A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y Z
DESJARDINS

Nom : DESJARDINS
Prénom : Adolphe
Date : 30/09/1837

Ville : Épernay (Marne)

Informations personnelles

Il est né à Bouzy (Marne) le 13 juin 1816. Il est écrivain lithographe.

Informations professionnelles

Son brevet est annulé en 1860 car il aurait quitté la ville depuis une quinzaine d'années "dans une position très gênée", serait parti à l'étranger et y serait mort.

Voir la fiche


DESJARDINS

Nom : DESJARDINS
Prénom : Adolphe
Date : 27/02/1868

Ville : Orléans (Loiret)

Informations personnelles

Il est né le 13 juin 1816 à Bouzy (Marne).

Informations professionnelles

Il a eu un brevet pour Epernay en septembre 1839. L'enquête menée en 1860 établit qu'il a quitté la ville vers 1845 et on le croit parti à l'étranger et mort ; son brevet pour Epernay est donc annulé. Il habite, en fait, Orléans depuis 1846 où il est écrivain lithographe.En 1851, il est accusé d'avoir participé au mouvement contre le coup d'Etat de décembre ; condamné à la déportation en Algérie, il bénéficie de la grâce du Président le 2 février 1853.

Voir la fiche


DESJARDINS

Nom : DESJARDINS
Prénom : Claude, Constant*
Date : 23/12/1842

Adresses professionnelles

5, rue Cadet (1843)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 3 février 1787 à Strasbourg (Bas-Rhin). Son père était marchand. Il a passé 15 ans en Allemagne où il a fait beaucoup de publications. Il est spécialiste de cartographie thématique (population, administration, climat, ressources agricoles...) à l'échelle européenne, ce qui permet à ses cartes une diffusion internationale. Sa femme et sa fille sont encore à Vienne. Il est géographe et membre adjoint de la Commission centrale de géographie.
Il meurt en 1876.

Informations professionnelles

Ses cartes ont été jusqu'ici imprimées par des lithographes comme Simon à Strasbourg (Carte des chemins de fer achevés... et projetés de l'Allemagne, de l'Autriche...., 1841), Mantoux (Tableau comparatif de la superficie et de la population absolue et relative de tous les Etats du monde avec leurs pavillons et cocardes..., 1842)et surtout Brioude (Carte orographique ou tableau des systèmes, chaînes de montagnes..) Il souhaite pouvoir imprimer lui-même des cartes géographiques sur pierre ou zinc. Son imprimerie, portant le nom de Lithochromie géographique, reprend plusieurs cartes déjà imprimées par Brioude et quelques nouvelles autres. Elles sont d'une facture assez maladroite, pour l'écriture notamment, ce qui explique sans doute que, dès l'année suivante, il renonce à imprimer lui-même et confie de nouveau à Brioude ou Bineteau l'impression de ses cartes.

Voir la fiche


DESLINIÈRES

Nom : DESLINIÈRES
Prénom : Auguste
Date : 03/12/1879

Adresses professionnelles

Boulevard du Collège
23, cité Trévise, Paris (1898)
8, rue de Chantilly, Paris (1899)

Ville : Montluçon (Allier)

Informations personnelles

Il est né à Paris le 26 septembre 1851.

Informations professionnelles

Avec son frère Lucien, né à Vierzon le 7 décembre 1857, il a fondé une société Deslinières frères en commandite. Ils impriment, à partir de 1881, La Démocratie du Centre dont Lucien est le rédacteur en chef et quelques textes inspirés par la politique locale. Ils seront encore les imprimeurs, entre 1892 et 1895, du Petit Montluçonnais, journal qui s'annonce républicain-socialiste. Lucien va devenir un militant guesdiste et franc-maçon actif localement, multipliant ensuite les écrits prônant une révolution sociale et soutenant la révolution russe, ce qui lui vaut de devenir commissaire du peuple en Ukraine en 1920. Auguste cultive une veine plus légère, satirique et anti-cléricale. À partir de 1896, on le retrouve à Paris où il imprime pour les magasins du Bon Marché les œuvres de Molière, Racine, Corneille et La Fontaine, dans une présentation et avec des illustrations du XVIIIe siècle.

Voir la fiche


DESMADRYL

Nom : DESMADRYL
Prénom : Adolphe, Fidèle, Joseph
Date : 27/03/1829

Adresses professionnelles

1, rue de la Perle
11, passage Sainte-Croix de la Bretonnerie (1830)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 6 décembre 1799 à Lille (Nord). Son père était épicier. Il est marié et père de famille. Quand il fait sa dernière demande de brevet, il tient chez lui un atelier de dessin et donne des leçons en ville.
Il signe "Desmadryl aîné", son jeune frère réalisant des cartes signées "Desmadryl jeune".

Informations professionnelles

Pour appuyer sa première demande en 1824, il raconte ainsi ses débuts : ""Monsieur le lieutenant général comte Guilleminot  par les encouragements duquel j'ai pu en 1816 aller étudier à Mulhouse les procédés lithographiques, appréciant  la promptitude avec laquelle on peut reproduire les dessins au moyen de ces procédés, obtint du ministre de la Guerre l'établissement à la suite de l'armée d['une] litographie [sic] que je fus chargé de diriger. Je prie votre Excellence de vouloir bien  m'accorder comme une récompense des services que j'ai pu rendre dans cette occasion et comme un moyen de me rendre de nouveau utile, le brevet d'imprimeur dont je lui fais la demande". Dessinateur au Dépôt de la Guerre, il a dirigé en 1823 la réalisation de relevés lithographiques des manoeuvres de l'armée d'Espagne et d'autres cartes et dessins conservés ; il désire se mettre à son compte, en continuant à travailler pour le Dépôt de la Guerre et à copier des cartes étrangères et des  levés faits par l'armée française pour les multiplier facilement par la lithographie et les diffuser largement. Le dossier traîne malgré les recommandations, comme celle de Guilleminot qui "apprécie l'utilité des talents de ce jeune dessinateur dont les travaux ont d'ailleurs mérité une mention honorable à la dernière exposition". En 1828,  il rappelle au ministre de l'Intérieur qu'il a "réussi le premier en France à appliquer les procédés de la lithographie aux cartes topographiques"  et qu'il lui faut un brevet pour pouvoir former des imprimeurs à cette technique si avantageuse pour la cartographie ; le directeur du dépôt de la Guerre, successeur de Guilleminot,  confirme ses dires et souligne l'intérêt que le Dépôt même aurait à voir se développer le travail de Desmadryl. Enfin, le 17 février 1829, le ministre de la Guerre lui-même écrit à son collègue pour soutenir la demande et plusieurs exemples des travaux de Desmadryl sont joints à son dossier. Il obtient enfin son brevet. Un brouillon de réponse à la lettre de Guilleminot montre que ce long atermoiement n'est pas lié à la personne de Desmadryl ; depuis 1820, le pouvoir politique a décidé, pour renforcer la surveillance des imprimeurs, d'en limiter le nombre,  en refusant la quasi-totalité des demandes de création de brevets.
En attendant son brevet, il fait des cartes, en collaboration ou non avec son frère, imprimées par Engelmann. À partir de 1830, les Ateliers lithographiques et géographiques A. Desmadryl impriment des cartes dessinées par son frère ou d'autres géographes, certaines reprenant les relevés du cadastre réalisés par l'administation  pour une diffusion plus large auprès des communes.

