École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1854 » 1854, 25 août. Note sur les travaux de la chapelle des catéchismes. [Croquis.]

1854, 25 août. Note sur les travaux de la chapelle des catéchismes. [Croquis.]

.

  • Arch. hist. diocèse de Paris, Z chemise 1 nos 108 à 110

Sur la demande adressée à M. le Préfet par M. le président du conseil de fabrique à l’effet d’obtenir des travaux de peinture nécessaires après ceux de maçonnerie qui ont été faits l’année dernière, il a été dressé par M. Baltard, architecte de la Ville, un devis des travaux nouveaux indispensables. Ce devis porterait la dépense à 1 400 ou 1 500 F ; mais il a été observé que l’année dernière, quand on demandait à la Ville la réparation de maçonnerie, on avait annoncé que des fonds étaient votés par le Conseil de fabrique pour nettoyer ladite chapelle et la repeindre : en conséquence, un projet de réponse est préparée dans les bureaux qui rejette la demande, en rappelant au Conseil de fabrique ce qu’on regarde comme un engagement pris par lui, de faire, au compte de la fabrique, ces travaux de peinture.

Cet état de choses a été exposé le 24 août 1854 à M. Dosseur par M. Deschamps, chef à la Ville.

M. Dosseur a objecté que le Conseil de fabrique, quand il a voté des fonds pour le nettoyage de la chapelle des catéchismes, ne pensait pas que la Ville dût intervenir dans ces travaux, mais que depuis, des travaux de maçonnerie ayant été reconnus indispensables et la Ville les faisant exécuter, le Conseil avait pensé que la Ville ne laisserait pas son œuvre incomplète et qu’elle ferait aussi les peintures devenues la conséquence nécessaire des travaux de maçonnerie.

M. Dosseur a expliqué encore que l’intention du Conseil de fabrique ne serait pas qu’on se bornât à couvrir de peinture les murs tels qu’ils sont, qu’on voudrait encore faire dans la chapelle des améliorations et embellissements, particulièrement des lambris, pour garantir les enfants de l’humidité des lieux, peut-être un parquet et différentes décorations, en un mot, compléter une restauration tout à fait convenable, et qu’en demandant à la Ville de prendre à sa charge la dépense rigoureusement nécessaire pour une simple peinture, la fabrique entendait bien qu’elle aurait à dépenser pour son propre compte une somme au moins égale à celle que la Ville allouerait.

M. Deschamps a pris en considération ces dernières observations et il a donné à peu près l’assurance que si la fabrique faisait exécuter pour son compte des travaux d’amélioration et d’embellissement, la Ville ne refuserait pas de concourir à ces travaux dans la limite du devis de la dépense pour la simple peinture de la chapelle, c’est-à-dire pour une somme de 1 500 F environ. Il a engagé à s’entendre avec M. Baltard pour l’exécution de ces travaux qu’on pourrait entreprendre toute de suite, la décision de la Ville pouvant intervenir dans le cours de ces travaux et sur un nouveau rapport de M. Baltard expliquant les dépenses entreprises pour le compte de la fabrique.

Les dépenses restant à faire pourraient être réparties de la manière suivante :
À la charge de la Ville
Les travaux de peinture évalués environ 1 500,00 F
À la charge de la fabrique
1° Menuiserie. Lambris d’appuis en chêne de 1 m de haut avec cimaises 355,00 F

1 763,30 F

Réparation des portes et croisées des tribunes 80,00 F
Parquet sur bitume, chêne de 27 mm 773,30 F
2° Serrurerie. Vasistas 150,00 F
Ferrures des portes et châssis des tribunes 30,00 F
Balustrade grille de communion en fer et fonte 375,00 F
Ensemble 3 263,30 F

Les dépenses à la charge de la fabrique excéderaient donc de 263,30 F celles que ferait la Ville.