A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
GORIUS

Nom : GORIUS
Prénom : Joseph
Date : 10/01/1857

Ville : Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin)

Informations personnelles

Il est né le 8 novembre 1822 à Sainte-Marie-aux-Mines. Son père était bonnetier. Il a travaillé chez Blot en 1845-1846 comme écrivain lithographe et chez Bry à Paris, pendant trois ans

Informations professionnelles

Il obtient son brevet le 10 janvier1857 en remplacement d'un même titre qu'il possède à Bischwiller (Bas-Rhin), reçu le 12 avril 1856 et quitté pour cause de maladie et de mauvaises affaires. Il invoque la présence de nombreuses fabriques de drap, filature teinturerie ; il serait le premier lithographe de la commune.
En 1860, l'administration constate qu'il ne peut exploiter son brevet, ayant vendu son matériel à Jardel et étant lié à  lui par un contrat de  neuf ans comme ouvrier intéressé et gérant. Comme il voudrait néanmoins conserver son brevet, il assure qu'il l'a exploité quelques semaines à Sainte-Marie, mais qu'il a fini par céder aux propositions insistantes de Jardel. Le brevet est tout de même annulé.

Voir la fiche


GORSE

Nom : GORSE
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 07/09/1836

Adresses professionnelles

30, rue Saint-Rome (1845)

Ville : Toulouse (Haute-Garonne)

Informations personnelles

Il est né le 26 septembre 1812 à Toulouse ; son père était porteur de chaises.

Informations professionnelles

Il est graveur et lithographe et fait des travaux de ville.
En 1876, il a cessé d'exercer.

Voir la fiche


GOSSELIN

Nom : GOSSELIN
Prénom : François, Désiré
Date : 08/09/1840

Adresses professionnelles

71, rue Saint-Jacques
6, rue Maître-Albert

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 16 juin 1809 à Honfleur (Calvados) ; son père était charpentier de marine. Il est enlumineur coloriste de cartes et d'estampes par sa formation. Il emploie plusieurs ouvrières e tpaie 400 F de loyer pour son local de la rue Jean-de-Beauvais. Il est marié et père de famille.
Il figure sur la liste des inculpés de juin 1848, pour avoir mis sa compagnie de la Garde nationale  de faction auprès d'une barricade où elle fut désarmée par les forces de l'ordre ; il passe en Conseil de guerre le 22 juillet et il est condamné à un an de prison le 25 août 1848. En 1851, il est arrêté et fait l'objet d'une mesure d'éloignement bien que rien ne puisse lui être reproché ; la Commission de révision de Paris l'a considéré comme un meneur ayant des liens avec les socialistes. Il est grâcié le 28 mai 1852, mais soumis à une surveillance, définitivement levée le 16 août 1855.
Il meurt le 1er octobre 1867.

Informations professionnelles

Il est imprimeur, éditeur et marchand d'estampes.
Il publie entre février et mai 1848 des lithographies satiriques  ridiculisant  Louis-Philippe et les souverains européens ; de qualité médiocre, elles sont rarement signées.
Après avoir repris ses activités, il se spécialise dans les estampes liées aux expéditions militaires : cartes des opérations, portraits des chefs militaires, vues des théâtres d'opération. Imprimeur, il est aussi éditeur et marchand d'estampes et s'est constitué un réseau de diffusion en France  avec Gadola à Lyon et à l'étranger.
Le 15 mai 1862 il est autorisé à installer pour 3 mois une presse de 3 800 kg avec ses accessoires, pour imprimer un travail sur 3 pierres de 600 kg chacune, au rez-de-chaussée du 82, boulevard Saint Germain. Il s'agit du Plan de l'Exposition permanente du palais de l'Industrie qui va être construite à Auteuil sous le patronage de Sa Majesté. Les ébranlements produits pour chaque impression par la chute du porte-râteau ne rendent pas prudente l'installation au 1er ou 2e étage de son local habituel.

 

Voir la fiche


GOUDCHAUX

Nom : GOUDCHAUX
Prénom : Ernest, Lazare
Date : 08/12/1869

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 2 mai 1813 à Paris. Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Il fait le commerce des cotons et laines avec les États-Unis et représente les intérêts de l'une des plus importantes maisons de New Orleans, A. Einer Bader et cie ; il a besoin de transmettre à ses clients les nouvelles parvenant  par les lignes télégraphiques deux fois par jour et ne peut le faire que par des circulaires autographiées. Il souhaite donc posséder une petite presse Lecoq qui lui permette d'imprimer rapidement ces nouvelles concernant notamment les cours du coton.

Voir la fiche


GOUDE DUMESNIL

Nom : GOUDE DUMESNIL
Prénom : Gustave, Louis, Thomas
Date : 21/05/1838

Adresses professionnelles

70, rue Saint-Gilles
Place Saint-Pierre

Ville : Orthez (Basses-Pyrénées)

Informations personnelles

Il est né à Bayeux (Calvados) le 4 avril 1797 ; son père qui "vivait de son bien", était maire et suppléant du juge de paix de Balleroy. Il meurt le 10 octobre 1863. Sa succession donne lieu à un combat judiciaire entre sa veuve et son fils qui reçoit finalement l'héritage de son père en échange d'une pension de 600 F versée à sa mère.

