École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1802 » 1802, 20 avril. Conseil des Bâtiments civils. [Conservation de la tour.]

1802, 20 avril. Conseil des Bâtiments civils. [Conservation de la tour.]

.

Extrait du registre des délibérations du Conseil des Bâtiments civils. Église de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés.

  • Arch. nat., F 13-507 nos 1 et 2

Le préfet du département de la Seine expose au ministre de l’Intérieur que, le ministre de la Guerre ayant fait mettre l’église de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés à la disposition du ministre des Finances, ce dernier l’avait invité à prendre les mesures nécessaires pour tirer de cette propriété le parti le plus avantageux aux intérêts de la République.

Que dans cet état de choses, lui, Préfet, pense qu’il serait convenable d’opérer au plus tôt l’aliénation de cette propriété, attendu l’état de dégradation où se trouve le monument : mais que l’un des prédécesseurs du ministre de l’Intérieur ayant manifesté le vœu qu’on n'aliénât aucun édifice public sans le consulter, il avait cru devoir surseoir à toutes opérations ultérieures jusqu’à ce que le Ministre lui eût fait connaître ses intentions sur le sort de ce domaine.

Le Conseil des Bâtiments civils consulté à ce sujet par le Ministre, après avoir entendu le rapport préliminaire qui lui a été fait par le citoyen Petit-Radel, ainsi que les renseignements verbaux donnés par les citoyens Peyre et Rondelet, ses commissaires, qui se sont transportés sur les lieux afin de juger par eux-mêmes de l’état des bâtiments et de se faire une opinion certaine sur la valeur des craintes qui ont été données sur leur solidité

Considérant que les murs de l’église sont forts sains ; que leur solidité n’a pu être altérée par le contact des sels nitriques que l’on avait amoncelés auprès ; qu’il n’en est pas de la pierre comme des plâtres et de certaines autres substances qui renferment des principes susceptibles de justifier les craintes qui ont été manifestées sur l’état des murs et qu’ainsi ces craintes ne sont nullement fondées.

Considérant d’ailleurs que l’architecture de cette église n’offre rien de bien intéressant sous le rapport de l’art, mais que la tour occidentale dont la construction paraît remonter à l’époque de la fondation de l’abbaye est recommandable par son antiquité

Est d’avis que cette tour mérite particulièrement d’être conservée.

Pour extrait conforme,

Peyre [copie par Mermet ?]