École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1821 » 1821, 28 mai. Direction des travaux de Paris. Bureau des Beaux-Arts. Au ministre de l’Intérieur. [Balustrade.]

1821, 28 mai. Direction des travaux de Paris. Bureau des Beaux-Arts. Au ministre de l’Intérieur. [Balustrade.]

. Paris

  • Arch. nat., F 21-586 nos 38 et 39

Monseigneur,

Votre Excellence m’a fait l’honneur de me renvoyer de 21 avril dernier des lettres de M. Bellart et de M. le curé de Saint-François-du-Marais, qui la prient d’accorder pour l’ornement de l’église de ce nom une balustrade en marbre qui se trouve sans destination dans le dépôt de Saint-Denis, et elle m’a chargé de lui donner des éclaircissements sur cette demande.

La balustrade dont on sollicite la concession est, Monseigneur, la même qui avait été destinée en 1818 à l’église Saint-Germain-des-Prés et dont la remise fut différée par les considérations exposées dans le rapport de mon prédécesseur en date du 31 août de la même année.

M. le Préfet m’ayant, par une lettre du 13 février dernier, exprimé des doutes sur l’exactitude des renseignements qui avaient fait penser à M. Bruyère que cette balustrade ne pourrait être employée sans subir des retranchements qu’à raison de son grand prix il était convenable d’éviter, j’ai fait faire par M. Godde, architecte de Saint-Germain-des-Prés, et Debret, architecte de Saint-Denis, une nouvelle vérification dont il résulte qu’on peut placer avantageusement ce bel ouvrage à l’entrée du chœur de l’église paroissiale de Saint-Germain-des-Prés où l’on exécute de grands travaux de restauration qui sont près d’être terminés.

Votre Excellence pensera sans doute qu’il est dans l’ordre de maintenir la première destination donnée à cette balustrade, qui sera d’autant mieux placée à Saint-Germain-des-Prés que la restauration de cette église en fait un édifice intéressant.

Je vous prie en conséquence, Monseigneur, de vouloir bien m’autoriser à la faire mettre à disposition de l’architecte de Saint-Germain-des-Prés.

Je suis avec respect, Monseigneur, de votre Excellence, le très humble et très obéissant serviteur,

Le conseiller d’État, directeur des Travaux de Paris,
Hély d’Oissel