École des chartes » ELEC » Correspondance et états de situation » 1854 » 1854, 17 novembre. Registre des délibérations du conseil de fabrique. [Financement des travaux de la chapelle des catéchismes.]

1854, 17 novembre. Registre des délibérations du conseil de fabrique. [Financement des travaux de la chapelle des catéchismes.]

.

Séance du vendredi 17 novembre 1854. Extrait.

  • Arch. hist. diocèse de Paris, 1E registre 2 nos 1 à 4

L’an mil huit cent cinquante-quatre, le vendredi dix-sept novembre, sept heures et demie du soir, le Conseil de fabrique de l’église paroissiale de Saint-Germain-des-Prés étant assemblé dans la salle du presbytère où étaient présents : MM. Moreau, président ; l’abbé Marie, curé ; Alban Dosseur, trésorier ; Taillandier, secrétaire ; et Féburier, le comte de Champagny et Poullain de Ladrene, administrateurs.

[…] M. le Trésorier et le Secrétaire rendent compte au conseil des démarches qui ont été faites soit à la Ville, soit auprès de M. Baltard, architecte, afin d’obtenir le concours de la Ville pour l’achèvement des travaux de la chapelle des catéchismes, et concluent à ce que le Conseil délibère sur la question de savoir dans quelle proportion il conviendrait de demander le concours de la Ville.

Cette question mise en délibération, le Conseil, après en avoir mûrement délibéré :

Considérant que l’administration de la ville de Paris ayant reconnu nécessaire de faire faire des travaux de maçonnerie dans la chapelle des catéchismes, et ayant fait exécuter des travaux par son architecte, la peinture des murs nouvellement enduits de plâtre est la conséquence et le complément indispensable desdits travaux et doit naturellement être aussi à la charge de la Ville ; qu’en effet M. Baltard, architecte de la Ville, a dressé un devis de ces travaux de peinture, s’élevant à quinze cents francs environ,

Que si le Conseil de fabrique avait voté des fonds pour faire nettoyer ladite chapelle, c’était avant que la Ville eût entrepris à son compte des travaux plus considérables qu’on n’avait pas prévus alors ; mais que, les travaux une fois entrepris, le Conseil a dû penser que la Ville ne laisserait pas son travail incomplet, avec d’autant plus de raison que par le fait des travaux exécutés par la Ville, il ne s’agissait plus d’un simple nettoyage, mais de repeindre à plusieurs couches des plâtres neufs,

Considérant qu’indépendamment de la nécessité de recouvrir les murs de peinture, le Conseil a reconnu qu’il y avait d’autres travaux à faire dans l’intérêt de la santé des enfants, particulièrement des lambris pour garantir de l’humidité des murs, peut-être un parquet, et aussi différentes décorations pour compléter une restauration convenable de ladite chapelle,

Que le Conseil de fabrique ne recule pas devant ces dépenses utiles, et ne prétend pas demander à la Ville de s’en charger, mais qu’il ne peut les entreprendre à son compte qu’autant que la Ville contribuerait aux travaux restant à faire, dans la limite de la dépense rigoureusement nécessaire pour une simple peinture des murailles,

Que cette dépense de peinture naturellement à la charge de la Ville, ainsi qu’il a été établi, pourrait encore être allouée ne fût-ce qu’en considération des autres dépenses que la fabrique se propose de faire à son compte, et de celles beaucoup plus importantes qu’elle vient de faire pour le chauffage de l’église,

Est unanimement d’avis de demander à M. le Préfet qu’il veuille bien ordonner que la Ville contribuera aux dépenses restant à faire dans la chapelle des catéchismes de l’église Saint-Germain-des-Prés, et ce, jusqu’à concurrence de quinze cents francs applicables à la peinture rendue nécessaire par des travaux que la Ville a fait exécuter ; à la charge par la fabrique, ainsi que le Conseil en prend l’engagement dès à présent, de faire faire dans ladite chapelle, sous la direction de M. Baltard, architecte de la Ville, d’autres dépenses utiles pour la salubrité ou la décoration, et pour une somme qui sera au moins égale à celle de quinze cents francs demandée à la Ville.

M. le Secrétaire est chargé de transmettre à M. le Préfet une copie de la présente délibération.

Rien n’étant plus à l’ordre du jour, M. le Président déclare la séance levée.

Ci ont les membres présents signé après lecture.

Moreau

Marie, curé

Dosseur

Taillandier

Féburier

Champagny

Poullain de Ladrene