Informations professionnelles

Après "quelques écarts de jeunesse", il obtient ses trois brevets, repris de Breillat, mais, alors qu'il est l'imprimeur-gérant du Mercure d'Orthez, il n'exploite pas son brevet de lithographe. L'administration le menace de le lui retirer en 1854 ; il proteste que jusqu'ici, cela n'en valait pas la dépense, mais il espère en l'arrivée du chemin de fer et le regain d'activité qu'elle va susciter. En 1860, il reçoit une nouvelle mise en demeure pour le même motif.

Voir la fiche


GOUDE DUMESNIL

Nom : GOUDE DUMESNIL
Prénom : Émile, Charles, Auguste
Date : 09/09/1864

Ville : Orthez (Basses-Pyrénées)

Informations personnelles

Il est né le 11 octobre 1827 à  Saint-André-de-Fontenay (Orne) ; son père était imprimeur. Il a fait ses études au collège de Pau, puis il est venu habiter Paris, "par suite  de mésintelligence avec sa mère". Il a été correcteur chez Wittersheim, Claye et Plon, d'avril 1857 à décembre 1862, puis a travaillé à l'imprimerie du Moniteur ; il est devenu ensuite secrétaire de rédaction de La Nation et, quand son père meurt, il peut se dire journaliste puisqu'il est chargé de la rubrique des faits divers de ce journal. Il avait aussi collaboré à L'Ère impériale 0à Tarbes.

Informations professionnelles

Sa mère lui conteste l'héritage de l'imprimerie et des brevets paternels, arguant que, depuis longtemps, c'est elle qui fait marcher l'imprimerie (ce qu'atteste le maire) mais que son fils n'y connaît rien. Celui-ci peut produire un testament de son père lui laissant l'intégralité de l'entreprise et ses brevets. La justice lui donne raison, l'obligeant néanmoins à verser à sa mère une pension de 600 F. En 1870, il est en faillite et ne réussit pas à obtenir un concordat. Sa mère avancera le chiffre énorme d'une dette de 70 000 F. Il cherche alors à transférer ses brevets à sa femme. Sa mère s'insurge contre cette manoeuvre, prétendant que sa belle-fille "est tout à fait illettrée et incapable  d'aucune direction de ce genre puisqu'elle était la domestique de sa dame défunte" ; elle y voit aussi un moyen de ne plus lui verser sa pension et suscite une protestation des créanciers contre cette attribution de brevets à sa bru. Elle propose que les brevets lui soient transférés à elle. L'affaire n'est pas encore tranchée quand l'Empire s'écroule.

Voir la fiche


GOUDET, veuve LAMORÉE

Nom : GOUDET, veuve LAMORÉE
Prénom : Henriette, Geneviève, Joséphine
Date : 13/07/1831

Adresses professionnelles

2, quai de la Fosse

Ville : Nantes (Loire-inférieure)

Informations personnelles

Elle est née le 29 janvier 1776 à Nantes. Son père était marchand fayencier.

Informations professionnelles

Elle a épousé l'imprimeur et surtout libraire Vincent Lamorée qui est victime d'une attaque qui le laisse paralysé avant de mourir le 15 janvier 1829. Elle reprend ses brevets d'imprimeur en lettres et de libraire le 29 mai 1829 et dirige alors l'imprimerie avec l'aide de ses enfants (elle en a sept) : elle  rappelle auprès d'elle son fils ainé pour l'imprimerie et confie à un autre de ses fils la librairie. Son mari  meurt le 15 janvier 1829, mais elle continue à gérer l'imprimerie et ne démissionne de ses brevets en faveur de son fils ainé qu'en 1836, transmettant à son cadet le brevet de librairie.

Voir la fiche


GOUEFFON

Nom : GOUEFFON
Prénom : Alphonse, Paschal
Date : 14/05/1845

Adresses professionnelles

14, rue de la Cerche (1857)
10, rue de Bourgogne (1862)

Ville : Orléans (Loiret)

Informations personnelles

Il est né le 3 mars 1819 à Ormes (Loiret) ; son père était vigneron.

Informations professionnelles

Il fait surtout des travaux de ville, notamment des étiquettes pour des boissons, vins et spiritueux. Il imprime aussi quelques brochures et calendriers autographiés.
Sa veuve reprend l'imprimerie après sa mort en 1873.

Voir la fiche


GOUGENHEIM et GAUD

Nom : GOUGENHEIM et GAUD
Date : 01/02/1872

Adresses professionnelles

20, rue Lanterne

Ville : Lyon (Rhône)

Informations professionnelles

Marx Gougenheim et Joseph Gaud sont adjudicataires, après liquidation judiciaire, de l'atelier Desvignes et Laramal qui était installé 47, rue Mercière.

Voir la fiche


GOUILLAUD

Nom : GOUILLAUD
Date : 30/09/1873

Adresses professionnelles

9, rue de Cheverus

Ville : Bordeaux (Gironde)

Informations professionnelles

Après la dissolution de la société Roques et Gouillaud, imprimeurs lithographes et typographes installés 45, rue Sainte-Catherine, il s'installe à son propre compte, en reprenant sa part de matériel.

Voir la fiche


GOUJON

Nom : GOUJON
Prénom : Annibal, Nabuchodonosor, Ildefonse, Henry
Date : 19/04/1852

Adresses professionnelles

25, passage du Caire (1866)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 19 novembre 1823. Il a travailllé chez Ruinet et Saint-Aubin. Il est marié et père de famille. Sa femme gagne 8 F par jour à faire des encadrements de billets de décès.

