voir la fiche


MORICE

Nom : MORICE
Prénom : Avit, Léon
Date : 05/01/1835

Ville : Laval (Mayenne)

Informations personnelles

Il est né le 24 juillet 1786 à Laval (Mayenne) ; son père était coutelier.

Informations professionnelles

Il tient un commerce de papeterie auquel il joint une librairie, après avoir obtenu son brevet le 21 octobre 1833. Il semble que son fils Édouard lui ait succédé.

Voir la fiche


MORILLION

Nom : MORILLION
Prénom : Louis, Julien, Philippe
Date : 03/10/1850

Adresses professionnelles

35, rue du Bourg (1851)

Ville : Dijon (Côte-d'or)

Informations personnelles

Il est né le 1er mai 1825 à Dijon. Son père était serrurier. Il a été chasseur d'Afrique, puis est revenu à Dijon où il a travaillé comme ouvrier lithographe. Son père, qui avait fait de mauvaise affaires, était parti en Amérique et c'est avec l'argent de son aïeule et  les 1 500 F de la dot de sa femme qu'il peut s'installer à son compte. Il passse pour avoir des idées avancées et on le soupçonne d'imprimer clandestinement des écrits socialistes.

Informations professionnelles

Il jouit d'une certaine aisance et emploie plusieurs ouvriers. Il est condamné à 3 000 F d'amende pour défaut de nom sur un Guide pittoresque le 2 avril 1851 ; la publication étant anodine, l'amende est ramenée à 300 F.
Il est interné pour aliénation mentale quelques jours après avoir cédé son imprimerie et son brevet à Carré, et meurt le 11 décembre 1854. Sa veuve intente donc un procès à l'acheteur en l'accusant d'avoir profité de l'état de son mari.

Voir la fiche


MORILLON

Nom : MORILLON
Prénom : Jean, Jacques
Date : 20/01/1877

Adresses professionnelles

4, rue de la Merci

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations professionnelles

Bien que le dossier de déclaration date de 1877, Morillon dit avoir succédé à Franco le 22 février 1873.

Voir la fiche


MORIN

Nom : MORIN
Prénom : Pierre, Louis
Date : 08/03/1870

Adresses professionnelles

4, rue Puget (1870)
140, rue Montmartre (papeterie)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 19 janvier 1825 à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) ; son père était boulanger. Il est marié et père de famille. Il  a été commis dans diverses imprimeries.

Informations professionnelles

Il tient une papeterie depuis 12 ans et veut se spécialiser en travaux de ville. Il fait déjà des registres.

Voir la fiche


MORIN

Nom : MORIN
Prénom : Jean, Louis
Date : 02/10/1868

Ville : Clamecy (Nièvre)

Informations personnelles

Il est né à Clamecy le 27 décembre 1846 ; son père était manoeuvre. Il est écrivain lithographe. "Ses antécédent politiques sont irréprochables".

Voir la fiche


MORIN

Nom : MORIN
Prénom : Jacques, Paul
Date : 02/09/1869

Ville : Niort (Deux-Sèvres)

Informations personnelles

Il est né le 4 février 1843 à Niort ; son père était cordonnier. Il est parti pour Paris à 15 ans ; il est écrivain lithographe.

Informations professionnelles

Cette imprimerie existe encore en 1891. Depuis juillet 1887 elle possède les presses typographiques de l'imprimerie Robichon.

Voir la fiche


MORIN

Nom : MORIN
Prénom : Joseph
Date : 27/02/1847

Ville : Marmande (Lot-et-Garonne)

Informations personnelles

Il est né le 4 septembre 1816 à Meilhan (Lot-et-Garonne). Son père était propriétaire. Deopuis le milieu des années 1830, il vit à Marmande.

Informations professionnelles

Le 11 décembre 1850, il obtiendra un brevet de libraire dont il démissionnera en décembre 1856.
 

Voir la fiche


MORISSET

Nom : MORISSET
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 17/09/1841

Adresses professionnelles

Rue des Halles

Ville : Niort (Deux-Sèvres)

Informations personnelles

Il est né le 25 février 1803 à Niort où son père était imprimeur du Roi.

Informations professionnelles

Il succède à son père qui lui transmet imprimerie et brevet de typographe le 25 avril 1831. Il est le directeur gérant du Mémorial de l'Ouest. A sa mort, en 1850, sa veuve reprend la direction de l'imprimerie.