Voir la fiche


DESMAREST

Nom : DESMAREST
Prénom : Amédée, Désiré*
Date : 12/12/1853

Adresses professionnelles

47, rue de Grenelle Saint-Honoré

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 3 mai 1831 à Paris. Son père est maître sellier. Il est célibataire et vit chez ses parents qui tiennent un commerce de sellerie.

Informations professionnelles

Il a fait son apprentissage auprès de son frère chez qui il est resté employé et dirige depuis trois ans l'imprimerie. Il demande aussi un brevet de taille-doucier

Voir la fiche


DESMAREST

Nom : DESMAREST
Prénom : Frédéric*, Auguste
Date : 04/12/1849

Adresses professionnelles

47, rue Grenelle Saint-Honoré

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 20 août 1820 à Paris. Son père est maître sellier.Il est marié, père de deux enfantset vit chez ses parents dont le commerce de sellerie est établi  au 44,  rue de Grenelle.

Informations professionnelles

Il se dit écrivain lithographe et il est breveté malgré une dictée pleine de fautes d'orthographe. Il semble avoir peu travaillé dans l'imprimerie puisqu'il est remplacé en 1853 par son frère Amédée Désiré qui déclare la diriger depuis 3 ans.

Voir la fiche


DESMAREST

Nom : DESMAREST
Prénom : Théodule, Auguste
Date : 27/08/1833

Ville : Senlis (Oise)

Informations personnelles

Il est né le 11 octobre 1808 à Liancourt (Oise) ; son père était greffier. Il est compositeur.

Informations professionnelles

Il a repris de Marguerite Barbot, veuve de l'imprimeur Tremblay,  son imprimerie et ses brevets de lithographe et d'imprimeur en lettres. Il fait de mauvaises affaires ("par suite de son incapacité et de son inconduite", selon le rapport de l'administration) et, incapable de lui payer ses traites, doit tout rétrocéder à celle-ci, remariée entre-temps avec Fessart.

Voir la fiche


DESMAZIÈRES

Nom : DESMAZIÈRES
Prénom : Charles*, Eugène
Date : 27/10/1847

Adresses professionnelles

38, rue Bellefond (1852)
39, rue Fontaine (mars 1853)
63, rue Meslay (octobre 1853)
5, rue neuve Coquenard, impasse de l'École (1861)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 13 avril 1817 à Paris. Il est marié et père de famille ; sa femme est giletière et occupe quelques ouvrières. Il est graveur de formation et il a travaillé chez Sapène et Dopter chez qui il gagne 5 F par jour. Il dit  attendre 2 000 F d'une succession pour convaincre de sa capacité financière.

 

Informations professionnelles

Il veut un brevet pour faire de la chromolithographie. En 1853, il signale qu'il achète une presse supplémentaire.
Il a fait faillite en 1863 avec un actif de 30 994  F et un passif de 38 075 F et  n'a pas obtenu de concordat.

 

Voir la fiche


DESMAZIÈRES

Nom : DESMAZIÈRES
Prénom : Eugène*, Hyppolite
Date : 02/06/1863

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 23 mars 1841 à Paris. Son père Charles Eugène est lithographe. Il est célibataire et travaille comme dessinateur lithographe chez Bourgerie.

Informations professionnelles

Après la faillite de son père et la vente du matériel de l'imprimerie le 12 mars 1863, il a trouvé des commanditaires et demande à succéder à son père. Le syndic de faillite donne son accord.

Voir la fiche


DESMIER

Nom : DESMIER
Prénom : Jean
Date : 18/01/1864

Ville : Niort (Deux-Sèvres)

Informations personnelles

Il est né à Niort le 13 août 1828 ; son père était jardinier. Il travaille dans l'imprimerie depuis l'âge de 12 ans.

Informations professionnelles

Il a fait une première demande de brevet en octobre 1863 mais le rapport de police prétend qu'il vit depuis trois ans, à Paris,  avec une femme mariée qui l'a entraîné à faire des dettes. Il insiste en faisant valoir qu'il a remboursé ses dettes qui se montaient à 140 F, produit la recommandation d'un sénateur et l'administration, convaincue  par un second rapport qui le montre honnête et laborieux,  finit par lui attribuer son brevet de lithographe. Selon Henri Clouzot, c'est incité par Echillet chez qui il travaillait qu'il avait fait sa demande de brevet et les deux imprimeries n'en faisiat qu'une.  L'enquête de 1876 note que le brevet n'est plus exploité mais Clouzot affirme  qu'il cesse en 1867.

Voir la fiche


DESMOULINS

Nom : DESMOULINS
Prénom : *Édouard, Frédéric
Date : 09/12/1848

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 30 novembre 1804 à Guenouville (Eure). Il est marié et père de 5 enfants. Il a été cultivateur jusqu'en 1832, puis employé chez le receveur général à Rouen depuis 14 ans. Il est connu pour ses opinions républicaines et il "a des rapports avec quelques partisans du système socialiste ;  toutefois on ne saurait dire s'il partage leurs opinions" note le Préfet de police (31/10/1848).

Informations professionnelles

Il s'est associé en 1847 avec Canet. Après dissolution de la société (Canet semble avoir été poursuivi par la Justice et avoir laissé des dettes), il a acheté le fonds et le matériel pour 10 000 F, mais Canet refuse de lui céder son brevet. L'affaire semble embrouillée : il aurait finalement démissionné en faveur d'Eugène Jame.

 

Voir la fiche


DESOYE

Nom : DESOYE
Prénom : Auguste, Théodore
Date : 14/03/1863

Adresses professionnelles

14, rue Soufflot (1870)
111, rue des Feuillantines (1872)
2, rue Toullier (1876)

Ville : Aubagne (Bouches-du-Rhône)

Informations personnelles

Il est né le 12 novembre 1818 à Versailles (Seine-et-Oise). Son père était palefrenier aux Grandes Écuries du Roi. Il est marié et père de deux enfants. Il vit à Marseille.

 

Informations professionnelles

À la suite du départ pour Alexandrie de l'imprimeur d'Aubagne Baubet, il demande les brevetsd'imprimeur en lettres, lithographe et libraire, les deux derniers par création. Il ne vient pas les retirer car, au même moment il se lance dans une poursuite pour adultère contre sa femme, ce qui le mène à Paris. En 1865, il est mis en demeure d'exploiter son brevet mais, n'ayant ni matériel (Baubet l'a emporté pour travailler pour l'administration du canal de Suez) ni capitaux, il demande un délai au-delà des deux mois réglementaires. Le brevet est finalement annulé.
En 1869, il demande un brevet  de libraire pour Paris où il vit depuis plusieurs années, employé comme ouvrier typographe chez son frère ; il l'obtient le 4 novembre 1869, s'installe 14, rue Soufflot, puis 111, rue des Feuillantines et ajoute la typographie à son activité de libraire en 1872

 

Voir la fiche


DESPAUBOURG

Nom : DESPAUBOURG
Prénom : Alexandre, Joseph, Marie
Date : 18/03/1839

Ville : Château-Thierry (Aisne)

Informations personnelles

Né le 17 juillet 1807 à Saint-Omer dans le Pas-de-Calais. Son père est directeur des postes.

