École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1818 » 1818, 2 juillet. Préfecture du département de la Seine au ministre de l’Intérieur. [Attribution de marbres.]

1818, 2 juillet. Préfecture du département de la Seine au ministre de l’Intérieur. [Attribution de marbres.]

. Paris

Beaux-Arts. Monument à placer dans l’église Saint-Germain-des-Prés.

  • Arch. nat., F 21-586 nos 53 et 54

Monseigneur,

J’aurais voulu, d’après vos instructions, faire effectuer promptement la reprise des monuments accordés à l’église Saint-Germain-des-Prés, mais j’ai dû attendre que la fabrique eût réuni les fonds extraordinaires qu’elle désire consacrer au placement convenable de ces monuments.

Les démarches qu’elle a faites auprès de son Excellence le ministre de la Police et de l’Académie française ayant eu le succès qu’elle pouvait espérer, on s’est occupé de la désignation des places et de la rédaction du devis des travaux.

Sans vouloir se jeter dans des dépenses extraordinaires, celles qu’on m’a proposées absorberaient cependant de beaucoup les ressources réunies de la fabrique, s’il fallait qu’elle payât quelques parties des marbres dont on a besoin, soit pour restauration, soit pour les tables destinées aux inscriptions.

La ville de Paris qui fait les frais d’extradition et transport des monuments ne pouvant prendre d’autre dépense à sa charge, j’ai pensé, Monseigneur, que vous voudriez bien faire fournir les marbres par les magasins du Ministère.

On m’assure qu’il existe dans celui de Chaillot un bloc de marbre turquin inscrit sous les numéros 192/624 dont la dimension et la qualité conviendraient parfaitement pour le travail dont il s’agit.

Si ce bloc est disponible, j’ai l’honneur de prier votre Excellence de vouloir bien le faire mettre à ma disposition. Les travaux seraient immédiatement commencés et le dépôt des Petits-Augustins prochainement débarrassé d’objets qui ont cessé de lui appartenir.

Je suis avec respect, Monseigneur, de votre Excellence, le très humble et très obéissant serviteur,

Le conseiller d’État, Préfet,
Chabrol