Voir la fiche


MORIZOT

Nom : MORIZOT
Date : 02/09/1871

Adresses professionnelles

17, rue Saint-Agricol

Ville : Avignon (Vaucluse)

Informations professionnelles

Il possède une presse achetée à Marseille.

Voir la fiche


MORLENT

Nom : MORLENT
Prénom : Joseph
Date : 15/02/1839

Ville : Le Havre (Seine-inférieure)

Informations personnelles

Il est né à Beaune (Côte-d'or) le 24 février 1793. Il a d'abord travaillé dans l'administration des Douanes, mais il a été congédié "pour avoir dit quelques vérités un peu dures", puis réintégré dans un poste aux colonies. Il a préféré rester en France et ouvrir un cabinet de lecture au Havre. Après avoir vendu imprimerie et librairie, il continue une carrière d'homme de lettres, publiant plusieurs ouvrages sur Le Havre et collaborant à L'Art en province ; il classe aussi  les archives municipales, installe et catalogue le fonds de la bibliothèque municipale, riche de 25 000 volumes dont il est le conservateur en chef.

Informations professionnelles

Il obtient un brevet de libraire le 22 avril 1833 et un brevet d'imprimeur en lettres le 2 décembre de la même année. Il est  le rédacteur d'un journal "tout à fait inoffensif", selon le Préfet, le Dimanche et édite quelques ouvrages, notamment des Souvenirs pittoresques du Havre pour lesquels il demande une souscription. Il demande un brevet de lithographe pour une publication hebdomadaire illustrée La Normandie pittoresque. Il se démet à la même date de ses brevets en faveur de trois acquéreurs différents.

Voir la fiche


MORLET

Nom : MORLET
Prénom : Aimé
Date : 18/12/1832

Ville : Louviers (Eure)

Informations personnelles

Il est né le 28 novembre 1807 à Incarville (Eure). Il est sourd-muet  et il a été répétiteur à l'Institut des sourds-muets d'Arras.

Voir la fiche


MORONVAL

Nom : MORONVAL
Prénom : Joseph, Théodore
Date : 30/06/1834

Ville : Montereau (Seine-et-Marne)

Informations personnelles

Il est né le 7 juillet 1805. Il a appris la typographie auprès de son père.

Informations professionnelles

Il obtient son brevet d'imprimeur en lettres le 25 avril 1832, puis celui de libraire le 8 août de la même année. En 1835, il demande son transfert à Sens. Il ne emble pas l'avoir obtenu. démisionnaire, il aurait été remplacé par Léon Zanote.

Voir la fiche


MOSNIÉ

Nom : MOSNIÉ
Prénom : Antoine
Date : 20/04/1839

Adresses professionnelles

25, rue du Grand Hurleur (1839)
44, rue basse du  Rempart (septembre 1849)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 18 septembre 1799 à Cheylade (Cantal). Son acte de naissance porte l'orthographe Mosnier qui sera reprise par la Justice. Marié et père de famille, il paie un loyer de 260 F. Écrivain lithographe, il travaille depuis 5 ans à son compte chez lui ; il fait des travaux de ville. il souhaite un brevet pour  fonder une imprimerie.

Informations professionnelles

La révolution de 1848 a ébranlé sa solidité financière : il doit vendre trois presses à Carré pour désintéresser ses créanciers, puis son mobilier est saisi pour couvrir des billets de 250 F non payés. Malgré quelques commandes que luiconfie Venague, il est dans une situation très critique. En 1849, il avertit la direction de la Librairie qu'il déménage rue basse du Rempart où il imprimera quotidiennement un Bulletin des nouvelles étangères et une correspondance des départements. Puis l'administration découvre que son brevet sert à faire fonctionner une imprimerie installée 58, rue Montmartre (plus près de la poste) pour le compte d'un Italien nommé Frapolli, "émissaire des triumvirs de Rome" ; il y imprime "une correspondance politique adressée aux démagogues d'Italie". Cette imprimerie est considérée comme clandestine, puisque Mosnié ne l'a pas déclarée. Il est condamné ainsi que Frapolli à 10 000 F d'amende et 6 mois de prison le 10 juillet 1850. La sentence est confirmée en appel le 21 novembre 1850. Frapolli est en fuite, Mosnié, incarcéré à Sainte-Pélagie, fait un recours en grâce. Le commissaire inspecteur Gaillard plaide la clémence, soulignant sa bonne conduite antérieure et le décrivant comme un "homme faible qui a toujours été la dupe de gens de mauvaise foi" ; c'est le besoin d'argent qui l'a poussé à louer son brevet, non la passion politique. Le 4 avril 1851, il obtient une remise de l'amende (qu'il serait bien incapable de payer) et du reste de la peine d'emprisonnement, mais le retrait de son brevet, décidé le 11 janvier 1851, est maintenu le 23 mai 1851. L'ayant redemandé sans plus de succès en novembre 1852, il reprend son travail d'écrivain à son domicile.