Informations professionnelles

Il a fait la demande d’un brevet de libraire en juillet 1838, mais il semble avoir cédé son brevet et son commerce de libraire  en mars 1839. Il est condamné en décembre 1844 à une amende de 3 000 F pour infraction à la loi de du 21 octobre 1814. L’amende est ramenée  à 25 F en mars 1845, après un recours en grâce. Puis, il est condamné le 22 octobre 1862, par le Conseil de guerre, à 5 ans de réclusion pour soustraction frauduleuse et désertion, et surveillance à vie ; il est grâcié et autorisé à se fixer à Château-Thierry.
À sa mort, son gendre reprend l'entreprise.

Voir la fiche


DESPLANQUES

Nom : DESPLANQUES
Prénom : Joseph*, David
Date : 09/06/1840

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 24 juillet 1813 à Condé (Nord). Son père était pensionné militaire, avec 41 ans de service. Il s'est formé, puis a travaillé chez Théophile Delarüe. Il est ensuite parti chez Poulet-Malassis, à Alençon, où il a travaillé comme compositeur  du 1/7/1831 au 25 /07/1835

Informations professionnelles

Il est écrivain lithographe à Bar-le-Duc depuis 1838, d'où il a fait par deux fois une demande de brevet pour Condé, sa ville natale.  Il n'est pas le seul candidat mais ni l'un ni l'autre n'est breveté, l'administration jugeant qu'il n'y pas la clientèle suffisante pour un lithographe.

Voir la fiche


DESPLANS

Nom : DESPLANS
Prénom : Charles
Date : 19/02/1873

Ville : Orange (Vaucluse)

Informations professionnelles

Il utilise une presse autographique pour un journal d'annonces local.

Voir la fiche


DESPORTES

Nom : DESPORTES
Prénom : *Jules, Alexandre
Date : 14/12/1830

Adresses professionnelles

15, place du Pont-neuf, "vis-à-vis HenriIV"  (1834)
Institut royal des sourds-muets (1837)
66, rue d'Enfer (1844)
113, rue du Bac (1860)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né à Aubenas (Ardèche) le 5 juin 1805. Il est marié et père de deux enfants. Il appartient à la compagnie des grenadiers de la 11e légion 4e bataillon.  À l'âge de 16 ans, il a commencé à pratiquer la lithographie, à Lyon pendant 8 ans, puis à Paris les deux dernières années.  "Depuis 9 ans, j'exerce la profession de lithographe et, dans ce laps de temps, j'ai demandé deux fois un brevet d'imprimeur, mais toujours en vain" écrit-il pour soutenir sa troisième demande le 8 novembre 1830 ;  et, faute de réponse, il relance l'administration le 24 car il est sans travail et ses ressources s'épuisent.

Informations professionnelles

Après avoir obtenu son brevet de lithographe, il demande un brevet de libraire pour vendre lui-même les livres dont il imprime les illustrations et son propre manuel de lithographie. Il l'obtient le 6 novembre 1834 et le gardera jusqu'au 14 novembre 1853.
En 1834, il possède "6 presses  qui roulent constamment  pendant 10 ou 11 mois de l'année " note Bailleul dans son rapport d'octobre 1834. Il imprime des plans, des cartes itinéraires, des portraits...mais il peut aussi reproduire les écritures par l'autographie et fabriquer des registres. On peut se procurer auprès de lui encre, crayons et tout matériel nécessaire à la lithographie.
En 1835, il demande l'autorisation de posséder des caractères typographiques car il a trouvé un procédé pour mêler lithographie et typographie ; il souhaite l'utiliser pour imprimer des programmes d'enseignement des sciences naturelles dans les collèges et joint des exemples réalisés par la seule lithographie qui, par leur imperfection, prouvent la nécessité du recours à la typographie. L'autorisation de posséder les caractères nécessaires à 3 pages in-4°, lui est accordée le 15 avril 1835 et prolongée en décembre, ce qui lui permet d'imprimer un  Atlas de la géographie des trois règnes de la nature et diverses autres planches.
Le 23 mai 1860, il déclare se séparer d'une presse lithographique et se transporter rue du Bac.

Parallèlement à son activité commerciale, il a une activité didactique. Il a rédigé un  Manuel pratique du lithographe  (1834, rééd.1840), aboutissement des travaux soumis à la Société d'encouragement de l'industrie nationale, qui sert de référence jusqu'à sa nouvelle édition de 1850 augmentée de  l'expérience d'autres imprimeurs. Pour la vente par souscription des exemplaires autographiés, il fait la preuve de son dynamisme en contactant ses confrères parisiens grâce à la liste de l'Almanach du commerce et en réclamant à l'administration de la Librairie sa liste des lithographes de province. D'autre part, le 16 décembre 1837, il est nommé  professeur à l'Institut Royal des sourds-muets. Il y installe son imprimerie où il forme 22 élèves et réalise les imprimés de l'administration, en même temps qu'il poursuit sa production personnelle "pour les arts et le commerce" : il ne doit, en effet, que 4 heures et demie  d'enseignement par jour et reste libre de travailler pour lui le reste du temps. Il apparaît rapidement que les locaux sont trop exigus pour  toute cette activité et il obtient d'utiliser  un second atelier tout proche, rue d'Enfer, l'administration  restant à l'Institut. Sans cela, il ne pourrait imprimer les figures de saints de la Légende céleste de l'abbé Forestier qui seront imprimées "en dix ou douze couleurs au moyen d'autant de tirages différents"
Enfin, en 1837,  il a fondé et dirige Le Lithographe, journal des artistes et des imprimeurs, dont la publication, arrêtée en 1840, reprend en 1845-1846, comme journal de la Chambre des imprimeurs ; en 1851-1853,  il élargit avec les  Annales de l'imprimerie, journal spécial de la typographie, de la lithographie, de la taille-douce, de la photographie, et de tous les arts et industries qui se rattachent à l'imprimerie le champ des procédés.

Il a été condamné le 8 avril 1836  à 3 000 F d'amende (réduite à 500 F) pour défaut  de nom et d'adresse sur une circulaire du directeur de l'Univers religieux à ses abonnés.

Voir la fiche


DESPREZ de SAILLY

Nom : DESPREZ de SAILLY
Prénom : Jules, Louis, Achille
Date : 12/02/1836

Ville : Évreux (Eure)

Informations personnelles

Il est né le 16 février 1811 à Paris. Son père était colonel, officier de la Légion d'honneur et baron d'Empire. Il a travaillé à Paris chez Constans et Bouis. Depuis 1830, il est employé à la préfecture de l'Eure comme imprimeur et écrivain lithographe.

Informations professionnelles

Son brevet est annulé en 1859 car il a quitté la ville depuis plus de vingt ans.

