École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1902 » 1902, 28 août. Préfecture de la Seine. Service technique d’architecture. [Restauration du porche sud.]

1902, 28 août. Préfecture de la Seine. Service technique d’architecture. [Restauration du porche sud.]

.

Église Saint-Germain-des-Prés. Porche méridional. Restauration. Rapport de l’architecte de la 5e section.

  • Arch. de Paris, VM32-3713 nos 30 et 31

Le soussigné a l’honneur de retourner le projet de réparation du porche méridional de l’église Saint-Germain-des-Prés rectifié conformément aux instructions de la note du 15 avril dernier transmettant l’avis de la Commission des Monuments historiques.

Quant aux travaux à faire sur les crédits de 13 140 F alloués jusqu’à ce jour pour la façade de Saint-Germain-des-Prés, ils comporteraient, avec l’échafaudage déjà exécuté (conformément à la note du 5 juillet 1901), ceux se rapportant exclusivement au porche méridional et accoladés dans les devis de 34 651,58 F de 1895 :
montant pour la maçonnerie à 1 3885,76 F
montant pour la charpente à 1 800,00 F
montant pour la couverture à 1 792,82 F
montant pour la sculpture à 1 500,00 F
Soit ensemble 1 8978,58 F

Il n’y a pas lieu à passation de marché spécial, les travaux pouvant être confiés aux entrepreneurs de l’entretien, sauf pour la sculpture à faire par voie de régie.

La répartition proposée des crédits 13 140 F actuellement alloués serait donc :
Travaux à l’entreprise 11 640,00 F
Régie 1 500,00 F
Ensemble 13 140,00 F

Quant à la continuation de la restauration de la façade en dehors du porche méridional, les devis de 1895 doivent être augmentés et complètement remaniés, d’une part parce que les dégradations se sont accentuées depuis cette époque et, d’autre part, en raison de l’obligation de s’astreindre à l’emploi exclusif de la pierre dans les réparations.

Le soussigné prépare des propositions nouvelles à cet égard ; pour arriver à les formuler d’une façon très précise, il sera utile d’avoir commencé les travaux du porche qui donneront des moyens d’examen des parties environnantes et des points de comparaison.

Paris, le 28 août 1902,

L’architecte de la 5e section,
Charles Duprez