École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1827 » 1827, 5 décembre. Préfecture du département de la Seine. À MM. les curé et marguilliers de la fabrique de l’église Saint-Germain-des-Prés. [Chaire.]

1827, 5 décembre. Préfecture du département de la Seine. À MM. les curé et marguilliers de la fabrique de l’église Saint-Germain-des-Prés. [Chaire.]

.

Église de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Subvention à la fabrique de ladite église pour dépense relative à l’entretien d’une nouvelle chaire à prêcher. Fonds alloués en 1827 et à allouer successivement dans le budget communal de la ville de Paris, pour l’amélioration des édifices religieux.

  • Arch. de Paris, 7AZ-12 (dr260) nos 2 et 3

Nous, conseiller d’État, préfet,

Vu les lettres par lesquelles MM. le curé et marguilliers de l’église paroissiale de Saint-Germain-des-Prés, à Paris, exposent la nécessité de remplacer la chaire à prêcher actuelle de leur église par un monument digne de sa destination, et sollicitent à cet effet le concours de la ville de Paris, pour l’érection d’une nouvelle chaire, conforme au projet qu’ils ont présenté, et dont la dépense, suivant le devis dressé par l’architecte, est évaluée à la somme de 29 775 F,

Vu la délibération, en date du 22 juin dernier, par laquelle le Conseil municipal de ladite ville, après avoir pris connaissance des plans et dessins de cette nouvelle chaire, ainsi que du devis estimatif de la dépense, a voté, pour y concourir, une somme de 19 000 à 19 500 F, payable par tiers, en trois années, à partir de 1827, à la charge toutefois, pour la fabrique, d’acquitter sur ses revenus le surplus de ladite dépense à quelque somme qu’elle dût s’élever,

Vu la délibération du 3 juillet suivant, par laquelle cette fabrique déclare accepter la somme de 19 500 F votée par le Conseil municipal pour le concours de la Ville dans la dépense des travaux dont il s’agit, et propose, en conséquence, de se charger, au moyen dudit concours, de faire exécuter les travaux, sous la surveillance de l’administration, et d’en acquitter le prix en totalité,

Adoptant cette proposition, arrêtons ce qui suit :

Art. 1er

Conformément, au vote déjà relaté du Conseil municipal, il est accordé à la fabrique de Saint-Germain-des-Prés, une somme de dix-neuf mille cinq cents francs, pour concourir au paiement de la dépense de la nouvelle chaire à prêcher de son église, à la charge pour elle de faire exécuter ces travaux sous la direction et la surveillance du sieur Godde, architecte inspecteur en chef des églises de Paris, suivant les plans et devis ci-dessus mentionnés.

Art. 2e

Cette somme de dix-neuf mille cinq cents francs, sera, sur la production des certificats de l’architecte, constatant les progrès ou l’achèvement des travaux, liquidée au profit de ladite fabrique, et payée à l’acquit de son trésorier, dans les proportions suivantes, savoir :

Six mille cinq cents francs en 1827,

Six mille cinq cents francs en 1828,

Et les six mille cinq cents francs pour complément en 1829.

Art. 3e

Le prélèvement en sera fait sur le fonds de 1 700 000 F alloué dans le budget communal de 1827, et sur les crédits qui seront ouverts au même budget des exercices suivants pour les dépenses d’acquisitions et d’agrandissement des édifices religieux de la ville de Paris.

Art. 4e

Ampliation du présent arrêté sera adressée à la fabrique de ladite église pour être consigné dans le registre de ses délibérations ; pareille ampliation sera remise au sieur Godde, architecte, qui demeure chargé de la direction et de la surveillance des travaux, et au bureau de liquidation générale.

Fait à Paris, le 5 décembre 1827,

Signé Chabrol

Pour ampliation, le Secrétaire général de la Préfecture,

De Fresne