Voir la fiche


DESPUJOL

Nom : DESPUJOL
Prénom : Pierre, Emmanuel
Date : 20/01/1841

Ville : Libourne (Gironde)

Informations personnelles

Il est né le 13 octobre 1800 à Cadillac (Gironde) : son père était directeur du bureau de la poste. Il est secrétaire de la mairie de Libourne et agent de la Compagnie générale d'assurance.

Informations professionnelles

La reprise de l'imprimerie et du brevet de Clare est l'occasion d'une polémique pittoresque. Son beau-père demande au Préfet que ce brevet ne lui soit pas attribué parce qu'il est incapable de diriger une imprimerie lithographique, qu'il est faible d'esprit, "qu'il a été circonvenu et séduit par des avantages exagérés" ; il produit même une lettre signée d'une vingtaine de personnes affirmant qu'il n'a jamais fait de lithographie. Clare répond que son repreneur n'est pas faible d'esprit mais qu'il a acquis il y a huit ans une charge d'huissier, ce qui l'a enrichi, qu'il s'agit donc d'une manoeuvre pour dénoncer un engagement dont il menace de demander l'exécution au tribunal. Finalement, un nouveau traité est signé, et le brevet attribué puisque "les conditions onéreuses auxquelles il avait d'abord imprudemment souscrit et qui avaient donné lieu aux réclamations du beau-père ont disparu".

Voir la fiche


DESREAUX

Nom : DESREAUX
Prénom : Jean-Marie
Date : 17/01/1846

Ville : Nevers (Nièvre)

Informations personnelles

Il est né à Nevers le 17 mars 1819 ; son père était menuisier. Il est ouvrier lithographe.

Informations professionnelles

Il veut se mettre à son compte et rachète le matériel de Louis Clément qui a quitté Nevers.

Voir la fiche


DESRIPPES

Nom : DESRIPPES
Prénom : Jean, François
Date : 06/03/1873

Ville : Annecy (Haute-Savoie)

Informations personnelles

Il est négociant et agent d'assurances.

Informations professionnelles

Il utlise une presse autographique  pour ses besoins professionnels.

Voir la fiche


DESROCHERS

Nom : DESROCHERS
Prénom : Louis, François
Date : 02/12/1843

Adresses professionnelles

6 et 8, rue du Caire

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 15 octobre 1795 à Grès (Orne). Son père était journalier. Il a  commencé par être domestique chez le comte de Broglie, puis valet de chambre du receveur général de la Seine.

Informations professionnelles

Vers 1830," il a commencé à monter pour les autres et pour lui-même des écrans à main et des garde-vues qui remplacèrent à cette époque les globes dont on se servait pour les lampes. C'était  le moment où vint à la mode une espèce de peinture  qu'on appela peinture orientale, qui s'exécutait au moyen de petits chassis en carton dans lesquels étaient découpés les objets, le plus généralement des fleurs, que l'on coloriait ensuite  avec un large pinceau en teintes plates animées au moyen d'une certaine dégradation. Le sieur Desrochers, ayant été initié à ce genre de coloriage qui était peu connu, s'était mis en relation avec le sieur Giroux de la rue du Coq qui vendait ses produits, en fit une industrie qui obtint la vogue du jour et le mit à même de faire des journées productives. Il forma un établissement pour la fabrication de ces appareils et fit annoncer qu'il montrait à peindre en quelques heures sans qu'on eût besoin de savoir dessiner [...] Une autre mode étant venue pour les garde-vues et les écrans, il appliqua il y a cinq ans aux feuilles d'éventails son nouveau genre de peinture dont il fut obligé de modifier l'emploi plus tard. Aujourd'hui il continue de fabriquer des feuilles d'éventail et il occupe deux ouvrières à ce travail. Il veut en outre se remettre à confectionner des écrans suivant les procédés nouveaux d'impression et de gauffrage. Il imprimerait aussi au besoin des cadres et des étiquettes. Ainsi donc premièrement il demande l'autorisation de posséder une presse typographique pour imprimer des garde-vues et  écrans. Cette presse serait exactement du modèle de celle que le sieur Bauerkeller a fait confectionner pour son établissement. Secondement il sollicite un  brevet d'imprimeur  lithographe afin d'imprimer des feuiles d'écrans. Il fait exécuter jusqu'à présent des impressions chez les sieurs Kaeppelin et chez Engellemanse [sic] fils." Ayant vérifié auprès de ces imprimeurs l'importance des commandes de Desrochers, le commissaire inspecteur Bailleul conclut que leur modestie (300 F par an en moyenne) prouve que le demandeur n'a pas intérêt à faire lui-même ces impressions  et qu'il renoncera vite, d'autant qu'il n'a pas de connaissances en lithographie." Cet avis de Bailleul, le commissaire inspecteur, ne sera pas suivi. Cavé, le directeur de la Librairie, note  qu'il est parvenu "par ses seules ressources à se faire une clientèle et une maison assez considérables", et qu'il faut lui  faire confiance  pour s'entourer d'ouvriers capables de pallier sa méconnaissance de la lithographie.
En effet, succédant à l'éventailliste Émile Blondeau, il est considéré comme le "rénovateur de l'éventail", s'inspirant de la grande tradition des éventails du XVIIIe siècle pour la richesse de l'ornementation comme pour le style du décor. S'il propose une belle collection d'éventails anciens ou dans le goût du XVIIIe siècle, il n'en adoptera pas moins la lithographie pour le décor de certaines feuilles. Il obtient aussi l'autorisation de posséder une presse typographique à levier pour la fabrication des papiers gauffrés et guillochés

 

Voir la fiche


DESROCHES

Nom : DESROCHES
Prénom : Paul
Date : 24/10/1872

Ville : Vernon (Eure)

Informations personnelles

Il dirige une entreprise de construction de chemins de fer.

Informations professionnelles

Il utilise une presse auto-métallographique  pour imprimer des plans et divers imprimés de bureau.

Voir la fiche


DESROSIERS

Nom : DESROSIERS
Prénom : Pierre, Antoine
Date : 05/06/1828

Adresses professionnelles

Rue Saint-Pierre, Hôtel de Veauce (1837)
8, rue Notre-Dame (1826)

Ville : Moulins (Allier)

Informations personnelles

Il est né le 26 avril 1799 à Moulins. Son père est imprimeur et libraire, breveté en 1816 et 1818. Il a le titre d'Imprimeur du Roi. Pierre Desrosiers travaille depuis deux ans avec son père quand celui-ci lui cède ses brevets.
Il est fait chevalier de la Légion d'honneur le 7 novembre 1849. Il meurt le 1er août 1873.