Informations professionnelles

Il est dessinateur en châles. Il fait des travaux de ville, de courts textes lithographiés (chanson, adresse électorale...)

Voir la fiche


GOUJON

Nom : GOUJON
Prénom : Abel
Date : 04/09/1829

Adresses professionnelles

41, rue de Paris

Ville : Saint-Germain (Seine-et-Oise)

Informations personnelles

Il est né à Saint-Germain le 31 décembre 1794. Son père était imprimeur libraire.

Informations professionnelles

Il reprend le 17 août 1824 le brevet de libraire que sa mère, devenue veuve exploitait (il s'en démettra le 22 février 1831). Il veut en même temps retrouver l'activité d'imprimeur en lettres que son père avait abandonnée en 1804 à cause de son âge ; pour cela, il demande à reprendre le brevet d'un confrère qui vient de mourir mais, n'étant pas héréditaire, le brevet est supprimé. Quand, en 1828, il fait une nouvelle demande de brevet, il se heurte aux héritiers de son confrère qui se considèrent privés des 8 000 F que valait l'ancien brevet. Goujon accepte d epayer cette somme et de mettre fin à une affaire qui avait suscité d'autres candidatures. Quand il meurt le 27 avril 1834, il laisse des dettes.

Voir la fiche


GOULARD, épouse GARNIER

Nom : GOULARD, épouse GARNIER
Prénom : Louise, Joséphine
Date : 01/06/1837

Ville : Rochefort (Charente-inférieure)

Informations personnelles

Elle est née à Rochefort le 13 avril 1814, d'un père avocat et avoué. Elle a épousé Pierre Garnier, professeur au collège de Rochefort.

Informations professionnelles

Son mari écrit, pour appuyer sa demande de transfert de brevet, que ses occupations au collège ne lui permettent pas de s'occuper de l'entreprise qui a commencé par pérécliter jusqu'à ce que sa femme en prenne la direction. Le maire de Rochefort témoigne qu'en 1850, elle a déjà abandonné depuis longtemps ; l'enquête statistique dit simplement que le brevet est "exploité, mais peu". Le brevet est annulé.

Voir la fiche


GOULU

Nom : GOULU
Prénom : Jules, Frédéric
Date : 01/06/1870

Adresses professionnelles

1, rue de l'Église, Grand Montrouge

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 3 mai 1831 à Buenos Aires (Argentine) ; son père était négociant. Marié et père de famille, il vit à Paris depuis 1843.

Informations professionnelles

 Il a été breveté le 25 décembre1865 pour Arcueil en remplacement de Gaillard,décédé, qui était breveté pour Asnières. Il est également breveté taille-doucier en 1870 et libraire en même temps qu'il transfère son brevet d'Arcueil à Paris.
Ancien élève des Arts et Métiers, dessinateur et mécanicien, il fait des travaux de dessin lithographiés ou autographiés pour le compte des compagnies de chemin de fer et des  plans parcellaires. 

Voir la fiche


GOUNELLE

Nom : GOUNELLE
Prénom : Martin, Jean-Baptiste, Magloire
Date : 21/02/1859

Ville : Salon (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 5 juin 1806 à Salon où son père était tanneur. Il a été commissaire de police, fonction qu'il a abandonnée pour devenir papetier et libraire.

Informations professionnelles

Il a obtenu un brevet de libraire  le 14 mai 1852 et, malgré l'incendie de son magasin en 1857 et son inondation en 1858, il ne renonce à son activité qu'en 1866. Sa demande de brevet de lithographe est justifiée par son désir de posséder une presse autographique pour faire circulaires, faire-parts, lettres d'avis...

Voir la fiche


GOUPIL

Nom : GOUPIL
Prénom : Pierre
Date : 05/01/1839

Ville : Caen (Calvados)

Informations personnelles

Il est né le 4 juin 1798 ; son père était tourneur.

Informations professionnelles

Le brevet est annulé en 1854.

Voir la fiche


GOUPIL

Nom : GOUPIL
Prénom : Jean-Baptiste, Michel, *Adolphe
Date : 01/08/1845

Adresses professionnelles

9, rue Chaptal (1876)
19, bd  Montmartre 17 000 f EN1852

15, boulevard Montmartre (1845) magasin

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 11 mars 1806 à Paris. Son père était pharmacien. Il est marié et père de 5 enfants. Il est électeur et le rapport de 1852 le juge "homme d'ordre [...] ayant des sympathies pour la maison d'Orléans".  Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 8 février 1850, officier le 29 septembre 1877 ; son parrain est le peintre Gérôme, son gendre. loyer bd montmartre 1200 F
Il meurt  le 9 mai 1893.

