École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1802 » 1802, 30 août. Au citoyen ministre de l’Intérieur. [Demande d'attribution d'un orgue et de marbres.]

1802, 30 août. Au citoyen ministre de l’Intérieur. [Demande d'attribution d'un orgue et de marbres.]

Restauration de divers objets pour la décoration de l’église Saint-Germain-des-Prés.

  • Arch. nat., F 21-586 nos 26 à 28

Citoyen Ministre

Le citoyen Lévis desservant de l’église de Saint-Germain-des-Prés et les principaux habitants de la division de l’Unité, exposent que, de toutes les églises de la capitale, celle de Saint-Germain-des-Prés a le plus souffert de la Révolution. Elle a été dépouillée des plus riches ornements qui la décoraient, elle a été réduite dans un tel état de dégradation que l’office divin ne peut s’y célébrer avec la décence convenable. Le chœur et une partie de la nef ont été réparés à grands frais, le surplus ne l’est pas, faute de fonds. Cependant, avec le secours du gouvernement elle peut réparer une partie de ses pertes.

Il existe au musée des Petits-Augustins des débris de marbre de différentes qualités provenant de panneaux et tables qui n’appartiennent à aucun monument, et qui sont disponibles.

Il existe aussi en dépôt au Conservatoire de musique, rue Bergère, l’orgue des Petits- Augustins qui n’est d’aucune utilité.

Le gouvernement a disposé il y a quatre mois, en faveur de l’église Saint-Eustache, du magnifique buffet d’orgue de l’église Saint-Germain-des-Prés, celui des Petits Augustins, quoique bien inférieur, lui serait utile et pour le service divin et pour masquer l’emplacement de celui enlevé, qui n’offre aux yeux que des ruines.

L’église Saint-Germain-des-Prés est un vaste et superbe monument d’architecture qui demande quelques décorations. Les six magnifiques colonnes de cipolin qui étaient au baldaquin dont la valeur est d’une somme considérable demandent en échange l’autel et les colonnes de l’église du Val-de-Grâce, trop précieux pour un hospice et qui pourraient facilement être remplacés par le gouvernement. Ce n’est que d’après le conseil d’artistes célèbres qui attestent que l’autel et les colonnes de l’église du Val-de-Grâce sont faits pour une église aussi considérable que celle de Saint-Germain-des-Prés qu’on prend encore la liberté d’en faire la demande.

Il existe au musée des Petits-Augustins la descente de Croix faite par Girardon.

Les exposants attendent de votre bonté et de votre justice, citoyen Ministre, l’ordre de leur faire remettre :

1° Des débris de marbre de différentes qualités provenant de panneaux tables et qui n’appartiennent à aucun monument et qui seront nécessaires pour paver plusieurs chapelles de l’église de Saint-Germain-des-Prés.

2° L’orgue des Petits-Augustins en dépôt au Conservatoire de musique rue Bergère.

3° L’autel et les colonnes de l’église du Val-de-Grâce.

4° La descente de Croix faite par Girardon qui est au musée des Petits-Augustins provenant de Saint-Landry dont l’église est supprimée.

Le 12 fructidor an X,

Lévis, desservant de Saint-Germain-des-Prés

Lecture faite de la pétition ci-dessus, je prie le citoyen ministre de l’Intérieur d’y avoir égard pour les objets dont il pourra disposer.

A Paris, le 14 fructidor an X,

+ J.Bapt. Archevêque de Paris