Informations professionnelles

En prenant la succession de son père, il se trouve, en 1824,  à la tête d'un établissement important. Aux brevets d'imprimeur en lettres et libraire, il ajoute rapidement celui de lithographe.  Imprimeur de la Préfecture, il imprime des documents administratifs et l'Annuaire de l'Allier. Toutefois sa production la plus remarquable est celle d'ouvrages illustrés. Pour une grande part, ils sont consacrés à l'histoire locale, dans la lignée des voyages pittoresques, sous l'impulsion d'abord d'Achille Allier avec ses Esquisses bourbonnaises (1832), puis L'Ancien Bourbonnais (1833), rassemblant textes historiques, cartes, vues d'architecture et scènes pittoresques, comme plus tard L'ancienne Auvergne et le Velay d'Adolphe Michel (1843-1847), et, plus tourné vers le folklore, l'Album auvergnat. Bourrées, montagnardes...(1848) Adolphe Michel salue en lui un "éditeur hardi et intelligent qui met sa gloire à attacher son nom à des publications sérieuses et monumentales, dont les presses, l'industrie et l'activité sont depuis longtemps déjà au service des grandes idées de progrès et de décentralisation intellectuelle et auquel aucun sacrifice ne coûte lorsqu'il s'agit de venir en aide à la cause de l'émancipation artistique et littéraire de nos provinces."
Il est en effet, depuis 1835, l'imprimeur de L'Art en province, une revue dirigée par Achille Allier et une société d'érudits et artistes, qui se propose de publier les oeuvres des auteurs, critiques, historiens, mais aussi compositeurs de musique et dessinateurs provinciaux. "À l'Art en province, il fallait un éditeur intelligent et zélé ; la ville de Moulins nous a offert M. Desrosiers, l'éditeur de l'Ancien Bourbonnais. Cette première application des principes que l'Art en province doit propager, M. Desrosiers, associé à notre pensée, saura la seconder et la compléter par le luxe de l'impression typographique et le tirage tout artistique des planches. Et pour conserver en tout à notre commune entreprise son caractère d'utilité générale et de progrès,  il a voulu que l'Art en province fût une exposition ouverte aux imprimeurs  lithographes dont la difficile industrie est un art aussi ; les pierres tirées dans les provinces les plus éloignées seront reçues à ce concours permanent." (L'Art en province, vol. 1). Cette ambitieuse publication, très illustrée, diffusée en Grande-Bretagne et en Russie, paraîtra par livraisons à 20 centimes jusqu'en 1859. L'idée en est reprise, à partir de 1841, par des Keepsake de l'Art en province dédié aux jeunes personnes, recourant aussi à des auteurs provinciaux. Toutefois, ce principe est abandonné pour les deux volumes suivants publiés en 1842 et 1843, qui s'ouvrent à des auteurs connus comme Louise Colet, Amable Tastu, Anaïs Segalas ou Marceline Valmore. Bien qu'ils ne se réclament plus du genre du keepsake, Lis et violette (1843), Les Marguerites (1845), La Corbeille (1846) ou Les Bleuets (1847)  sont composés de la même façon, alors que les encadrement se font plus floraux que gothiques. Quant aux illustrations, ce sont, pour tous,des gravures sur acier anglaises.
Il est aussi l'imprimeur du clergé et donne L'Ange du Fidèle (1838), livre de prières et d'éducation chrétienne, puis Le nouveau Mois de Marie (1840). L'évêque ne manque pas de souligner "le charme extérieur du luxe typographique qui accompagne ce livre de prières sorti des presses du sieur Desrosiers, imprimeur du Clergé, à Moulins, dont le discernement, le goût des arts et la pureté d'intention méritent le tribut de louanges que nous nous plaisons à lui décerner". Ce luxe tient aux quelques gravures, mais aussi aux encadrements de couleurs bistre, vert pâle ou bleu qui entourent le texte dans le goût néo-gothique de l'époque romantique et que l'on retrouve dans les keepsakes et dans les Douze dames de rhétorique (1838).
Désireux de promouvoir les artistes de province, Pierre Antoine Desrosiers a aussi démontré par sa production qu'il y avait en province des imprimeurs capables d'égaler les Parisiens dans leurs impressions les plus ambitieuses.

Il cède ses trois brevets et son établissement à son fils.

Voir la fiche


DESROSIERS

Nom : DESROSIERS
Prénom : Claude, Charles
Date : 26/10/1858

Ville : Moulins (Allier)

Informations personnelles

Il est né à Moulins le 7 juillet 1825. Il a travaillé avec son père pendant 12 ans.

Informations professionnelles

Il a repris les trois brevets de son père et son établissement qui est le plus important de Moulins.
Il travaille parfois pour des confrères, comme Isidore Martin Faÿ pour qui il imprime les lithographies illustrant Faïences, faïenciers et émailleurs de Nevers.

Voir la fiche


DESROZIER

Nom : DESROZIER
Prénom : Christophe
Date : 25/09/1874

Adresses professionnelles

3, rue de la Juiverie

Ville : Alençon (Orne)

Informations professionnelles

Il a acquis une presse autographique pour imprimer des oeuvres littéraires.

Voir la fiche


DESRUE

Nom : DESRUE
Prénom : Ernest, Jean-Baptiste
Date : 24/07/1868

Ville : Albi (Tarn)

Informations personnelles

Il est né à Rouen (Seine-inférieure) le 3 juillet 1828 ; son père était greffier. Il est correcteur chez Noblet pendant 4 ans, puis chez Morris.

Informations professionnelles

Il a été imprimeur typographe et libraire à Gannat (Allier), ayant repris  le 22 juillet 1864, l'imprimerie et les brevets d'un imprimeur décédé ; il y imprimait Le Glaneur de l'Allier. A Albi, il reprend à nouveau les brevets de libraire et d'imprimeur en lettres d'un imprimeur décédé en février 1867, mais obtient son brevet de lithographe par création.

Voir la fiche


DESRUORS

Nom : DESRUORS
Prénom : Jean, Pierre
Date : 21/07/1837

Ville : Le Puy (Haute-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 31 octobre 1807 à Annonay (Ardèche) ; son père était cultivateur. Il est marié, père de famille et exploite déjà un commerce de papeterie, doublé d'une activité de relieur.

Informations professionnelles

Il semble qu'en 1850, il ait  songé à démissionner en faveur d'un nommé Faydit, employé à la recette générale de la Haute-Loire qui avait fait l'acquisition d'une presse lithographique et n'avait pu obtenir un brevet par création; l'affaire ne se fit pas.

Voir la fiche


DESSAIGNE

Nom : DESSAIGNE
Prénom : Claude
Date : 08/01/1851

Adresses professionnelles

19, rue de Cléry

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 22 février 1818 à Villefranche (Rhône).

Informations professionnelles

Il tient un commerce de papeterie assez varié : fournitures de bureaux, toile cirée, papiers vernis, encadrement, location et vente de tableaux à l'huile, dessins et aquarelles. Il dit vouloir exécuter lui-même certains travaux qu'il vend.
Comme le montre le catalogue de la vente après cessation de commerce, il s'était spécialisé dans les recueils de motifs ornementaux pour l'habillement et la décoration, sous la raison sociale Papeterie industrielle et commerciale de Dessaigne. S'il imprime lui-même nombre de motifs décoratifs comme en témoigne le nombre de pierres et planches proposées à la vente de 1865, il fait aussi imprimer par des confrères des ouvrages qu'il édite,comme l'Album des dessinateurs parisiens, composé spécialement pour la fabrication des tissages et des impressions, imprimé par Becquet ou le Traité sur la fabrication des châles des Indes confié à Crété en 1851 ; il propose aussi des recueils réalisés par ses confrères.
Présent dans les expositions, il reçoit une médaille de première classe à l'Exposition universelle de 1855, après une mention honorable en 1849.
 

