École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1844 » 1844, 26 juillet. Registre des délibérations du conseil de fabrique. [Création d'une chapelle]

1844, 26 juillet. Registre des délibérations du conseil de fabrique. [Création d'une chapelle]

.

Séance du 26 juillet 1844. Extrait.

  • Arch. hist. diocèse de Paris, 1E registre 1 nos 19 et 20

L’an mil huit cent quarante-quatre, le vingt-six juillet, sept heures et demie du soir, en l’assemblée du conseil de fabrique de l’église paroissiale de Saint-Germain-des-Prés, tenue dans la salle du presbytère ; où étaient présents : MM. Guillaume Saint-Ange, faisant fonction de président en l’absence de M. le Président ; l’abbé Marie, curé ; Taillandier, secrétaire ; Fauconnier, trésorier ; Bouhier de l'Écluse, administrateur.

[…] Le Conseil autorise M. le Trésorier à payer les sommes ci-après :

1° Au sieur Lechartier, menuisier, 1 411,76 F pour le montant du règlement de deux mémoires ;

2° Au sieur Coignet, pour asphalte, 115,08 F ;

3° Au sieur Bellu, charpentier, pour reliquat de deux mémoires, 29,47 F  ;

4° Au sieur Turenne, couvreur, 370,36 F ;

5° Au sieur Guillemain, paveur, 132,76 F

[…] M. le Curé expose que la disposition actuelle du chœur a plusieurs inconvénients, l’un d’occuper un espace très considérable qui pourrait être transformé en chapelle, ce qui serait très nécessaire le dimanche pour dire des messes basses ; qu’un autre inconvénient, c’est que le clergé se retrouve entièrement séparé et hors de la vue des fidèles, que M. le Curé lui-même ne peut pas plus voir ses paroissiens qu’en être vu ; que les paroissiens gémissent depuis longtemps d’un pareil état de choses. M. le curé propose donc une nouvelle disposition qui, en plaçant le clergé autour de l’autel, ce qui est plus convenable que derrière, rendrait le chœur actuel libre, et on en pourrait faire une nouvelle chapelle ; mais ce changement ne peut s’opérer sans l’autorisation de Mgr l’Archevêque.

Le conseil délibérant sur cette proposition, considérant que de nombreuses réclamations ayant été faites contre l’état de choses actuel ; considérant enfin que la disposition proposée par M. le Curé serait infiniment plus convenable, et très utile puisqu’elle donnerait une chapelle de plus, dont le besoin se fait sentir le dimanche, approuve, en ce qui le concerne, le changement proposé par M. le Curé, et autorise le Secrétaire à écrire à Monseigneur pour lui demander l’autorisation nécessaire. D’après le devis définitif du prix des stalles à faire pour le chœur, la somme précédemment allouée étant reconnue insuffisante, le Conseil augmente la précédente allocation d’une somme de seize cents francs.[…]

Rien n’étant plus à l’ordre du jour, M. le président a levé la séance et ont tous les membres signé le présent procès-verbal après lecture faite.

Marie, curé

Taillandier

Fauconnier

Bouhier de L’Écluse

Guillaume Saint-Ange