Informations professionnelles

En 1829, il a fondé un magasin d'estampes et d'objets d'art, doublé d'une imprimerie en taille-douce. Il s'est pour cela associé avec un autre marchand d'estampes Joseph Henry Rittner, qui mourra en 1840. Goupil s'associe alors avec Théodore Vibert qui apporte dans la société la maison de commerce de son beau-père. Vibert  et Goupil demandent l'un et l'autre un brevet de lithographe, mais l'administration juge que le second serait sans utilité. Il est breveté taille-doucier le 14 juillet 1852.
En 1852, il possède 6 presses en taille-douce et emploie 12 ouvriers "d'élite", éditant pour 900 000 F d'estampes chaque année. Pour ses ateliers et  magasin, il paie 17 000 F de loyer. Profitant d'abord des liens familiaux de Rittner en Allemagne, il étend son réseau et exporte ses estampes à Londres, Berlin, New-York, Vienne, Bruxelles, La Haye, villes où il a ouvert des succursales entre 1845 (New York, Londres) et 1866.
"Il doit être considéré comme le seul fabricant éditeur de grandes estampes au burin, à la manière noire et à l'aquatinte existant à Paris" dit de lui, en 1852,  l'inspecteur Gaillard. Il reçoit une médaille d'argent à l'Exposition universelle de 1855, d'or à celle de 1867, une médaille de progrès à celle de Vienne en 1873 ainsi que deux médailles et un diplôme d'honneur à l'exposition de Philadelphie en 1876.
La spécialité de la maison Goupil est la reproduction d'oeuvres d'art du passé ou contemporaines, présentées au Salon. La gravure en taille-douce est privilégiée.En 1854, il fonde une collection de livre d'estampes nommé « Homme du jour »..soit 150 qui rassemble ce qu'il a édité depuis 1848 dont orléans mais aussi révolutionnaires cabet proudhon raspail
On trouve dans ce dossier des accusations beaucoup d'actions engagées par Boussod pour contrefaçon concernant la production de lithophanies, d'objets décorés de reproductions (plateau de tôle, camées, bijoux, stores, vases...))our contrefaçon contre M. Schulgen et Schawann. Ils sont condamnés à lui payer 1 000 francs d'amende, mais M. Goupil en demandait 40 000. Il fait un procès en appel mais il le perd. Par la suite, il se montre récalcitrant pour déposer les estampes qu'il publie Plaintes d eGaillard du non respect  du décret du 17 février 1852. R2PONSE ESTAMPES EN ATTENTE DE SOUSCRIPTION Le 15 septembre 1853, il expose une estampe non autorisée.  On trouve également dans le dossier une remise à l'ordre le 03/02/1876 pour un dépôt tardif d'un livre.

À partir de 1860, il opère une diversification dans la photographie, ce qui lui vaut de nombreuses récompenses, notamment une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1878.

 

 

Voir la fiche


GOUPIL

Nom : GOUPIL
Prénom : Jacques, Charles
Date : 24/06/1842

Adresses professionnelles

2, passage du Caire (1842)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 27 novembre 1812 à Rouen (Seine-inférieure). Son père était tailleur. Il est marié et père de famille. Il est ouvrier chez Bénard depuis 1833.
Il meurt le 12 octobre 1848.

Informations professionnelles

Il semble que Bénard soit intéressé financièrement dans son installation.
Sa veuve lui succède en 1850.

Voir la fiche


GOUPIL

Nom : GOUPIL
Prénom : Michel, Joseph
Date : 14/11/1862

Adresses professionnelles

27, rue Michel-le-Comte

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 30 septembre 1826 à Rouen (Seine-inférieure). Son père était employé de mairie.

Informations professionnelles

Il a été pendant 8 ans le gérant de l'imprimerie lithographique de son oncle Jacques Charles Goupil, décédé, après avoir été prote chez Bénard.
Il est remplacé en 1877 par sa veuve, née Lequeux.

Voir la fiche


GOURBEYRE

Nom : GOURBEYRE
Prénom : Georges, Victor
Date : 04/04/1867

Adresses professionnelles

3, rue d'Alger

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 28 avril 1827 dans le Puy-de-Dôme.

Informations professionnelles

Il dirige depuis 15 ans l'imprimerie de Cartault. Il demande, en mêe temps que le bnrevet, le transfert de l'autorisation dont jouissait Cartault pour la taille-douce.

Voir la fiche


GOURDAULT

Nom : GOURDAULT
Prénom : *François, Alexandre
Date : 25/11/1830

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 2 novembre 1797 à Paris. Son père était nourrisseur de bestiaux. Il a fait son apprentissage de la lithographie dans l'atelier du comte de Lasteyrie, puis a travaillé dans d'autres ateliers ; il a 9 ans d'expérience.
Il meurt le 17 janvier 1835.

Informations professionnelles

À sa mort, son matériel est vendu, mais son brevet n'est ni transféré immédiatement à un autre lithographe ni vendu ultérieurement par son fils qui est devenu tourneur sur bois. L'administration s'aperçoit de cette situation quand Béjot demande, en 1851, à le reprendre.

Voir la fiche


GOURDET

Nom : GOURDET
Prénom : Henri, Adolphe
Date : 30/10/1830

Ville : Cosne (Nièvre)

Informations personnelles

Il est né le 19 avril 1800 à Neuzy (Nièvre) ; son père était greffier de justice de paix.