Voir la fiche


DESSAIX

Nom : DESSAIX
Prénom : Louis, Marie, Joseph
Date : 28/02/1861

Ville : Évian (Haute-Savoie)

Informations personnelles

Il est né le 7 mai 1817 à Allinges (Haute-Savoie) ; son père était avocat. Il se dit homme de lettres, rédacteur de La Nymphe des eaux depuis 1859 et du Léman, feuille balnéaire. Il est président honraire d ela Société savoisienne d'histoire et d'archéologie.

Informations professionnelles

Il est lithographe depuis 1840 et régularise donc sa situation. Il a fondé avec quelques personnalités (le député et le maire d'Évian, le président du Conseil général, etc.) l'Imprimerie chabelaisienne qui  imprime le journal de l'arrondissement de Thonon qui a obtenu les annonces judiciaires ; le brevet utilisé est celui  du compositeur Plantaz qui l'avait reçu du gouvernement sarde, mais Dessaix voudrait en obtenir un pour ne pas être dans la dépendance de son subordonné. Toutefois, le brevet lui est refusé car il y a déjà un typographe breveté à Thonon et cela semble suffisant.

Voir la fiche


DESSALLES

Nom : DESSALLES
Prénom : Jean, Marie
Date : 22/01/1866

Ville : Amplepuis (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Amplepuis (Rhône) le 18 septembre 1840 ; son père était fabricant.

Informations professionnelles

Il est papetier et pense que les manufactures locales ont besoin des services d'un lithographe, d'autant que l'arrivée du chemin de fer devrait permettre un essor économique de la ville.

Voir la fiche


DESTENAY

Nom : DESTENAY
Prénom : Pierre
Date : 12/04/1856

Adresses professionnelles

70, rue Lafayette

Ville : Saint-Amand (Cher)

Informations personnelles

Il est né le 16 avril 1802 à Carignan (Ardennes). Son père était marchand.

Informations professionnelles

Il possède un brevet de libraire depuis le 26 avril 1849.

Voir la fiche


DESTEZ

Nom : DESTEZ
Prénom : Nicolas, Jules
Date : 22/07/1868

Adresses professionnelles

Rue des trois Bornes (1877)
15, rue Rambuteau (1868)

Ville : Paris

Informations personnelles

Né le 12 février 1831 à Bar le Duc (Meuse) marié père de deux enfants a paris depuis 1851

Informations professionnelles

Dessinateur lithographe de formation, iIl s'est démis de son précédent titre le 7 mai 1857 "trop jeune pour diriger. Il a un loyer de 1900 F rue Rambuteau

Il imprime des étiquettes : La perle des encres, 1876 ; Encre bleue myosotis J. H., 1877

Voir la fiche


DESTEZ

Nom : DESTEZ
Prénom : Nicolas, Jules
Date : 13/05/1856

Adresses professionnelles

15, rue Rambuteau
5, rue neuve  Saint-Merri (1856)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 12 février 1831 à Bar-le-Duc (Meuse) ;son père était ouvrier imprimeur. Il est marié. Il est écrivain et dessinateur lithographe.

Informations professionnelles

<p>Il fait une premi&egrave;re demande qui est refus&eacute;e : il est jug&eacute; trop jeune pour diriger un &eacute;tablissement. Dans sa seconde demande en avril 1855, il annonce qu&#39;il veut faire des&eacute;tiquettes pharmaceutiques et&nbsp; veut avoir des caract&egrave;res mobiles pour faire les textes du centre.</p>

Voir la fiche


DESTOUCHES

Nom : DESTOUCHES
Prénom : Pierre, Louis, Hypolite
Date : 15/06/1853

Adresses professionnelles

28, rue de Paradis Poissonnière

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 28 juin 1801 à Aix (Bouches-du-Rhône) ; son père était gendarme. Il est marié et père de 3 enfants. Il s'est formé comme ouvrier lithographe chez des imprimeurs d'Aix et Marseille.

Informations professionnelles

Il a été breveté lithographe le 11 mars 1831 à Marseille, mais sans jamais s'y installer (le brevet doit donc être annulé quand il fait sa demande pour Paris). Venu à Paris, il a été contremaître chez Decan pendant 14 ans et lui rachète son atelier pour 50 000 F. Il fai travailler 14 presses.
Avec la disparition de l'imprimerie Aubert, il récupère une importante production de lithographies satiriques (toujours commercialisées par Martinet), en lien avec le Charivari  et l'équipe de caricaturistes qui s'y est illustrée : Daumier, Cham, Vernier auxquels se joignent  quelques autres (Carjat, Durandeau, Darjou, Pelcocq, Grévin...). Les sujets de politique intérieure ne pouvant être traités que de façon très allusive, ce sont les expéditions militaires qui permettent d'aborder l'actualité, en ridiculisant les combattants des autres pays. Le Charivari publie donc des séries de lithographies qui sont ensuite réunies en albums, parfois donnés en prime : Les Cosaques pour rire, réunissant Cham, Daumier et Vernier ; Nos troupiers en Orient de Vernier ; Chargeons les Russes de Cham et Daumier, Ces bons Autrichiens (1859) de Daumier et Vernier ;  En Italie, et Les Zouaves (1861) de Cham. Un deuxième grand thème satirique est la caricature de moeurs avec les séries de Daumier ( Les Bains de mer, Les Chemins de fer), de Vernier (La Crinolinomanie, Au camp de Châlons), d'Alfred Darjou (Les plaisirs de Bade). Enfin, la caricature s'attaque aussi aux artistes et à la vie des spectacles, avec Cham notamment. Toutefois, la production de Destouches ne se limite pas à l'estampe satirique. Le monde des spectacles lui fournit aussi  la commande d'illustrations pour de petites revues spécialisées (Le Théâtre, Le Boulevard) qui offrent à leurs lecteurs des portraits d'acteurs et, prenant la suite de Rigo, puis Decan, il est l'imprimeur de la Galerie dramatique et de sa collection d'acteurs et chanteurs en costumes. il fournit aussi les illustrations lithographiques d'affiches de spectacles ou de publications populaires, l'impression typographique étant réalisée par un autre imprimeur. Enfin, il réalise des portraits de personnalités (l'Emprereur, le Prince impérial...), des illustrations de livres pour la jeunesse, des recueils de planches aussi différents que les vues pittoresques de Léon-Auguste Asselineau (La France de nos jours) et celles du Porte-feuilles pratique de l'ébéniste parisien, des catalogues...

 

 

Voir la fiche


DESTRESSE dit DOMERGUE

Nom : DESTRESSE dit DOMERGUE
Prénom : Jean, Joseph
Date : 11/06/1847

Ville : Béziers (Hérault)

Informations personnelles

Il est né le 4 avril 1824 à Béziers ; son père était ménétrier et ancien soldat de l'Empire. Il a travaillé chez Lange à Paris.

Voir la fiche


DESURMONT

Nom : DESURMONT
Prénom : Auguste
Date : 05/09/1835

Adresses professionnelles

23, rue du Bouloi et 33, rue Coquillière (1837)
10, rue Beaurepaire

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 22 novembre 1791 à Saint-Domingue. Il est marié et père de famille.