 

 

 

Voir la fiche


MOSSY

Nom : MOSSY
Prénom : Désiré, Jean, Pierre, Léopold
Date : 24/02/1843

Adresses professionnelles

54, rue de Grignan

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 28 juin 1813 à Marseille. Son grand-père était déjà imprimeur et son père avait  reçu un brevet d'imprimeur transmissible en 1818 et, en 1820, un brevet de libraire. Il était noté en 1830 comme ayant de très bons principes politiques. Désiré Mossy travaille quelques années avec son père, puis, à la mort de celui-ci  en janvier 1835, prend la direction de l'imprimerie avec son frère aîné.

Informations professionnelles

Par suite "d'arrangements de famille", l'ainé garde le brevet de libraire  venant de son père et cède à son cadet le brevet d'imprimeur en lettres le 22 mars 1836. Ce dernier le lui rétrocède ainsi que l'imprimerie à la fin de 1840 car il monte à Paris pour occuper un emploi de surnuméraire à la bibliothèque du ministère de l'Intérieur. A la mort de Jean Joseph Mossy,  le 1er janvier 1842, Désiré Mossy demande à reprendre son ancienne activité d'imprimeur et à récupérer les brevets de son frère, ce qu'il obtient en février 1842.

Voir la fiche


MOTTE

Nom : MOTTE
Prénom : *Charles, Étienne, Pierre
Date : 31/10/1817

Adresses professionnelles

11-13, rue des Marais Saint-Germain (1818)
290, rue Saint-Honoré (1830)

29, Bedford street, Covent Garden, Londres (1829)
23, Leicester square, Londres (1830)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né en 1785 et mort en 1836. Il est très critique envers le régime des Bourbon et, devenu lithographe de Monseigneur le duc d'Orléans en 1824, il soutient l'instauration de la monarchie de Juillet.
Il expose aux Salons entre 1827 et 1831.