Informations professionnelles

Son oncle Saradin lui a cédé son imprimerie typographique, fondée en 1807, dans laquelle il travaillait déjà comme compositeur. Il obtient donc un brevet d'imprimeur en lettres le 7 février 1826, puis il demande un brevet de libraire qu'il obtient le 22 août de la même année ; il s'en démettra en décembre 1854. En décembre 1832, il s'est élevé contre la demande de brevet d'imprimeur en lettres de Lemaître pour Cosne, puis, en 1842, de celle de Talboutier pour la lithographie. Il imprime le Journal de Cosne, administratif et judiciaire et l'Almanach des arrondissements de Cosne et Sancerre (1850-1855). Entre 1847 et 1849, il est l'imprimeur de publications réformistes et républicaines locales et des 20 numéros du Républicain de Cosne (mars-juin 1848).
Il ne semble pas qu'il ait fait beaucoup usage de son brevet de lithographe puisque, en 1854, à la suite de l'enquête statistique lancée en 1851, il est mis en demeure de l'exploiter. C'est déjà ce qu'avait constaté l'administration dix ans plus tôt et Gourdet s'était défendu en disant qu'il avait dû, faute de travail, se séparer de son écrivain lithographe, qu'il faisait travailler, si nécessaire un écrivain de Nevers ; malheureusement, il venait de mourir et il lui cherchait un remplaçant. Il était pourtant capable de fournir  des exemples de sa production.

Voir la fiche


GOURGAS

Nom : GOURGAS
Prénom : François, Henri
Date : 06/02/1854

Ville : Nîmes (Gard)

Informations personnelles

Il est né le 18 septembre 1834 à  Nîmes ; son père était taffetassier, puis employé aux pompes funèbres. Il a travaillé chez Boehm et Grégoire à Montpellier, puis son père l'a émancipé pour qu'il puisse obtenir son propre brevet.

Voir la fiche


GOURGAS

Nom : GOURGAS
Prénom : Henri
Date : 03/04/1874

Ville : Nîmes (Gard)

Voir la fiche


GOUSSET

Nom : GOUSSET
Prénom : Charles, Mathurin, Marie
Date : 24/09/1839

Adresses professionnelles

4, place Bisson

Ville : Lorient (Morbihan)

Informations personnelles

Il est né le 21 février 1808 à Lorient où son père était douanier. Il a servi comme canonnier jusqu'en 1837.

Informations professionnelles

Il obtient son brevet de libraire le 22 février 1838 et celui d'imprimeur en lettres le 1er décembre 1840. Il est le seul imprimeur de Lorient vraiment actif jusqu'à ce qu'il cède son imprimerie à Grouhel.

Voir la fiche


GOUT

Nom : GOUT
Prénom : Louis, François
Date : 20/06/1853

Adresses professionnelles

26-28, rue du Palais

Ville : La Rochelle (Charente-inférieure)

Informations personnelles

Il est né à Saintes le 10 juillet 1813. Son père, dont il utilise couramment le prénom de Hyacinthe, était épicier.

Informations professionnelles

Il reprend les brevets de lithographe et imprimeur en lettres de Fémeau dont il était depuis deux ans l'associé.

Voir la fiche


GOUVERNEUR

Nom : GOUVERNEUR
Prénom : Philippe
Date : 22/03/1836

Ville : Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir)

Informations personnelles

Il est né le 6 avril 1802 à Vitry-le-François (Marne) ; son père était cabaretier. Il est installé à Dreux depuis 1826 et travaille comme prote chez Lemenestrel pendant 5 ans.
Il meurt le 6 janvier 1851.

Informations professionnelles

Il reprend l'imprimerie Lecomte à Nogent-le-Rotrou et obtient les brevets de libraire et d'imprimeur en lettres le 17 février 1832, mais abandonne la librairie le 16 mars 1840. Il imprime des canards dont l'un, consacré à l'attentat de Meunier contre le Roi le 27 décembre 1837,  lui vaut des ennuis : réutilisant une planche déjà publiée à Paris, il pensait n'avoir pas besoin de le déposer. Le Préfet considérant que le canard ne contient rien de séditieux et que l'imprimeur est de bonne foi, les poursuites sont abandonnées.

Voir la fiche


GOUVERNEUR

Nom : GOUVERNEUR
Prénom : Philippe, Aristide
Date : 14/02/1851

Ville : Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loir)

Informations personnelles

Il est né le 15 février 1829 à Dreux (Eure-et-Loir). Son père est imprimeur. Bachelier ès lettres, il a travaillé un an chez Lemenestrel à Dreux, avant de revenir chez son père. En 1893 il est maire de Nogent-le-Rotrou. Il meurt en 1898.

Informations professionnelles

Au décès de son père, il a repris l'imprimerie  et les brevets de lithographe et typographe. En 1875, il cède l'entreprise à son gendre Gustave Daupeley.

Voir la fiche


GOY

Nom : GOY
Prénom : *Félix, Lucie
Date : 30/05/1831

Adresses professionnelles

Place du Châtelet (1837)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 19 février 1794 à Meauce (Nièvre). Son père était chef de légion de la Garde nationale du district. Il a été ouvrier lithographe chez Cluis.

Informations professionnelles

 Il fait des travaux de ville, fabrique des registres à dos élastiques, des papiers à lettres et se vante de pratiquer en 1837 tous les "perfectionnements aux écritures lithographiques et autographiques".

Voir la fiche


GOYER

Nom : GOYER
Prénom : Félix, Émile
Date : 16/01/1847

Adresses professionnelles

7, passage Dauphine (1863)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 23 décembre 1818 à Fresnay (Sarthe). Son père était jardinier. Il est marié et père de famille. En février 1842, après avoir été brièvement jardinier,  il est entré comme homme de peine chez Marin qui lui a confié dès juin des travaux d'impression. Depuis lors, il a dirigé le travail en l'absence de Marin qui exploitait le brevet de Durier.