Informations professionnelles

Il imprime des travaux commerciaux, associé à son beau-frère Duclos.
L'Almanach du commerce de 1837 précise que : "sous la raison commerciale Desurmont et co., il sort journellement une liste adressée à domicile des voyageurs arrivant et logés dansles hôtels, avec la dénomination des achats qu'ils sont susceptibles de faire." On ignore si cette initiative originale eut une longue suite.

Voir la fiche


DETOURNELLE

Nom : DETOURNELLE
Prénom : Pierre
Date : 21/05/1838

Ville : Tulle (Corrèze)

Informations personnelles

Il est né le 17 décembre 1805 à Guéret.  Il a longtemps travaillé comme ouvrier imprimeur  avant de faire une demande de brevet d'imprimeur en lettres pour y exercer comme patron. Sa demande a été rejetée.

Informations professionnelles

Ne pouvant s'installer à Guéret, il a fait une demande de brevet d'imprimeur pour Tulle  (15/13/1834) ; le préfet y est peu favorable car "il n'y a dans cette ville aucun journal, aucune industrie sauf la manufacture d'armes qui ne fait rien imprimer, et les particuliers ne font faire aucun des travaux habituels dans les autres villes" ; malgré cela, il obtient son brevet  le 15 décembre 1834 , puis celui de libraire le 5 septembre 1835. Enfin, il obtient un brevet pour la lithographie, mais on lui refuse le titre d'imprimeur du Roi qui ne se décerne plus.

Le 12 juillet 1849, il est condamné à 3 000 f d'amende pour avoir imprimé anonymement 100 exemplaires d'un Censeur de Lyon du 13 juin à 2 heures, diffusant des nouvelles fausses ou tronquées.  Son appel à la clémence est rejeté. Le 25 avril  de l'année suivante, il est condamné à trois mois de prison pour adultère. A ces deux condamnations s'ajoute le fait d'être le gérant d'un journal "démagogique", le 24 Février ; le préfet se demande donc s'il ne convient pas de lui retirer son brevet ou du moins de le contraindre à le céder à un membre de sa famille moins turbulent. Détournelle fait trainer. Finalement, il garde ses brevets d'imprimeur et de libraire qui passent à sa veuve en 1855. Son brevet de lithographe a été annulé.

Voir la fiche


DEULIN

Nom : DEULIN
Prénom : Michel, Marie
Date : 18/10/1841

Adresses professionnelles

205, rue de l'Université
19, rue du Bouloi

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 5 novembre 1816 à Paris. Sa femme est  blanchisseuse et occupe plusieurs ouvrières. Il a été apprenti lithographe dès l'âge de 13ans et travaille comme ouvrier chez Delarue depuis six  ans.

Informations professionnelles

Il dit avoir inventé, en 1837, une méthode pour imprimer  14 teintes en 2 pierres seulement, mais n'avoir pu continuer ses recherches , pris par son travail.
En octobre 1843, il s'est associé avec quatre de ses ouvriers lithographes (Antoine Mollard, Jean-Louis Rimet, Jean Louis Paul Leroux, Charles Tellier) et un ancien négociant chargé de la comptabilité, André Régis Mathey. Il garde le statut de gérant et la société prend pour raison sociale Deulin, Mollard et cie.  Toutefois, Deulin s'enfuit en Angleterre, en emportant  une somme de 10 000 F.  L'associaton est dissoute. Roux-Mollard emprunte des capitaux et rachète l'imprimerie.

 

 

Voir la fiche


DEUMÉ

Nom : DEUMÉ
Prénom : Étienne, Germain, Germier
Date : 21/09/1840

Ville : Villefranche (Haute-Garonne)

Informations personnelles

Il est né à Gardouch (Haute-Garonne) le 16 mai 1815 ; son père était propriétaire. A la fin des années 1830, il vit à Castres, puis à Labastide d'Anjou (Aude).

Informations professionnelles

Il fait une demande de brevet d'imprimeur en lettres pour Prades (Pyrénées-orientales) en 1838 ; elle est rejetée car la population y est insuffisante  pour lui fournir du travail. Il demande ensuite deux brevets d'imprimeur en lettres et de libraire pour Villefranche qu'il obtient le 3 juillet et 12 août 1839 malgré les protestations de l'imprimeur local. En 1860, le commissaire enquêteur constate qu'il ne fait pas de lithographie et le brevet est annulé.

Voir la fiche


DEUSY

Nom : DEUSY
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 05/08/1837

Ville : Arras (Pas-de-Calais)

Informations personnelles

Il est né le 1er novembre 1813 à Arras où son père était épicier. Il est écrivain et dessinateur lithographe. Il meurt le 1er novembre 1849.

Informations professionnelles

Sa demande de brevet pour être imprimeur en lettres a été rejetée en 1841 au motif qu'il y avait suffisamment d'imprimeurs à Arras. Son brevet de lithographe est annulé en 1859.

Voir la fiche


DEVAUX

Nom : DEVAUX
Prénom : Marin, Frédéric
Date : 13/09/1848

Adresses professionnelles

11, rue Mauconseil
47, rue Montorgueil (1856)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 13 février 1809 à Rouen (Seine-inférieure). Son père était coupeur de velours. Il a 15 ans d'expérience acquise dans divers ateliers

Informations professionnelles

Sa demande de brevet a été rejetée en 1846 pour manque d'instruction (il avait été soumis à des questions orales et à une dictée). Il a refait sa demande en septembre 1847, puis en  avril 1848.

Voir la fiche


DEVAUX, veuve LOISEL

Nom : DEVAUX, veuve LOISEL
Prénom : Angélique, Justine, Georgina
Date : 22/05/1855

Ville : Caen (Calvados)

Informations personnelles

Elle est née à Caen le 12 novembre 1814. Son père était fabricant de bas. Elle a épousé l'imprimeur Loisel qui meurt le 27 avril 1855.

Voir la fiche


DEVELAY

Nom : DEVELAY
Prénom : Pierre, Jean
Date : 29/12/1859

Ville : Chalon (Saône-et-Loire)

Informations personnelles

Il est né le 11 septembre 1830 à Tournus (Saône-et-Loire) où son père était libraire.

Informations professionnelles

Il succède à son beau-père, Claude Buret, décédé.

Voir la fiche


DEVERDUN

Nom : DEVERDUN
Prénom : Pierre, Louis, Alfred
Date : 07/12/1858

Adresses professionnelles

Rue Napoléon

Ville : Laval (Mayenne)

Informations personnelles

Il est né le 30 octobre 1824 à Chaumont ( Haute-Marne) ; son père était employé à la Recette générale. Il a déjà longtemps travaillé comme écrivain lithographe.

Informations professionnelles

Il a acheté, lors de sa vente par adjudication, l'imprimerie de Grisez pour 5 000 F dont 2 000 F comptant.

