École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1820 » 1820, 8 mai. Conseil des Bâtiments civils. [Débat sur la restauration.]

1820, 8 mai. Conseil des Bâtiments civils. [Débat sur la restauration.]

. Paris

  • Arch. nat., F 13-882 nos 1 et 2
À Monsieur le baron Mounier, conseiller d’État, directeur général des Administrations communales et départementales

Monsieur le Baron,

J’ai reçu le 6 du courant, le soir tard, la lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser sous le pli de laquelle était une lettre de M. le préfet de la Seine en date du 5 du courant, et plusieurs pièces relatives à l’état périclitant de l’église Saint-Germain-des-Prés, ainsi qu’à la nécessité de faire un prompt examen de cet édifice qui menace ruine imminemment.

Pour répondre à vos vœux, Monsieur le Baron, je me suis transporté de suite chez plusieurs membres du Conseil, mais je n’ai rencontré que M. de Gisors qui m’a informé que M. Hély d’Oissel avait provisoirement nommé une commission particulière dont lui et M. Rondelet avaient fait partie, et que procès-verbal de cet examen avait été fait samedi dernier en présence de M. Hély d’Oissel.

Dans cet état de choses, j’ai convoqué le Conseil des Bâtiments civils pour qu’il fût réuni aujourd’hui à onze heures précises du matin.

Cette réunion ayant eu lieu, le Conseil s’est transporté en corps à l’église dont il s’agit : il y a trouvé M. Godde, Inspecteur de cet édifice et, de concert avec cet architecte, il a procédé à l’examen en question.

Par votre lettre, Monsieur le Baron, vous avez chargé le Conseil, d’abord, de constater la nature et l’origine des dégradations qui mettent partie de cette église en état de péril ; ensuite de juger s’il est convenable de la restaurer ou de la reconstruire à neuf.

Le Conseil, Monsieur le Baron, pénétré de toute l’importance de la mission dont vous le chargez et désirant s’en acquitter avec la maturité qu’elle exige, a l’honneur de vous rendre compte par mon organe que , d’ici à quelques jours, les précautions déjà prises par M. Godde sont de nature à écarter toute crainte, mais que, pour être en état de vous répondre catégoriquement sur la question de savoir s’il est convenable de se borner à restaurer ou s’il faudra démolir et reconstruire à neuf, il a besoin de réitérer son inspection locale ; qu’il mettra dans son examen la plus grande diligence possible, mais en même temps toute la réflexion qu’il exige et que nécessairement vous attendez de lui.

J’ai l’honneur d’être avec respect, Monsieur le Baron, votre très humble et très obéissant serviteur,

Le président du Conseil,
Heurtier