Informations professionnelles

Il s'est présenté deux fois en 1845-1846, mais sa demande a été rejetée à cause de son instruction "fort restreinte". Or le 8 mai 1844, Durier lui avait vendu pour 6 000 F son imprimerie et avait démissionné de son brevet en sa faveur. L'épreuve de la dictée et le rapport de Bailleul qui le présente encore comme un homme de peine ont empêché la signature du brevet qui était déjà préparé. En 1847, "il s'est livré à l'étude et son instruction a fait des progrès. [...] Aujourd'hui, ses connaissances sont assez développées pour  le mettre à même de diriger avec discernement et succès un établissement lithographique". Dans la foulée de ce constat, il est breveté.
S'il imprime des estampes politiques en 1848, il a ensuite une production commerciale classique : textes autographiés, cahiers d'écriture (Cahiers Taupier, imprimés pour l'éditeur scolaire Dezobry),  musique, cartes géographiques, affiches... Il a notamment une très importante production d'étiquettes et emballages illustrés : chocolat des Monuments de France (1863), du Papillon, des Incas, À la Croix (1864), de Notre-Dame-de-France (1865),de l'Exposition (1867), de l'Époque(1869)...
Il a été condamné le 23 août 1863 à 3 000 F d'amende pour l'impression d'une liste de loterie de Francfort non autorisée en France pour le compte d'un nommé Letouffé, et de billets ne portant ni nom ni adresse de l'imprimeur. Considérant qu'il est  le soutien de sa mère âgée de 89 ans et de sa soeur, qu'il sort d'une récente faillite et que ses nom et adresse avaient bien été imprimés (mais coupés sur certains billets), l'amende est ramenée à 100 F en novembre 1863.
Il est remplacé en 1872 par son gendre Bernède

 

Voir la fiche


GOYER

Nom : GOYER
Prénom : Félix
Date : 22/01/1874

Ville : Saint-Junien (Haute-Vienne)

Voir la fiche


GRACH, veuve DEMONGEOT

Nom : GRACH, veuve DEMONGEOT
Prénom : Jeanne, Louise
Date : 17/02/1844

Ville : Neufchâteau (Vosges)

Informations personnelles

Elle est née à Paris le 18 février 1803. A la mort de son mari, le lithographe Demongeot, elle a quatre enfants dont l'aîné a cinq ans.
Elle meurt le 18 janvier 1890 à Neufchâteau.

Informations professionnelles

Elle reprend les trois brevets de son mari qu'elle cèdera en 1855 à son gendre Kienné (pas de dossier).

Voir la fiche


GRANÇON

Nom : GRANÇON
Prénom : Jean-Marie
Date : 23/12/1853

Adresses professionnelles

28, rue de l'Arc de Triomphe (1853)
12, rue de l'Arc de Triomphe (mars 1854)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 2 février 1804 à Nouvion-l'Abbesse (Aisne) ; son père était boulanger. Il a été chef d'institution à Noyon pendant 12 ans et membre du Comité d'instruction supérieure du département de l'Oise. Marié et père de famille, il habite Paris depuis 1849 et il y est caissier chez un plombier.

Informations professionnelles

Le plombier étant en faillite, il cherche à s'employer, mais l'inspecteur Gaillard remarque qu'il n'a aucune compétence en lithographie.  Associé avec un ouvrier mécanicien, il ne serait qu'un prête-nom pour essayer de développer l'emploi de l'électricité comme moyen d'impression.

Voir la fiche


GRAND, veuve PERRIN

Nom : GRAND, veuve PERRIN
Prénom : Catherine, Baptistine, Cécile
Date : 20/05/1865

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Elle est née le 22 novembre 1818 à Tarascon (Bouches-du-Rhône) ; son père était horloger. Mariée le 18 février 1847, elle est la seconde épouse de l'imprimeur Louis Perrin dont la mauvaise santé, dans les dernières années de sa vie, lui a donné une part grandissante dans la direction de l'imprimerie.
Elle meurt le 8 décembre 1892.

Informations professionnelles

Elle reprend les brevets de lithographe et d'imprimeur en lettres de son mari, en attendant la majorité de son fils.

Voir la fiche


GRANDET

Nom : GRANDET
Prénom : L.
Date : 23/04/1876

Adresses professionnelles

rue des Francs Bourgeois

Ville : Paris

Voir la fiche


GRANDET, veuve LABARTHE

Nom : GRANDET, veuve LABARTHE
Prénom : Catherine
Date : 12/03/1858

Ville : Libourne (Gironde)

Informations personnelles

Elle est née le 11 novembre 1833 à Libourne. Elle a épousé le libraire et  lithographe Baptiste Labarthe. Ils ont un enfant.

Informations professionnelles

A la mort de son mari, en décembre 1857, elle ne reprend que brièvement  son brevet de lithographe ; en revanche, elle conserve son commerce de librairie et papeterie

Voir la fiche


GRANDIN, veuve NOËL

Nom : GRANDIN, veuve NOËL
Prénom : Marie, Louise, Geneviève
Date : 04/09/1827

Adresses professionnelles

22 et 24, rue Dauphine (1829)
26, rue Dauphine (septembre 1827)

Ville : Paris

Informations personnelles

Elle est née le 3 février 1781 à Elbeuf (Seine-inférieure) ; son père était marchand fabricant de draps. Elle est la veuve du lithographe Francisque Noël et  la mère du dessinateur Léon Noël. Elle paie un loyer de 1 200 F.