Voir la fiche


DEVÉRITÉ

Nom : DEVÉRITÉ
Prénom : Gilbert, Marie
Date : 31/12/1833

Ville : Abbeville (Somme)

Informations personnelles

Il est né à Abbeville le 7 novembre 1798 dans une famile où l'on a été imprimeur de père en fils depuis cent ans. Son père a été député de la Somme  et proscrit pendant 18 mois pour ne pas avoir voté la mort du Roi. Il est licencié en droit. Un rapport de police de 1822 le décrit comme "tracassier" et s'avoue incapable de déterminer ses opinions politiques ; sa carrière d'imprimeur ne lui donne pas tort. Tout au long de sa carrière, il semble avoir été au coeur d'intrigues politiques locales.

Informations professionnelles

Il a obtenu son brevet d'imprimeur en lettres le 1er septembre 1816, confirmant l'autorisation provisoire qui lui avait été donnée le 18 août 1814 de prendre la succession de son frère. Alors qu'il exploite déjà un cabinet de lectures, il reçoit un brevet de libraire le 28 février 1822. Fort de ces deux brevets,  il propose, en 1827, qu'on lui attribue aussi les deux bevets dont vient d'hériter une veuve, qu'il indemniserait, et d'aider ainsi  le gouvernement à limiter le nombre des brevets ; ce serait évidemment surtout une façon d'éviter l'installation d'un concurrent. En 1832 comme en 1839, il n'hésite pas à s'insurger contre l'installation de nouveaux imprimeurs à Abbeville, dénonçant tantôt "un quidam sans conduite, sans responsabilité", etc. tantôt unimprimeur spoupçonné de vouloir publier un journal républicain en correspondance avec le National. En 1821, il a fait une demande de brevet de lithographe, prétend avoir acheté pour 800 F le matériel nécessaire, mais n'a pas obtenu le brevet, le rapport de police ne lui étant guère favorable. En 1829, il réactive sa demande en protestant de son dévouement aux Bourbons, puis en 1832, en se réclamant de l'esprit de Juillet et de son père "ex-conventionnel". Il publie une feuilles d'annonces locales dans laquelle prennent place quelques articles.

Voir la fiche


DÉVIGNES

Nom : DÉVIGNES
Prénom : François
Date : 26/12/1865

Ville : Lyon (Rhône)

Informations personnelles

Il est né à Saint-Priest (Isère) le 9 mars 1843 ; son père est mort avant sa naissance. Son patronyme est souvent écrit "Desvignes".

Voir la fiche


DEVILLARIO

Nom : DEVILLARIO
Prénom : Charles, François, Léon
Date : 18/03/1839

Ville : Carpentras (Vaucluse)

Informations personnelles

Il est né le 2 mars 1813 à Carpentras. Il est allé au collège jusqu'à la classe de rhétorique, puis il a travaillé chez un avoué pendant deux ans et, surtout, chez son père qui est imprimeur.

Informations professionnelles

Son père se démet de son brevet d'imprimeur en lettres en sa faveur et il obtient son brevet de lithographe par création. En juin 1843, il est condamné à 2 000 F d'amende pour contrefaçon aux dépens d'Ardant et défaut de déclaration ; son recours en grâce est rejeté car il est jugé suffisamment riche pour payer l'amende mais surtout il professe "des opinions légitimistes fort exaltées". En 1846, sont retrouvées par le commissaire, dans une mare, les matrices  des contrefaçons de la Grammaire de Noël et Chapsal et, sous un canapé, quelques feuilles restant du tirage  ainsi que huit rames du Cours gradué d'écriture  publié par Hachette. Le frère et associé de Devillario  reconnaît qu'ils ont imprimé pour un imprimeur ibraire de Bagnols 1 500 exemplaires de la Grammaire. La perquisition se déroule dans un climat tendu puisqu'il a tenté d'arracher  la feuille du livre de compte portant trace de la commande et les 15 ouvriers se montrent "exaspérés". Devillario est condamné le 11 juin 1847 à 4 000 F d'amende. Les deux frères sont considérés comme dangereux  d'autant qu'ils publient L'Impartial du Vaucluse, "journal d'une opposition très hostile". En 1852, il fait une demande de brevet de libraire pour Avignon, qu'il obtient en juin, et demande le transfert de son brevet de lithographe pour cette ville en décembre. Ce dernier brevet est annulé en 1854 faute d'avoir matériel et ouvriers pour l'exploiter. Il se démet de son brevet de typographe en août 1860 en faveur de Rolland, mais celui-ci devient fou, puis meurt ; Devillario retrouve son brevet le 20 octobre 1869. Il s'en démet définitivement en octobre 1871.

Voir la fiche


DEVILLERS

Nom : DEVILLERS
Prénom : Nicolas, Joseph, Ernest
Date : 05/08/1865

Adresses professionnelles

Rue des Tanneurs (1863)

Ville : Mulhouse (Haut-Rhin)

Informations personnelles

Il est né le 16 septembre 1826 à Paris. Il a été employé de librairie à Paris. Son frère Pierre Edouard exploite l'établissement de librairie le plus ancien de la ville.

Informations professionnelles

Il reprend le brevet de son frère le 28 avril 1864 et, après un premier dossier constitué en 1857 pour la lithographie, il argumente sa demande ainsi: " La forte concurrence que viennent opposer les maisons de papeterie de Paris en offrant à la fois les articles spéciaux en fournitures de bureau et la lithographie qu'ils trouvent facilement à faire exécuter sur la place, m'oblige pour maintenir ma maison d'être à même de pouvoir donner les mêmes avantages à ma clientèle en complétant mon industrie de libraire papetier par une lithographie."

Voir la fiche


DEVILLERS

Nom : DEVILLERS
Prénom : Jean-Baptiste
Date : 06/04/1839

Adresses professionnelles

7, rue Villedo
35, rue d'Argenteuil (1861)

Ville : Paris

Informations personnelles

Il est né le 7 février 1799 à Villers-l'Hôpital (Pas-de-Calais). Son père était ménager. Il est marié et sa seconde femme a une dot qui lui permettrait de s'installer. Il occupe un logement dont le loyer est de 150 F. Il est ouvrier lithographe depuis 1827 et il a travaillé plusieurs années chez Cluis jeune.
 

Informations professionnelles

Il semble avoir surtout fait de l'autographie pour des chansons, des factums, des notices... et des travaux de ville courants comme l'annonce son papier à en-tête : "Billets de mariage et de naissance / Cartes de visite porcelaine et autres" (A. N., F/18/1755B)
Il avait déjà eu à faire à la justice en septembre 1849, pour une chanson non déposée "Le roi que nous voulons", mais les preuves manquaient. Il est condamné à 1 000 F d'amende le 31 juillet 1851 pour non déclaration  de trois chansons dont une intitulée "L'enfant du miracle", publication jugée légitimiste. Le rapport de police dit qu'il vit en concubinage (?), qu'il a des opinions fort avancées et qu'il est lié avec Napoléon Gallois, rédacteur en chef du journal Le Démocrate vendéen qui va être supprimé (ce journaliste franc-maçon, auteur de plusieurs ouvrages sur le monde du théâtre et auteur dramatique lui-même, avait participé à plusieurs journaux politiques de sensibilité républicaine). Sa grâce est rejetée.

Voir la fiche


Pages