Informations professionnelles

Il a été l'un des lithographes les plus inventifs de la Restauration, explorant les possibilités de la lithographie pour coller aux goûts de son époque. Il a immédiatement compris que la lithographie, grâce à sa facilité et sa rapidité d'exécution, à son coût modéré aussi, allait donner au dessin satirique un grand développement. Dès 1818, il imprime les 12 planches de Caricatures, les premières lithographies de Jean-Baptiste Isabey. Il imprime donc, souvent pour les journaux qui, à la fin de l'Empire, ont retrouvé une marge de liberté, des estampes d'actualité brocardant  le régime de Louis XVIII. Ainsi,pour le Miroir des spectacles, des lettres et des arts, journal de tendance libérale qui paraît entre 1821 et 1823, il imprime quelques dessins de Delacroix comme "Le Déménagement de Dame censure"  (1822) ; toutefois, ce registre n'est pas sans danger et c'est un atelier à Londres et ses liens avec Hullmandel qui lui permettront d'imprimer des estampes qui lui vaudraient des ennuis avec la censure française. La satire des moeurs est une veine moins dangereuse, développée dans ses Pièces facétieuses (1819) par exemple, qui est aussi très prisée des journaux. Toutefois, c'est l'augmentation du nombre et de la fréquentation des spectacles qui lui fournit la source de revenus la plus sûre et la plus durable avec l'engouement du public pour les portraits d'artistes, les reproductions de décors ou de scènes dramatiques. L'actualité politique fournit aussi régulièrement des sujets intéressant un vaste public (assassinat du duc de Berry, voyages officiels du Roi...) En 1823, Motte s'attaque au domaine du livre illlustré et participe à la neuvième édition des Méditations de Lamartine que publie Gosselin, mais les illustrations de Mendoze n'ont pas la force de celles de Delacroix pour le Faust de Goethe, publié en 1828. Fort de cettte réussite, Delacroix entreprend quelques dessins pour une illustration de Hamlet mais Motte mourra avant qu'ils ne forment un ensemble suffisant, et, rassemblés en un  Recueil, ils ne paraîtront même qu'en 1864, après la mort de l'artiste. Parallèlement, il s'illustre dans l'illustration documentaire avec un genre éditorial, très en vogue sous la Restauration et la monarchie de Juillet : les recueils de planches, généralement accompagnées de notices, vendus par livraisons. Il est ainsi avec Engelmann l'un des principaux artisans de la Galerie des oiseaux (1825), magnifique et luxueuse suite de planches mises en couleurs. Dans un domaine différent, Les contemporains étrangers devait exploiter le goût du public pour les portraits de célébrités mais le recueil ne connut que 8 livraisons sur les 25 prévues, bien qu'il ait cédé à la mode pour les reproductions en fac-similé de l'écriture du personnage portraituré. Les rives de la Seine (1828)  sacrifiait au goût du paysage, l'Histoire du Palais-Royal (1834), d'après les dessins d'Horace Vernet, à celui de l'histoire immédiate, mais, si le Voyage de la Grèce est modestement illustré,ce sont  surtout les 50 planches du magnifique Voyage pittoresque dans la régence d'Alger (1835) qui font rêver avant que Delacroix n'en fasse découvrir les couleurs. Pionnier encore dans l'utilisation de la lithographie, Motte la met au service de l'érudition. En 1826, avec les Tournois du roi René, d'après le manuscrit et les dessins originaux de la Bibliothèque royale, il donne aux études médiévales en plein essor l'un des premiers fac-similés de manuscrit. En 1827, il prend avec Firmin-Didot un brevet pour permettre d'imprimer caractères typographiques et dessins lithographiques simultanément, en haussant la pierre au niveau de la surface des caractères. Ce n'est toutefois pas ainsi qu'est imprimée la Grammaire égyptienne de Champollion en 1836 : le texte imprimé typographiquement par Firmin-Didot a été reporté sur la pierre lithographique où a été ajoutée la reproduction des hiéroglyphes, réalisant ainsi "la nouvelle et féconde alliance de la typographie et de la lithographie", selon les mots de Champollion-Figeac.
Il a été récompensé d'une mention Honorable en 1819, et de médailles d'argent en 1823, 1827 et 1834.

Outre les artistes déjà cités, Deroy, Adam, Pierre-Roch Vigneron, Rulman, Henri Grévedon, Henry Monnier, Nicolas-Eustache Maurin..., ainsi que Achille Devéria, son gendre, ont travaillé avec Charles Motte.

Voir la fiche


MOTTE et GOUSTY

Nom : MOTTE et GOUSTY
Date : 20/04/1880

Adresses professionnelles

Place Voltaire
 

Ville : Issoudun (Indre)

Informations personnelles

Eugène Motte est né à Chateauroux (Indre) le 20 novembre 1854, François Gousty le 28 juin 1845 dans la même ville.

Informations professionnelles

Ils sont associés dans l'imprimerie typo-lithographique Motte fils et Gousty.

Voir la fiche


MOTTE, épouse DEVÉRIA

Nom : MOTTE, épouse DEVÉRIA
Prénom : Céleste, Aimée, Ursule
Date : 14/12/1837

Adresses professionnelles

290, rue Saint-Honoré (1837)

Ville : Paris

Informations personnelles

Elle est née le 9 avril 1812. Son père était lithographe. Elle a épousé en 1829 le peintre Achille Devéria, auteur de plus de 3 000 lithographies, dont la série Dix-huit heures de la vie d'une Parisienne qui lui emprunte à plusieurs reprises ses traits. Elle a aussi été représentée par le sculpteur Jean-Auguste Barre avec l'un de ses 4 enfants dans les bras.

Informations professionnelles

À la mort de son père, elle reprend la direction de l'imprimerie. Elle est associée avec Waugmann et emploie le lithographe Cattier.

Voir la fiche


Pages