Informations professionnelles

A la mort de son mari  en juillet 1827, elle dit explicitement qu'elle souhaite conserver  son brevet pour son fils qui a 20 ans et fait des enluminures de cartes. Elle confie la direction de l'imprimerie à Houbloup, le prote de son mari, et signe la première des illustrations de l'Histoire des végétaux fossiles, d'Adolphe Brongniart, publiée par livraisons à partir de 1828 ; les suivantes portent la double mention Impression Houbloup et Lith. Vve Noël, car ils sont devenus associés. Cependant, Houbloup demande  en 1831 son propre brevet et reprend l'imprimerie. C'est donc lui seul qui signe les planches suivantes avant que l'impression ne passe à Thierry.  Elle continue à faire de l'enluminure de cartes géographiques et son fils poursuit sa carrière de dessinateur .
En octobre 1854, elle est mise en demeure d'exploiter son brevet sous peine d'annulation ;  elle parvient à le monnayer auprès de Théophile Henry.

Voir la fiche


GRANDJEAN

Nom : GRANDJEAN
Prénom : Joseph
Date : 19/03/1864

Adresses professionnelles

12, rue du Jardinet (1864)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 24 juin 1821 à Villiers-la-Montagne (Moselle). Son père était cordonnier. Il est marié et père de famille. Il a été pendant 15 ans contremaître chez Kaeppelin chez qui il avait  fait son apprentissage.

Informations professionnelles

Il était associé depuis décembre1861 avec Roussaux dont il a racheté le matériel. La société a été dissoute le  22 juillet 1863.
Il imprime des couvertures illustrées pour des romans populaires, pour des partitions musicales éditées par Richault, des affiches. Associé à Gascard en 1870, il imprime une série de lithographies consacrées à la guerre pour le compte de l'éditeur Bérod.

Voir la fiche


GRANDJEAN

Nom : GRANDJEAN
Date : 13/09/1836

Ville : Bohain (Aisne)

Informations professionnelles

D'après l'enquête statistique, cet imprimeur aurait été breveté lithographe mais n'exploitait pas, ou plus, son brevet en 1854.

Voir la fiche


GRANDREMY

Nom : GRANDREMY
Prénom : André
Date : 16/02/1860

Adresses professionnelles

32, port de Bercy (1847)
28, quai de la Râpée, près du chemin de fer de Lyon (15 juillet 1862)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 8 juillet 1821 à Vouziers (Ardennes) ; son père était libraire. Il est, depuis 1847, papetier à Bercy et fournisseur de diverses administrations. Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Il demande d'abord, en septembre 1851, un brevet par création pour Bercy, à l'adresse de sa papeterie ; il lui est refusé car il n'y a plus de création de brevet à Paris et l'administration étend cette décision à Bercy. Il reprend donc le brevet parisien de Cabany  et l'administration le lui transfère pour Bercy le 3 ocotbre 1851.  Le 16 janvier 1860, il obtient de le transférer à Paris. Il est spécialisé dans les impressions pour les administrations (registres et autres ). Il se déclare imprimeur en lettres le 29 novembre 1870. L'imprimerie devient Grandremy et Hénon au milieu des années 1870.
Il imprime le Journal des autographes, qui est autographié (1871-1872).

Voir la fiche


GRANGÉ

Nom : GRANGÉ
Prénom : Jacques
Date : 09/08/1851

Ville : Beaupréau (Maine-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 13 avril 1805 à Angoulême (Charente) ; son père était sellier.

Informations professionnelles

Il reprend matériel et brevets de son beau-père  et travaille en association avec son beau-frère à qui il cèdera à son tour l'entreprise.

Voir la fiche


GRANGER

Nom : GRANGER
Prénom : Jean, Joseph
Date : 23/10/1848

Ville : Le Mans (Sarthe)

Informations personnelles

Il est né le 10 mars 1827 à Valence (Drôme).

Informations professionnelles

Il a acquis de Tousch le 1er août 1848 matériel et brevet, mais l'administration considère que le brevet de Tousch accordé par création en avril n'a pas été exploité et qu'il s'agit d'un trafic ; elle refuse donc  de le transférer à Granger. Il parvient pourtant à lui démontrer qu'il était l'employé de Tousch et que l'imprimerie, grâce à lui, fonctionnait. Il obtient donc son brevet. Le grief était plausible, quoique sans doute faux,  mais ces péripéties prennent un sens particulier dans le contexte politique de l'année 1848.

Voir la fiche


GRANGER

Nom : GRANGER
Prénom : Jean, Joseph
Date : 23/03/1868

Voir la fiche


GRANJOT

Nom : GRANJOT
Prénom : Victor, Denis
Date : 06/06/1851

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 15 janvier 1812 à Saint-Quentin (Aisne). Son père est mort avant sa naissance. Son nom a été orthographié par erreur Grangot sur son acte de naissance ; en 1852, il est en attente d'une rectification officielle. Il est marié. Il paie un loyer de 985 Fpour son atelier du  32, rue des Bons-Enfants. Il pratique la gravure depuis 1827.
Il meurt le 15 mars1860.

 

Informations professionnelles

Depuis 1842, il est installé graveur en taille-douce et obtiendra son brevet le 8 juillet 1852. Il possède alors 16 presses. Il est spécialisé dans les travaux de ville et demande un brevet de lithographe car il se plaint du ralentissement des commandes pour la taille-douce lié à la disparition des armoiries et titres de noblesse. Il a anticipé sur l'obtention de son brevet et possède déjà trois presses lithographiques sur lesquelles Gaillard fait apposer les scellés en attente du brevet.
En 1854, il se voit refuser l'autorisation de déposer trois de ses presses qu'il ne peut utiliser faute de place et qu'il a démontées dans l'attente d'une nouvelle installation, chez son beau-frère, marchand de vin à Saint-Mandé : celui-ci est connu pour ses opinions avancées, signalé en février et juin 1848 comme tenant des réunions politiques et soupçonné d'entretenir encore des relations avec le parti démocratique. Le commissaire inspecteur Gaillard était favorable à cette autorisation, mais le préfet de Police s'y oppose car  "des individus  pourraient s'y réunir clandestinement et faire usage des presses dont il s'agit [...] Dans tous les cas, une maison de marchand de vin n'est pas convenable pour ce genre de dépôt".
À sa mort, son neveu lui succède.

Voir la fiche


GRANJOT

Nom : GRANJOT
Prénom : Antoine, *Auguste
Date : 28/08/1860

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 9 septembre 1835 à Neuilly (Seine) ; son père était jardinier.

Informations professionnelles

Il a racheté par adjudication, en mai 1860, le matériel et le fonds de son oncle décédé pour 4 769 F et demande à reprendre ses deux brevets. Il fait faillite en 1865 avec un actif de 12 500 Fet un passif de 8 233,20 F

Voir la fiche


GRAS

Nom : GRAS
Prénom : Joseph
Date : 19/07/1835

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 10 octobre 1803 à Marseille où son père était marchand de tabac. Il travaille à Marseille comme ouvrier lithographe.

Informations professionnelles

En 1859, son brevet est annulé pour inexploitation.

Voir la fiche


GRATIA

Nom : GRATIA
Prénom : Nicolas, Sulpice
Date : 30/09/1839

Adresses professionnelles

8, passage Sainte-Marie / rue du Bac (1848)
9, rue d'Austerlitz (1839)
9, rue d'Iéna

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 11 juillet 1809 à Rambervillers (Vosges) ; son père était tailleur d'habits. Il est marié et père de famille. Il meurt en 1867.

Informations professionnelles

Il est graveur-dessinateur au ministère de la Guerre, puis au ministère des Travaux publics, promotion à la suite d'un concours. Il a été chargé des plans de la prise de Constantine, d'Oran,  Kalea, de ceux des camps de Compiègne et Fontainbleau, et il aurait reçu les félicitations du Prince royal. Il demande l'autorisation d'avoir une presse lithographique  pour faire des dessins et épures pour l'École des Ponts et chaussées et quelques travaux pour le ministère des Travaux publics ; l'administration préfère lui attribuer un brevet car, s'il en fait des tirages commerciaux, comme pour le plan de Constantine, il faut qu'ils soient signés.En 1859, il obtient l'autorisation d'installer deux nouvelles presses dans un immeuble contigu pour faire les travaux commandés par le ministère des Travaux publics. Sa spécialité sont les cartes (hydrographiques, historiques, routières, ferroviaires, économiques) et plans (Albi, Rouen, ports de Calais, Boulogne, Le Havre...)

Voir la fiche


GRAVE

Nom : GRAVE
Prénom : H.
Date : 22/07/1873

Ville : Toulon (Var)

Informations personnelles

Il est graveur.

Informations professionnelles

Il déclare avoir acquis une presse typographique et une presse lithographique pour imprimer un traité de serrurerie dont il est l'auteur.

Voir la fiche


GRAVELLE

Nom : GRAVELLE
Prénom : Philippe, Xavier
Date : 19/11/1864

Ville : Roubaix (Nord)

Informations personnelles

Il est né à Douai (Nord) le 30 mars 1835 ; sa mère célibataire était couturière. Il a fait la campagne d'Italie, puis il a été ouvrier lithographe à Tourcoing et Roubaix.

Informations professionnelles

Il reprend l'imprimerie de Courmont qui avait été cédée d'abord à un nommé Goudeman. En 1867, il est parti travailler comme ouvrier lithographe à Douai. Son brevet est annulé.

Voir la fiche


GRAVIÈRE

Nom : GRAVIÈRE
Prénom : Antoine
Date : 20/11/1846

Adresses professionnelles

31, rue Paradis (1853)

Ville : Marseille (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 26 janvier 1813 à Saint-Jean-des-Ollières (Puy-de-Dôme) où son père était cultivateur. Il a été ouvrier lithographe avant de s'installer papetier.

Informations professionnelles

Il demande en 1852 un brevet d'imprimeur en lettres par création ou une simple autorisation pour imprimer des livres en langue hébraïque et turque ; sa demande est rejetée. Il n'obtient son brevet que le 20 octobre 1853 après avoir racheté le matériel de Nicolas qui était en faillite. Il obtient un brevet de libraire le 23 février 1858, puis il fait une demande pour être taille-doucier malgré l'opposition de ses deux confrères qui refusent de lui signer un certificat de capacité. Devant cette mauvaise volonté, le Préfet décide de l'en dispenser et de donner un avis favorable pour son brevet. Il est remplacé en 1876 par l'imprimeur Bernascou.

Voir la fiche


Pages